2008/10/29

Pendant la tempète, les nuages continuent

image

Voilà si vous les avez manqués un bref rappel des derniers articles que j’ai posté sur le blog Entreprise 2 à propos du Cloud Computing principalement, mais aussi des méthodes Agiles et de la technologie de Microsoft pour réaliser les RIA :

2008/10/25

Effet de la crise sur l'adoption du Cloud Computing


 Le Cloud Computing était un des thèmes sous-jacents lors de la création de ce blog, comme l'indique mon introduction (Premier Repère). Voilà quelques articles récents qui traitent de ce sujet :
Le marché mondial du Saas ... devrait encore croître de 27% en 2008 pour représenter 6,4 milliards de dollars selon Gartner.
Mais nous n’en sommes qu’au début confirme le cabinet d’étude, pour qui le segment devrait plus que doubler d’ici 2012, année au cours de laquelle il générera un chiffre d’affaires de près de 15 milliards de dollars.

« La popularité du modèle de déploiement de logiciels à l’usage a fortement augmenté au cours quatre dernières années. Les problèmes initiaux liés à la sécurité, au temps de réponse et à la disponibilité des services ont sérieusement diminués pour beaucoup d’organisations au fur et à mesure que l’adoption modèle Saas se propageait et gagnait en maturité », selon Sharon Mertz, directeur de recherche chez Gartner.
Mais ces études ne posent jamais la question de fond : Cloud Computing et SaaS sont-ils forcément synonymes de fournisseurs américains, même sur le moyen terme ? Car c'est bien là que l'effet de la crise se fera sentir pour les utilisateurs de ces services. Malgré les énormes investissements consentis en infrastructure, la géographie pourrait fort bien se rappeler à nous rapidement si le dogme du libre échange tombe en désuétude. 

Ce blog va dès lors quitter l'angle de vue des technologies et des services pour s'attacher à examiner les effets de la crise sur les critères fondamentaux : géopolitique, géoéconomie, et anticipations rationnelles sur le long terme.

2008/10/22

Attends, il faut vraiment que je choisisse ?

Je n'aurais jamais pensé que The Economist me ferait sourire un jour :
Things we kind of suspected

On peut aussi lire dans l'article de Bloomberg :
An e-mail that a S&P employee wrote to a co-worker in 2006, obtained by committee investigators, said, ``Let's hope we are all wealthy and retired by the time this house of cards falters.''
Ca, ca ne me fait pas rire du tout. Vous non plus, j'en suis sur.

Mr Sarkozy fait grincer des dents au Luxembourg

image
La régulation financière accrue demandée depuis peu par les politiques fait avancer à grand pas la concertation sur les paradis fiscaux, alors que le sujet était enterré depuis des années.


Le président de l'UE Nicolas Sarkozy a espéré mardi que la réforme de l'architecture financière mondiale qu'il prône concerne aussi les pays européens, y compris le Luxembourg, très sourcilleux sur ces questions. 
"Je compte sur le soutien du Luxembourg pour que l'architecture financière soit profondément repensée, à l'extérieur de notre continent et à l'intérieur de notre continent, les deux", a déclaré M. Sarkozy devant le Parlement européen à Strasbourg. […]


"On ne peut pas se battre à l'extérieur de notre continent contre certaines pratiques et les tolérer sur notre continent, c'est tout", a insisté le chef de l'Etat français. 
"Que ceux qui se sentent visés assument. Moi je ne vise personne, je ne me le permettrais pas" […]

"Je ne veux pas dire du mal de M. (Jean-Claude) Juncker (le Premier ministre luxembourgeois (...) lui-même est bien placé pour savoir qu'il peut y avoir en Europe des pays plus ou moins volontaires pour assurer de la transparence et mettre de la régulation" […]
Membre fondateur du Groupe d'action financière sur le blanchiment des capitaux (Gafi), le Luxembourg n'est recensé par aucune organisation internationale qui mettent à l'index les paradis fiscaux.[…]
Le Luxembourg a pourtant bien été reconnu comme étant impliqué par la commission parlementaire française sur le blanchiment d'argent en europe, par l'intermédiaire des paradis fiscaux. Voir http://www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/blanchiment.asp

Les pratiques des sociétés financières qui y sont établies sont toutefois régulièrement critiquées.     
Le Luxembourg a par ailleurs renoncé à la dernière minute, comme la Suisse, à participer mardi à Paris à une réunion internationale de 17 pays consacrée à la lutte contre les paradis fiscaux. A l'issue de cette réunion, le ministre français du Budget Eric Woerth s'est prononcé pour une révision d'ici à la mi-2009 de la "liste noire" des paradis fiscaux non coopératifs. 
En outre, le Luxembourg, qui vit de l'industrie de la finance, est traditionnellement réticent dès qu'il s'agit d'harmoniser les pratiques en matière financière en Europe.

