Affichage des articles dont le libellé est Euro-BRICS. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Euro-BRICS. Afficher tous les articles

2015/11/22

Contre l'Etat Islamique. Contre l'Etat Profond. La Russie et la France en fer de lance.

Il a fallu les plus terribles attentats au cœur de Paris depuis la Libération pour que la plus grande part des Français se secouent enfin de leur torpeur et demandent en colère qu'il soit mis un terme à l'existence du groupe État Islamique [1]. Les politiciens s'en sont immédiatement rendus compte puisque la campagne des régionales est gelée [2] tant que la cérémonie aux Invalides n'aura pas eu lieu [3].

Il faut reconnaître que l'évolution politique de Hollande a lentement distendu les attaches atlantistes profondément nouées par l'administration Sarkozy. Alors que le gouvernail atlantiste de la France [4] a été prépondérant jusqu'à la fin 2014, un courant opposé que l'on peut appeler "la politique de l'Est" s'est amorcé très discrètement depuis 2013. En effet on peut recenser :
  • l'intervention contre les groupes armés islamistes au Mali de la France début 2013 avec le soutien de la Russie [5] -laquelle vient d'être d'ailleurs tout récemment frappée sur ce sol avec la Chine [6] ; 
  • le rôle en coulisses de la France dans la résolution du conflit en Ukraine, dans le format "Normandie", qui tranche avec la posture de la Pologne par exemple ;
  • la longue négociation très diplomatique avec la Russie sur la vente des Mistrals qui ont été cédées à l'Égypte, un pays récemment retourné vers son alliance traditionnelle avec la Russie ;
  • la participation de la France à la signature de l'accord sur le nucléaire iranien, en rupture avec sa position quelques mois plus tôt concernant les frappes contre Assad [7] ;
Si la politique étrangère idéale à laquelle nous appelions [8] n'a pas été choisie, les derniers attentats ont démontré que ce n'était pas pour protéger les Français.

Néanmoins, il est indubitable que les attentats de janvier et de novembre -ce dernier avec 3 kamikazes qui terminent leur trajectoire mortelle à moins de 200 m de Hollande au Stade de France- ont un effet d'accélération qui aide la France à recomposer rapidement ses alliances [13, 13b]. On notera par exemple l'activation de l'article 42.7 du traité de Lisbonne [14] à la place de l'article 5 du traité de l'OTAN qui aurait placé la riposte française sous le contrôle de fait des États-Unis, et avec une coordination inévitable avec la Turquie. Par ce geste, même si certains pourraient le juger modeste, la France a rendu concrète l'Europe de la Défense pour la toute première fois de l'histoire de ce continent. C'est le nouveau départ de l'esprit de souveraineté européenne avec la France en fer de lance qui rejoint la Russie [15]. 

La réalité historique [9, 10] renvoie au néant l'illusion grotesque au cœur de toute la politique visible de l'État Profond une fois ce dernier parvenu au pouvoir [11], illusion que décrivait Suskind dès 2004 : 
[Karl Rowe] said that guys like me were "in what we call the reality-based community," which he defined as people who "believe that solutions emerge from your judicious study of discernible reality." I nodded and murmured something about enlightenment principles and empiricism. He cut me off. "That's not the way the world really works anymore," he continued. "We're an empire now, and when we act, we create our own reality. And while you're studying that reality -- judiciously, as you will -- we'll act again, creating other new realities, which you can study too, and that's how things will sort out. We're history's actors . . . and you, all of you, will be left to just study what we do." [12]
Avez-vous remarqué combien nombre de commentateurs de l'instant ont déjà du mal à se rappeler que le groupe État Islamique était il y a si peu appelé Al-Qaïda en Iraq ? Ont-ils oublié que la nébuleuse Al-Qaïda était une création toujours entretenue par la CIA [16]? Que la CIA a développé AQI [16b] pour mener une guerre proxy afin d'anéantir l'état Syrien [17, 18] ? Que la CIA est le bras armé originel de l'État Profond américain et l'un des deux vecteurs -avec la haute finance [19]- de sa transformation en État transnational invisible ? Le développement du concept d'État Profond en sciences politiques est tel qu'il rend obsolète, ou à tout le moins incomplète, toute analyse politique ou de relations internationales qui en ferait fi.

