2012/11/20

Audit the Fed: où en est-on ?

Avec le démarrage de la nouvelle session du Congrès américain (lame duck session) le 13 novembre, la question du règlement politique du mur fiscal (fiscal cliff) est sur toutes les lèvres. Il est assuré qu'un accord sera trouvé, mais il le sera à la dernière minute, voire même le lendemain, pour la plus grande joie des télévisions qui se relaieront pour essayer de nous tenir en haleine pour ce réveillon. 

Peine perdue, il n'y a pas de vrai suspense: avec les mêmes joueurs en piste ce sera encore un accord négocié "à la Obama", c'est à dire perdant pour les Démocrates, et surtout perdant pour le peuple américain et son avenir. Dans tous les cas de figures, le budget militaire américain ne sera que vaguement écorné, qui dans le scénario extrême restera à son niveau de 2008, c'est à dire un budget qui reflète encore un gouvernement en état de guerre permanent depuis la guerre de Corée. (Pour plus de détails voir au bas de cette page, section "United States Defense Spending history"). Cette messe est déjà dite, contrairement à ce que l'agitation médiatique voudrait que nous pensions.

Dépenses militaires des U.S. (% PNB), 
en dollars constant de 2003 (source: wikimedia.org)

C'est pourquoi je pense plus intéressant de s'attarder sur le projet de loi "Audit the Fed" et sur son développement. Ce projet est une initiative du Représentant Ron Paul (Républicain), qu'il a lancé voici déjà 10 ans alors qu'il était président du Parti Libertarien. Il a su patiemment rallier d'autres Représentants à cette cause, faire fi d'autres projets de lois, audits ou déclarations partiels, et à pu entamer un processus de débat officiel à la Chambre des Représentants. La proposition a été officiellement enregistrée en janvier 2011 (Federal Reserve Transparency Act of 2012 - HR 459), et à été votée par la Chambre le 25 Juillet 2012 avec une majorité plus large que les 2/3 des voix qui étaient nécessaires.
On pourrait imaginer que cette victoire est un beau cadeau de départ à la retraite de Ron Paul (77 ans) qui quitte son poste fin décembre, et que la Fed va ouvrir demain aux auditeurs du Congrès tous ses livres de compte, ce qu'elle avait très partiellement commencé à faire, et qui a déjà révélé officiellement des malversations de plusieurs trillions (!) de dollar, à ce jour encore impunies.

Mais le processus législatif pour cette proposition de loi est loin d'être terminé puisque le Sénat doit maintenant le reprendre au début ! Avec l'actuelle majorité Démocrate au Sénat, son Leader qui a déclaré qu'il n'était pas pressé de mettre cette discussion à l'ordre du jour, et un Président Démocrate qui peut mettre son véto ensuite, cette proposition ne sera pas une loi en vigueur de sitôt. On observe pourtant que la proposition au Sénat (S 202), dirigée par le fils de Ron Paul, gagne petit à petit des sénateurs co-sponsors officiels: désormais 37 sur les 100 sénateurs qui siègent, les 3 derniers enregistrés le 13 novembre. C'est déjà considérable, bien que n'atteignant pas encore le ratio observé à la Chambre des Représentants: 274 co-sponsors officiels sur les 435 qui siègent, avant le début du vote. Cette pression croissante obtenue en grande partie par les citoyens qui militent auprès de leur Sénateur, devrait contraindre le Sénat à débattre la proposition avant la fin 2013.

Outre une volonté de transparence des actions de la Fed qui serait gravée dans la loi, son approbation serait une victoire politique très significative d'un mouvement démocratique qui réunit des citoyens américains de tous partis, fédératrice, et sans commune mesure avec l'élection d'Obama ou d'un quelconque Président.