De plus, Mr Sarkozy avait été impliqué à son corps défendant dans l’affaire Clearstream 2. Il a sans doute été lors de la procédure judiciaire bien renseigné sur cette organisation.

source : Easybourse

Mise à jour :
la Suisse devrait même être intégrée à la liste noire que l’OCDE doit dresser avant la fin du printemps 2009. «Nous avons demandé à l’OCDE de faire le ménage dans sa liste des paradis fiscaux», a déclaré Eric Woerth
L’OCDE tient aussi une liste des paradis fiscaux non coopératifs qui sont Andorre, le Liechtenstein et Monaco. D’ici à la prochaine réunion prévue à Berlin avant juin 2009, les participants souhaitent mettre la pression non seulement sur les paradis fiscaux mais aussi sur les centres financiers comme Singapour et Hongkong et envisagent des mesures de rétorsion. Une liste verte des pays prêts à coopérer et qui ont fait des progrès devrait aussi voir le jour.

2008/10/21

Conseils de bon sens pour passer la crise en France

Mon entourage m'interroge de plus en plus fréquemment sur la conduite à adopter. Faut-il céder à la panique ? La situation est-elle si grave ? Que faire pour protéger sa famille ?
Je ne prétends évidemment pas avoir la science infuse ni être un expert infaillible du domaine. Mais je pense qu'on peut, et même qu'on doit en ces temps de doute donner des conseils de bon sens, sans prétention.
Tout d'abord, il faut relativiser. Si la situation économique mondiale est vraiment très mal en point, il faut avoir conscience que la France bénéficie de boucliers efficaces :
  • elle appartient à la zone euro, dont la monnaie est en passe de devenir celle de référence mondiale, au détriment du dollar ou de la livre sterling : notre monnaie est solide
  • la France possède un exceptionnel système de retraite par répartition (malgré ceux qui le critique), qui va incessamment faire la preuve de sa robustesse et protéger efficacement toute une partie de la population
  • nous bénéficions d'une bonne stabilité du régime politique, à la fois en France et dans l’UE
  • notre principal partenaire commercial, l'Allemagne, bénéficie également de ces avantages
  • le récent plan européen d’aide aux banques de la zone Euro va dans le bon sens
Ensuite la France est moins exposée que d'autres pays :
  • la France ne possède que très peu de titres de dettes du Trésor US, au contraire du Royaume-Uni, de la Chine et surtout du Japon
  • nos banques sont relativement moins impactées par la crise financière que celles des USA et du Royaume Unis, surtout les banques de périmètre national
  • la crise immobilière en France n'atteint pas les proportions que l'on connait en Espagne par exemple
Je ne veux pas dire que la crise économique n'aura aucun impact chez nous, mais bien que cet impact sera amoindri. Nous serons certainement parmi les pays qui s'en sortiront le mieux. Des réformes de notre société seront néanmoins nécessaires, certaines sont déjà engagées (nouveau Bretton Woods).
Il faut aussi avoir conscience que les secousses économiques internationales ne sont pas encore terminées. Mais céder à la panique et prendre des décisions sans analyse c'est être certain de commettre une erreur.
Partant de la, il me parait de bon sens, si votre situation le permet :
  • d'éviter de placer vos économies en Bourse si vous ne passez pas des ordres “intraday”
  • de privilégier les placements liquides
  • de répartir vos économies dans 2 banques françaises. Quand ca tangue, on est plus stable sur 2 pieds.
  • d'attendre avant d'acheter à crédit un bien immobilier
  • de surveiller à la loupe votre taux d'endettement
  • de parler de vos problèmes financiers; de nos jours on peut trouver des conseils et du support efficaces sur les forums comme bulle-immobilière.org. Internet offre des outils d’intelligence collective remarquables, y compris pour trouver des solutions aux problèmes du quotidien.
et surtout : de réfléchir par vous-même, d'analyser régulièrement la situation pour pouvoir éventuellement agir rapidement le moment venu. C’est le meilleur conseil qu’on puisse vous donner.
J’ajoute enfin : la situation d’autres pays est nettement plus compliquée. Ce serait une erreur de ne regarder que notre situation personnelle dans notre pays et d’oublier ou d’ignorer les évènements qui vont se dérouler ailleurs. Tout comme notre solidarité ne doit pas s’arrêter à la porte de notre maison, elle ne doit pas non plus s’arrêter à nos frontières.