La définition la plus limpide de l'État Profond américain a été donnée par Daniel Inouye qui a présidé un comité spécial (Senate Select Committee on Secret Military Assistance to Iran and the Nicaraguan Opposition) de 1987 à 1989 dans le cadre de l'enquête parlementaire sur l'affaire Iran-Contra des années 1980. Lors des débats, Inouye a déclaré en 1987, en parlant des opérations qui avaient été révélées :
"[There exists in this country] a shadowy Government with its own Air Force, its own Navy, its own fundraising mechanism, and the ability to pursue its own ideas of the national interest, free from all checks and balances, and free from the law itself." [22b]
On comprend que l'État Profond américain a fait tâche d'huile (oil) en assurant l'essor du groupe État Islamique de Syrie et d'Irak.

Ce que veulent dire tous les politiciens qui attaquent l'État Islamique, c'est qu'ils attaquent l'État Profond américain et ses ramifications internationales. C'est de manière immédiate une offensive pour détruire la logistique et le matériel létal -la guerre contre l'État Islamique- mais ce sont les circuits collectant et recyclant les milliards du budget de ce dernier qui sont également visés partout dans le monde [20, 21, 22]. 

Se dresser contre l'État Islamique, c'est se dresser contre toutes les ramifications des l'État Profond américain. La Russie et la France sont désormais engagés en fer de lance, promesse d'une nouvelle alliance continentale [23]. 
L'affaiblissement ainsi causé à cet ennemi des peuples à l'extérieur des frontières américaines va alors inévitablement se traduire par une libération des forces démocratiques à l'intérieur de ses frontières.[24]

2015/01/06

15 dates qui ont fait l'Europe de 2015


2015 : l'Europe écartelée entre la vision Euro-BRICS et la soumission à l'axe anglo-américain bascule...

1915 : le président des Etats-Unis Wilson autorise les prêts bancaires à tous les gouvernements belligérants européens, prolongeant ainsi la guerre de plusieurs années et ruinant l'Europe. 

1815 : traité de Vienne garantissant l'équilibre entre les puissances européennes.

1715 : mort de Louis XIV de France.

1615 : traité de Vienne entre la Sublime Porte et le Saint Empire qui confirme le statu quo territorial.

1515 : début du règne de François Ier de France; 
Un pacte de succession mutuelle est conclu entre le roi Vladislas II Jagellon et Maximilien Ier du Saint Empire Romain Germanique au Congrès de Vienne.

1415 : fin du Grand Schisme d'Occident. 

1315 : abolition du servage par Louis X de France.

1215 : signature de la Magna Carta en Angleterre.

1115 : Bernard de Clairvaux fonde l’abbaye de Clairvaux.

1015 : mort de Vladimir Ier le Grand.

914 : début de la régence de Zoé Carbonopsina sur l'Empire byzantin.

814 : mort de Charlemagne et début du règne de Louis le Pieux sur le Saint Empire Romain.

715 : ordination du pape Grégoire II qui s'élève contre les édits iconoclastes de l'Empereur Byzantin Léon III l'Isaurien.

614 : Édit de Paris sur l’administration publique, promulgué par Clotaire II, roi des Francs. 

(source de l'image)

2014/12/31

Pour le réveillons-nous-veaux, gagnons notre liberté


Le réveillon du Nouvel An est une fête. 
Quel meilleur moment pour faire un cadeau ?

Je vous offre le moyen de devenir libre.

Tout commence par l'apprentissage de sa prison. Un prisonnier qui ne reconnait pas sa prison ne pourra jamais se libérer.

Voici une synthèse rapide des caractéristiques d'un état totalitaire, illustrées à partir de 2 exemples dans l'histoire du XXème siècle.

1ère étape, interrogez-vous sur les caractéristiques ci-dessous: dans quelle mesure décrivent-elles le système politique d'un pays occidental de votre choix (France, Allemagne, USA, Japon, UK, Israël...)?




2ème étape, pensez à ce que l'histoire nous apprend du devenir de tout état totalitaire: il ne subsiste qu'au détriment de sa propre population en la dévorant, tant que celle-ci l'accepte.

3ème étape: pensez à l'alternative que nous propose les pays BRICS en termes de voie de développement.

Combien de maux supporterez-vous encore de la part de nos soit-disant élites occidentales?

_________________
Maj le 8/01:
Le célèbre Stiglitz écrit: "how much more pain will Europe have to endure before reason is restored?"

2014/07/14

Demain, la chute du mur du Dollar

J'écris ce texte à Berlin, là où le Mur est tombé il y a 25 ans.[*]

Ce jour-là, le 9 novembre 1989, un nouvel horizon s'est ouvert pour tous les Berlinois. Pour la première fois depuis 1962, ils pouvaient choisir de vivre là où ils voulaient, pour le mode de vie qu'ils désiraient. La chute du Mur leur offrait enfin une alternative, un nouvel espace de liberté, aussi bien pour ceux de l'Est que ceux de l'Ouest.

Comme JFK, « Ich bin ein Berliner ». Tout humain aspire à la liberté. C'est pourquoi ces murs dressés nous concernent tous.

25 ans plus tard, un autre mur tombe. Cette fois encore, les échos de cette chute feront plusieurs fois le tour de la planète.

Demain, le 15 juillet 2014, commence à Fortaleza au Brésil le 6ème sommet des dirigeants des pays BRICS. D'autres présidents sont invités pour des rencontres les jours immédiatement suivants.

Demain sera annoncée la signature de l'acte de création de la nouvelle Banque de Développement initiée par les pays BRICS, ainsi que celles de leur Fond de stabilisation des réserves monétaires. [1a] Il s'agit de la clé de voûte de notre anticipation politique sur l'émergence réussie du monde multipolaire. [1b]

Le siège de cette Banque sera fondé à Shanghaï, et sa présidence pour 5 ans sera tournante. Ouverte aux autres pays, les BRICS conserveront au moins 55% des parts et droits de vote. Elle opérera dans les devises nationales des BRICS, dès 2015, une fois les textes ratifiés par les Parlements nationaux.  

Ces institutions sont explicitement dédiées à offrir une alternative aux institutions de Bretton Woods [2] --la Banque Mondiale et le FMI-- qui assurent l'emprise du « consensus de Washington » et l'hégémonie du système monétaire international basé sur les échanges en Dollar US, et donc la --jusqu'ici-- nécessaire accumulation de réserves de titres libellés en dollar par tous les autres pays.
C'est une condition impérative au financement du développement des pays qui veulent bénéficier des "aides" du système international, lesquelles sont de plus accompagnées d'autres conditions particulièrement intrusives pour leur souveraineté économique, suivant une doctrine ultralibérale. Les décisions de ces institutions sont entièrement verrouillées par les Etats-Unis, y compris pour la modification de leur gouvernance [3].

Ce système qui prive de liberté (« there is no alternative »), c'est celui qui a érigé le mur du Dollar.

Demain est l'annonce d'un nouveau lendemain, celui où tous les pays de la planète vont se voir enfin offrir l'alternative dont ils étaient privés depuis 70 ans, pour pouvoir financer le futur de leur choix, sans conditions intrusives muselant leur économie. Cette alternative offrant davantage de liberté va créer une attraction irrésistible pour les autres pays. A ce titre, les BRICS ont déjà noué des relations avec le G77 regroupant désormais 133 pays, c'est à dire le monde entier sauf l'Occident.[4]

Aujourd'hui nous fêtons la prise de la Bastille, le symbole de l'émancipation par rapport à l'Ancien Régime. Elle aussi fut détruite pierre par pierre.
Demain, ce qu'il faudra retenir de cette signature c'est l'annonce de la chute du mur du Dollar.