2008/10/20

Le gouvernement français injecte 10,5 milliards d’€ dans 6 banques

Il s’agit du début de l’application du plan d’aide aux banques annoncé la semaine dernière, et concerté entre les pays de l’UE.

Les six banques qui recevront les fonds sont BNP Paribas SA, Crédit Agricole SA, Société Générale, Caisse d'Epargne, Banque Populaire et Crédit Mutuel.

Source : EasyBourse

L’age de la frugalité

Après plus d’un an de crise, certains médias US ne s’embarrassent plus d’une communication maniant litote et euphémisme. L’heure est à la cure d’amaigrissement, plus seulement des consommateurs eux-même, mais aussi de la consommation. Voilà un bon résumé de cette nouvelle tendance par Michael Shedlock. Les économistes doivent aussi savoir relayer des messages précis concernant la vie du quotidien.

Finalement on s’approche, contraints et forcés, du modèle de la décroissance économique appelée par certains depuis plusieurs années.

Lehman Brothers post-mortem

Nous avions déjà parlé du déséquilibre introduit par le volume de liquidités des Credit Default Swaps.

Paul Jorion nous propose une analyse plus détaillée des CDS souscrits sur Lehman Brothers. Je vous la conseille, ne serait-ce que pour observer avec un oeil différent les évènements de demain soir...

2008/10/19

Canalisez votre créativité

image Le 20 octobre se terminera la phase préliminaire du concours d’idées 10 puissance 100. C’est demain !

J’adhère complètement aux objectifs de ce projet. Je viens de soumettre ma proposition. Je ne saurai que trop vous conseillez de proposer vous aussi une initiative. Même si votre projet n’est pas retenu, c’est un très bon moyen de canaliser votre créativité dans l’exercice imposé du formulaire d’inscription.

Il y a peu de moment dans la vie où vous pourrez réellement proposer une idée extrêmement ambitieuse pour le bien du plus grand nombre. Déchaînez-vous !

2008/10/16

L’effet de la crise financière sur l’économie réelle

Il peut se mesurer avec des indices comme le Baltic Dry Index, qui mesure les moyennes de coûts de transports de matières premières par voie maritime, et qui est peu sensible à la spéculation :

Attention à une lecture trop abrupte de la tendance de cet index par rapport à la demande réelle en demande de transport, mais cependant :

the [present] Baltic Dry’s drop does reflect a weakening of Chinese raw material demand.