Bastille, Berlin, Fortaleza: la liberté fait tomber les murs. 

Les conséquences pour l'Europe

A l'heure où les Etats-Unis et certains des gouvernements européens oeuvrent pour dresser de nouveaux murs en Europe de l'Est, où l'on parle de séparer des populations qui vivaient ensemble en paix depuis des décennies, où le sort voulu par ces dirigeants pour l'Ukraine ressemble de plus en plus à celui de l'ex-Yougoslavie, on ne peut que constater là un mouvement rétrograde par rapport à l'Histoire. Un soubresaut tactique dans le vide stratégique de l'Occident.

Ce vide appelle à être comblé. Pour les pays européens, et pour l'Euroland en particulier, il convient de comprendre enfin quel est le vrai mouvement de fond, comment les cartes sont en train d'être rebattues par la chute du mur du Dollar, et qu'il est donc plus que temps de développer, de tisser toutes les relations pertinentes avec les pays BRICS. Il  en va de notre Histoire.
En un mot : qu'il est enfin temps pour nos pays européens de développer une stratégie Euro-BRICS.[5]

Parce que nous voulons tous être des Berlinois. Nous voulons tous être libres.


_____________________
[*] Ce texte fait suite à ma dernière intervention lors de l'Agora Newropeans le 5 Juillet à Berlin ;
[1a] Ria Novosti, 07/2014 ; Romandie.com, 07/2014 ;
[1b] Nous avons été les premiers à anticiper publiquement l'impact réel de cette annonce. Voir 'Vers un nouveau système monétaire international - part 1', version EN ou FR, Conscience Sociale, 2013 ; 4ème séminaire Euro-BRICS, L.E.A.P., 2013 ; 
[2] Voir par exemple PressTV, 03/2013 ; La Voie de la Russie, 07/2014 ;
[3] Voir par exemple ‘FMI: La réforme de l'institution reste bloquée par Washington’, Les Echos, 01/2014 ;
[4] Courrier International, 06/2014 ;
[5] Cette analyse stratégique a été élaborée en tout premier par Franck Biancheri et le L.E.A.P., ce qui constitue à nouveau une anticipation politique dont l'écho est historique.


2014/07/01

Déclaration conjointe Euro-BRICS sur la crise ukrainienne - Trois propositions stratégiques

[republiée à partir du site Euro-BRICS du L.E.A.P.]

Nous [1], soussignés, membres de la société civile en Europe et dans les BRICS (chercheurs et professeurs universitaires, responsables de groupes de réflexion, journalistes, dirigeants d’entreprises, représentants de la société civile), souhaitons exprimer notre inquiétude commune quant aux tendances enclenchées par  la crise en Ukraine. Ces tendances ont une incidence sur la communauté internationale, menacent entre autre la souveraineté de l’Ukraine et l’indépendance de l’Europe, et provoquent une polarisation malvenue du système international avec des répercussions sur un équilibre géopolitique toujours fragile.
Nous voulons rappeler qu’une transition historique est en cours entre un monde unipolaire avec les Etats-Unis comme seule superpuissance et un monde multipolaire, transition qui doit être soutenue plutôt que contenue. Le monde entier, y compris l’Europe et les Etats-Unis, a tout à gagner à participer ensemble à la réorganisation d’une gouvernance mondiale fondée sur la multipolarité.
Nous tenons à réaffirmer notre analyse[2] selon laquelle l’Europe est en mesure de contribuer positivement à l’émergence pacifique d’un monde multipolaire. En effet, la crise ukrainienne a montré que, alors qu’une Europe indépendante et ouverte contribue à l’émergence d’un monde multipolaire, une Europe unilatérale créé les conditions mêmes d’un monde polarisé entre un bloc occidental et les nouvelles puissances mondiales.
Par conséquent, nous désapprovons fermement l’interruption des relations euro-russes et ses conséquences négatives sur les relations Euro-BRICS porteuses d’avenir. Nous sommes en total désaccord avec le déploiement de troupes des deux côtés de la frontière euro-russe et en particulier de troupes militaires américaines sur le territoire de l’Europe. Nous nous opposons à l’accroissement de tensions provoqué par le caractère non-concerté des politiques de libre-échange européenne et russe au niveau de pays frontaliers communs tels que l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, etc…
Nous considérons que la crise ukrainienne nécessite la mise en place d’un espace diplomatique destiné à débattre des droits de l’Europe et de la Russie à organiser leurs marchés communs et des moyens pour que ces marchés coexistent pacifiquement.
Nous tenons également à remarquer que la situation d’urgence humanitaire en Ukraine ainsi que les crimes et les exactions commises contre les populations civiles pendant la crise ukrainienne doivent être traités rapidement et faire l’objet d’enquêtes.
Nous estimons que le cadre de la coopération Euro-BRICS est susceptible de fournir la médiation appropriée  pour atteindre un résultat positif.

La situation requiert un sens élevé des responsabilités historiques et de l’intérêt collectif de la part des dirigeants du monde. C’est à ce sens que nous faisons appel à travers cette déclaration :
**  PARTAGER LES RESPONSABILITES COMME PREALABLE – Nous avons convenu que les responsabilités liées à la crise en Ukraine doivent être partagées entre l’Europe et la Russie. Ce n’est que sur cette base de reconnaissance mutuelle des responsabilités de chaque acteur que la paix en Ukraine pourra être reconstruite et les relations euro-russes relancées.
**  RELANCER LES RELATIONS EURO-RUSSES POUR CREER LES CONDITIONS D’UNE SORTIE DE CRISE MENEE PAR L’UKRAINE – Il appartient aux Ukrainiens de s’organiser et de reconstruire la paix en Ukraine. Cependant, les tensions entre les Ukrainiens pro-russes et pro-européens ne se désamorceront pas si les tensions entre la Russie et l’Europe ne se désamorcent pas en prier lieu. Par conséquent, au nom de la paix en Ukraine, nous appelons les dirigeants européens et russes à relancer un dialogue constructif. Par ailleurs, nous  souhaitons encourager les médias à fournir une information plus objective et à corriger toute désinformation susceptible de mener à de futurs conflits.
**  UN SOUTIEN EURO-BRICS A L’EFFORT DE SORTIE DE CRISE – En guise de contribution à encourager et soutenir l’effort euro-russe pour la relance d’un dialogue de sortie de crise, nous appelons les dirigeants Euro-BRICS [3] à convoquer très rapidement [4] le premier “sommet  Euro-BRICS pour l’Ukraine » qui aura pour objet d’établir les causes, d’identifier les solutions et de contribuer à mettre en place les conditions politiques et diplomatiques pour une résolution souveraine de la crise ukrainienne et pour la prévention de crises similaires avec d’autres États frontaliers euro-russes à l’avenir.