Guerre financière : Offensive de l’Europe

image Un des signes évidents de la dimension historique de la crise actuelle est la reconfiguration accélérée des alliances géo-stratégiques, que nous avons commencé à évoquer.
La semaine dernière l’Islande s’est tournée vers la Russie, désormais premier producteur mondial de pétrole brut devant l’Arabie Saoudite;
Puis l’Angleterre a nationalisé ses principales banques, agissant de manière opposée au Plan Paulson des USA, et contrariant des décennies de politique d’acquiescement à Washington.
24 heures plus tard c’est toute l’Europe qui prenait ce chemin des politiques de nationalisations préventives. Même la Suisse est maintenant passé à l’acte avec le plan gouvernemental de sauvegarde forcée de UBS, au grand dam des patrons de ces banques.
Et aujourd’hui c’est l’annonce attendue de l’Europe unie de s’engager vers Bretton Woods III avant la fin de l’année 2008 (!), mettant ainsi un terme effectif à toute allégeance envers la domination financière unilatérale des Etats-Unis. Même l’Italie de Berlusconi se joint au mouvement, ce qui est encore un signe d’isolement politique et diplomatique actuel des Etats-Unis.
Je parle bien de Bretton Woods 3 et non pas la politique financière internationale dite Bretton Woods 2 et qui existe déjà de manière informelle depuis 1995.
Les déclarations européennes n’y vont pas par 4 chemins, notamment sur les paradis fiscaux:
Treatment of tax havens such as the Cayman Islands and Monaco may be overhauled as part of any new global financial framework, Sarkozy said.
``It will be part of discussions Saturday in Washington,'' the French leader said. ``Will we continue to work with tax havens? It's a valid question. We've passed into a new era. It's a question we'll put on the table and immediately.''
Il ne s’agit rien de moins que de mettre sous un contrôle effectif national et régional les 30 plus grands banques du monde. Goldman Sachs, la chasse gardée de Paulson, ayant récemment acquise le status d’établissement bancaire, devrait normalement faire partie de la liste.
Cette demande de contrôle renforcée contraste avec l’attitude de AiG qui cherche à diminuer les volontés régulatrices sur le marché des crédits hypothécaires.
Le rendez-vous du 18 octobre entre messieurs Bush, Sarkozy (président du conseil européen pour 6 mois) et Barosso (président de la Commission Européenne) sera bien interessant à suivre.

2008/10/15

bourses et devises : petit bilan sur 3 mois

image
Le Wall Street Journal nous propose une belle carte pour comparer les évolutions des marchés et des devises de certains pays au cours des 3 derniers mois. A voir vite, la carte risque de ne pas être à jour très longtemps à propos des codes couleurs.
Je suis régulièrement les index boursiers d’autres pays (Maghreb, Israel, Luxembourg…). J’en profiterai pour vous ajouter quelques screenshots complémentaires ce soir lors d’une mise à jour de ce billet.
Mise à jour :
Irlande :
image image
image
Luxembourg :
image
Suisse :
image
Belgique :
image
Hollande :
image
Danemark :
image
image
image
image
image
image
Malaisie :
image
Singapour :
image
Hong-Kong :
image
Taïwan (sur 1 an) :
image
Maroc :
image
Egypte :
image
Tunisie :
image
Israël :
image

2008/10/14

Grosse colère

image L’analyste financier Jim Cramer se fache en direct. (la video est au milieu de la page)

C’était en Aout 2007, au moment des premières secousses d’importance sur les marchés.

Peu importe la date à vrai dire. Pour beaucoup de spectateurs ca a pu représenter le moment d’un début de prise de conscience. “Mais qu'est ce qu'il veut dire exactement ? Pourquoi a-t’il besoin de se mettre dans cet état ? Il se passe vraiment quelque chose, mais quoi ?”.

Ce n’est pas souvent qu’on voit se déchirer le rideau de fumée en direct live.

La guerre financière entre l’Europe et les USA

Pourquoi le plan Paulson ne faisait aucune mention précise des banques à qui le Trésor achèterait les titres dépréciés ?
Pourquoi, alors que le Congrès a été tellement pressé de rendre une décision, l’utilisation précise de ces fonds n’avait toujours pas été communiquée, malgré la descente aux enfers de la semaine dernière ?
Pourquoi l’Europe vient d’adopter un plan très différent du plan Paulson, où les états investissent dans les banques mais ne rachètent que très peu leurs titres dépréciés ?
image
Pourquoi dans la foulée de l’annonce européenne le Trésor US utilise enfin une bonne partie des fonds (250 des 700 milliards), mais justement pas pour simplement racheter des titres douteux ?
imageimage
Un élément de réponse avec un extrait de cet article :
Europe 'forced our hand'
The Treasury's plan would help the United States catch up to Europe in what has become a footrace between countries to reassure investors that their banks will not default, or that other countries will not one-up their rescue plans and, in so doing, siphon off bank deposits or investment capital.
"The Europeans not only provided a blueprint, but forced our hand," said Kenneth Rogoff, a professor of economics at Harvard and an adviser to John McCain, the Republican presidential candidate. "We're trying to prevent wholesale carnage in the financial system."
On pourra également lire celui-ci, beaucoup plus incisif sur le rôle de “Paulson et ses copains”, dont Georges Ugieux avait fait quelques allusions à demi-mot.
En définitive, avec l’euphorie des bourses depuis hiers, est-ce que la situation du crédit interbancaire s’est améliorée ?
S&P 500 Financial Index : un peu mieux mais ca demande confirmation !image
Indice de volatilité : bonne orientation mais encore très loin de la normale
image
idem pour le JPM G7
image
par contre ca n’est pas la même histoire pour le TED Spread : un “haut plateau permanent” ?
image
USD swap OIS 3 mois…
image
… et Libor USD 3 mois
image
La différence entre le Libor et le swap OIS stagne également, à une valeur stratosphérique.
Reste le spread CP A2/P2 – AA, mais la Reserve Fédérale n’a pas encore mis à jour les données pour la journée du 13…
En conclusion, je dirai qu’on a plutôt affaire depuis hier à un rebond technique des bourses, et que beaucoup de choses doivent encore se jouer en coulisses.
Mise à jour :
Mish et Roubini ont annoncé quelques heurs après eux aussi la fin du rally (hausse technique des bourses).
Mise à jour 2 :
La Fed a MAJ les données du spread Discount Rate : il n'y a pas de valeurs données pour la journée du 13/10 dans les archives (pourquoi donc ?), et pour le 14 on a toujours des valeurs à 30 jours extrêmement élevées :