Ont signé la présente déclaration, les personnes suivantes, représentantes de la société civile en Europe et dans les BRICS (professeurs universitaires, chercheurs, dirigeants de groupes de réflexion, journalistes, représentants d’entreprises) par ordre alphabétique :
. Adriana Abdenur – Professeur, Institut des Relations Internationales, PUC-Rio, Rio de Janeiro, Brésil
. Jean-Paul Baquiast – Honorary State controller / Editeur de www.europe-solidaire.eu, Paris, France
. Marie-Hélène Caillol – Présidente LEAP/E2020 (Laboratoire européen d’Anticipation Politique), Paris, France
. Jayanthi Chandrasekharan – Assistant Professor, Département de français, Loyola College, Chennai, Inde
. Jose-Maria Compagni-Morales – Président FEFAP (Fundación para la Educación y Formación en Anticipación Política), Associate Professor IE Business School, Séville, Espagne
. Taco Dankers – Entrepreneur, software engineer, Dankers & Frank, Consulting and Software Engineering, Amsterdam, Pays-Bas
. Baudouin De Sonis – Executive manager, e-Forum & EU-China-Forum / Associate director IERI (Institut Européen des Relations Internationales), Bruxelles, Belgique
. Anna Gots – Directrice financière, AEGEE-Europe / European Students’ Forum, Bruxelles, Belgique
. Harald Greib – President IRPA (Internationaler Rat fur Politische Antizipation), Hambourg, Allemagne
. Christel Hahn – Coordinatrice générale, AAFB, Allemagne
. Michael Kahn - Professor Extraordinaire, Stellenbosch University, South Africa / Director, Research and Innovation Associates, Cape Town, South Africa
. Caroline Lubbers – Project manager Euro-BRICS, Amsterdam, Pays-Bas
. Bruno Paul - Docteur es Sciences, founder of conscience-sociale.org, Paris, France
. Zhongqi Pan – Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, Chine
. Sylvain Perifel – Coordinateur GEAB, Leap2020, Paris, France
. Marianne Ranke-Cormier – Présidente Newropeans, Paris, France
. Yi Shen - Associate Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, Chine
. Suyuan Sun – Research Associate at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, Chine
. Veronique Swinkels – Directrice Générale, BBK/Door Vriendschap Sterker, Amsterdam, Pays-Bas
. Alexander Zhebit – Professor of International relations, Universidade Federal de Rio de Janeiro, Brésil
. Jiejin Zhu - Associate Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, Chine


[1] Cette déclaration commune a été prise à l’issue d’une vidéo-conférence historique, organisée le 27 mai par LEAP en partenariat avec FEFAP et en collaboration avec l’Université Fudan de Shanghaï, qui a réuni 28 représentants d’Allemagne, Brésil, Chine, Espagne, France, Inde, Pays-Bas, Russie et Ukraine, sur le thème suivant: “L’impact de la crise ukrainienne sur les relations Euro-BRICS – Un échange de points de vue Euro-BRICS sur la crise ukrainienne en vue de solutions possibles”. Les points de convergence ont été frappants et ont conduit le groupe à rédiger cette présente déclaration conjointe.
[2] Le LEAP et MGIMO ont initié le concept Euro-BRICS en 2009 comme cela a été établi dans ce document: Why Euro-BRICS? Ou ici: Concept of the 4th seminar
[3] Au moins M. Hollande, Mme Merkel, M. Modi, M. Poutine, Mme Rousseff, M. Xi, M. Zuma.
[4] Idéalement, en marge du Sommet BRICS qui doit se tenir au Brésil mi-Juillet; au plus tard, début 2015.

2014/06/28

A Euro-BRICS joint statement on the Ukrainian crisis : Three strategic proposals

[Republished from LEAP/E2020 site.]
We [1], the undersigned members of civil society in Europe and the BRICS (academic professors and researchers, think-tank leaders, journalists, business representatives, civil society representatives), declare our common worry about the trends currently at play resulting from the crisis in Ukraine. These trends are affecting the international community, threatening the sovereignty of Ukraine and the independence of Europe mainly, triggering an unwelcome polarisation of the international system and impacting an always fragile geopolitical balance.
We strongly disagree with the disruption of Euro-Russian relations and its negative consequences on Euro-BRICS future-bearer relations, with the deployment of troops on both sides of the Euro-Russian border and in particular of foreign US military troops on Europe’s territory, with the growing tensions provoked by the non-concerted free-trade policies of Europe and Russia on common border countries such as Ukraine, Georgia, Moldova, etc…
We also want to state that the humanitarian emergency situation in Ukraine and crimes and abuses committed against the civil populations during the Ukrainian crisis should be promptly dealt with and investigated.
We consider that the Ukrainian crisis calls for the set-up of a diplomatic arena to discuss Europe’s and Russia’s rights to organize their common markets and how to make these markets coexist peacefully. We estimate that the Euro-BRICS cooperation framework is likely to provide the proper mediation required to reach a positive result.
We wish to reaffirm our analysis [2] that Europe presents assets to contribute positively to the peaceful emergence of a multipolar world. Indeed the Ukrainian crisis has showed that, while an independent and open Europe provides grounds for the emergence of a multipolar world, a one-sided Europe creates the conditions for a world polarized between a Western bloc and the new global powers.
We want to remind that a historical transition from a unipolar world with the US as the sole superpower towards a multipolar world is underway that must be accompanied instead of contained. The whole world, including Europe and the United States, will gain from a commonly-conducted reorganisation of global governance acknowledging multipolarity. To this purpose, we need global leaders with a high sense of historical responsibility and collective interest.
It is this sense historical responsibility and collective interest that we call onto through this declaration.