moz-screenshot-2

Le succès du mensonge en tant que stratégie commerciale délibérée

image
 C'est le titre d'un article des Echos consacré aux chiffres régulièrement communiqués par la FNAIM sur le marché immobilier en France.
J’ai trouvé l’info sur esprit-riche.

Ca n'est pas du tout une surprise pour les connaisseurs de ce marché mais voir ceci dans les Echos ca n'est pas si fréquent. J'aime bien la stratégie de communication du nouveau président de la FNAIM.
Conclusion : on vous ment parce que ca marche. Parce vous êtes crédules. Il faut en avoir conscience.

Personnellement pour l'immobilier je préfère suivre les évolutions données par M. Friggit (Ministère du logement), en gardant à l'esprit qu'il y a hélas 6 mois de décalage avec le marché du jour... c'est le prix à payer, compte tenu de la procédure actuelle de déclaration des ventes par les notaires, pour avoir des chiffres relativement fiables.

image

image

Ces données sont issues notamment de l’indice des prix de l’INSEE :

image

On pourrait cependant faire beaucoup mieux en réformant le système pour améliorer la fraîcheur et la transparence des prix des transactions immobilières pour le public. Cette mesure freinerait certainement la croissance des bulles immobilières.

2008/10/12

La transparence des marchés financiers

image
Christian Fauré réagit à une question posée à Georges Ugieux sur la mise à disposition publiques des transactions boursières. Cette proposition de mettre en oeuvre une ouverture des données des marchés financiers pourrait-elle résoudre la crise actuelle, au moins faire qu’elle ne se produise plus ? 

Deux points sont importants à considérer, au-delà de la faisabilité technique qui est certainement le point le plus facile de l’affaire :
  • la connection immédiaite avec le domaine du politique, comme le disent d’emblée Christian et également Ugieux
  • le fonctionnement des marchés qui repose intrinsèquement sur une asymétrie d’informations entre les acteurs, comme le dit en commentaire Aleph187b
  • le fait que la crise financière s'est maintenant doublée d'une crise monétaire aux implications encore plus exacerbées dans la vie des habitants (regardez ce qui se passe en Islande)
Pour commencer soulignons que l’asymétrie pourrait perdurer dans les marchés intradays si les données sont publiées et entièrement analysées quotidiennement. De plus certains marchés de gré à gré (par exemple les règlements-livraisons de valeurs mobilières) ne font pas du tout l'objet d'un marché coté et auraient pourtant tout intérêt à être bien mieux publiquement contrôlés qu'ils ne le sont aujourd'hui.
Concernant l'asymétrie d'informations, elle a été démontrée par les travaux de J. Stiglitz depuis près de 20 ans, mais sont toujours ignorés par les tenants de l'ancienne théorie du marché “pur et parfait” et de sa main invisible qui dirige le marché.

Cette fameuse main d’Adam Smith m’a toujours fait sourire car finalement elle existe bel et bien, mais elle n’est pas du tout invisible : elle est simplement occultée. Ecoutez par exemple la fin du témoignage de Georges Ugieux, ancien directeur de la bourse de New York, si vous voulez vous en convaincre sur un exemple très actuel. On est bien loin du conspirationisme ou théorie du complot dont la simple évocation est prompte à discréditer son auteur. C’est bien ici la connexion avec certains hommes politiques dont il s’agit, à ne pas confondre avec le domaine politique que soulignait Christian. On pourra aussi relire à ce propos mon billet récent à propos des marchés financiers et poursuivre par les ouvrages de Stiglitz qui détaillent fort bien les ressorts à l’oeuvre dans le scandale Enron.

Georges Ugieux parle également d’idéologie (ici des Républicains), mais les faits des dernières semaines montrent bien que pour ces dirigeants il ne s’agit que d’un apparat de bonimenteur dont on se défait dès que l’appât du gain personnel (terme encore employé par Ugieux) inspire une autre orientation. J’évoque par là la vague sans précédent des nationalisations aux US et des limitations imposées aux marchés, qui ne sont d’ailleurs certainement pas terminées.

image
  Cette prise de conscience se diffuse de plus en plus largement dans notre société. Encore une fois les faits, signaux d’alertes et les dangers étaient pourtant largement disponibles depuis longtemps. Georges Ugieux parle ainsi de la prise de conscience que les marchés financiers ne peuvent pas s’auto-réguler. Stiglitz l’avait déjà démontré en détail depuis 10 ans, à partir de l’analyse de la dérèglementation des marchés de l’énergie par exemple. Mais sa voix et celles de nombreux autres, si elle ont été entendue, n’a pas pu être comprise par notre société qui préfère les (dé)considérer comme des Cassandre, puis les oublier, ou du moins les tenir à un niveau sonore suffisamment faible pour ne pas avoir à se remettre en question. On ne se rappelle d’eux qu’au moment du désastre collectif.

Tout se passe comme si une société humaine n’aimait pas avoir à se transformer par un acte de volonté propre et par anticipation : elle préfère y être précipitée. C’est la diffusion, la maturation de ce type de connaissance dans la conscience sociale qui en filigrane m’intéresse particulièrement dans ce blog, car elles mettent en évidence les freins que l’on s’impose ou que l’on accepte.

2008/10/08

Le cloud computing et la sécurité du Système d’Informations : une question de myopie ?

Voilà que surgissent les premières critiques un peu argumentées contre le modèle du cloud computing. Jusqu’à présent on en était resté à brandir des épouvantails : “oui, mais et la sécurité pour les systèmes hors de l’entreprise ?”
Cette question trouve sa réponse depuis bien longtemps dans les prestations d’infogérance, ou dans l’utilisation courante des moyens de paiement. Chacun de nous utilise sa carte bancaire sur internet, et la transaction de paiement passe dans la plupart des cas par un prestataire certifié qui n’est pas une banque, par exemple SIPS d’Atos Worldline. C’est encore plus fréquemment le cas pour les systèmes de cartes anonymes prépayées. Mais je voudrais aller plus loin dans ce billet.
...
Lire la suite de mon billet sur le blog d'Atos Origin.


La percée du SaaS et du Cloud Computing

Ce n'est pas encore le moment de la percée du vin Jaune, mais cet automne voit déjà le premier DSI français à annoncer le succès du modèle SaaS et du Cloud Computing.

Bravo à Didier Lambert, DSI d'Essilor, pour cette prise de position très réaliste ! Chaque ligne est pertinente dans ce témoignage.

Mise à jour :
Bruno Ménard le nouveau président du Cigref emboîte le pas de son prédécesseur sur le SaaS
, j'en ai parlé sur le blog d'Atos Origin.



Comprendre la crise monétaire


Pour vraiment comprendre ce qui se passe ces derniers jours sur les marchés financiers, je vous conseille ces lectures :
Comme prévu par plusieurs think-tanks depuis longtemps, la crise financière a accouché d'une crise monétaire, avec des conséquences macro-économiques d'une toute autre ampleur. Et évidemment avec un contrecoup sur les bourses.

Ca me donne l'occasion de vous donner un autre indicateur cette fois pour la fièvre monétaire, le JPMorgan G7 Volatility Index :

5Y history up to 08/11/2012

History up to 02/08/2012