** ACKNOWLEDGING SHARED RESPONSIBILITIES AS A PREREQUISITE – We have agreed that responsibilities over the crisis in Ukraine must be shared among Europe and Russia. On this basis of recognition of each player’s responsibilities only can peace be rebuilt in Ukraine and Euro-Russian relations revived.

** RESUMING EURO-RUSSIAN RELATIONS TO CREATE THE CONDITIONS FOR A UKRAINIAN-LED CRISIS RESOLUTION – It belongs to the Ukrainians to get organized and rebuild peace in Ukraine. However there is no way tensions between the pro-Russian and pro-European Ukrainians will deescalate if tensions between Russia and Europe do not deescalate first. Therefore, for the sake of peace in Ukraine, we require from European and Russian leaders to restart a constructive dialogue and we wish to encourage the media to provide a more objective information and correct the mis-information which would lead to more conflict in the future.

** A EURO-BRICS BACK-UP OF THE CRISIS RESOLUTION EFFORT – As a contribution to encourage and mediate the Euro-Russian effort to relaunch a solution-oriented dialogue, we request from Euro-BRICS leaders [3] that they soon [4] convene the first “Euro-BRICS summit for Ukraine” in an effort to establish causes, identify solutions and contribute to put in place the political and diplomatic conditions for a sovereign resolution of the Ukrainian crisis and for the prevention of similar crises with other Euro-Russian border states in the future.

 Undersigned members of civil society in Europe and the BRICS (academic professors and researchers, think-tank leaders, journalists, business representatives) by alphabetical order
. Adriana Abdenur – Professor, Institute of International Relations, PUC-Rio, Rio de Janeiro, Brazil
. Jean-Paul Baquiast – Honorary State comptroller / Publisher of www.europe-solidaire.eu, Paris, France
. Marie-Hélène Caillol – President LEAP/E2020 (Laboratoire européen d’Anticipation Politique), Paris, France
. Jayanthi Chandrasekharan – Assistant Professor, Department of French, Loyola College, Chennai, India
. Jose-Maria Compagni-Morales – President FEFAP (Fundación para la Educación y Formación en Anticipación Política), Associate Professor IE Business School, Sevilla, Spain
. Taco Dankers – Entrepreneur, software engineer, Dankers & Frank, Consulting and Software Engineering, Amsterdam, The Netherlands
. Baudouin De Sonis – Executive manager, e-Forum & EU-China-Forum / Associate director IERI (Institut Européen des Relations Internationales), Brussels, Belgium
. Anna Gots – Financial Director, AEGEE-Europe / European Students’ Forum, Belgium
. Harald Greib – President IRPA (Internationaler Rat fur Politische Antizipation), Hamburg, Germany
. Christel Hahn – General coordinator AAFB, Germany
. Michael Kahn - Professor Extraordinaire, Stellenbosch University, South Africa / Director, Research and Innovation Associates, Cape Town, South Africa
. Caroline Lubbers – Project manager Euro-BRICS, Amsterdam, The Netherlands
. Bruno Paul - Doctor in Sciences, Founder of conscience-sociale.org, Paris, France 
. Zhongqi Pan – Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, China
. Sylvain Perifel – Coordinator GEAB, Leap2020, Paris, France
. Marianne Ranke-Cormier – President Newropeans, Paris, France
. Yi Shen - Associate Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, China
. Suyuan Sun – Research Associate at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai, China
. Veronique Swinkels - Director general, BBK/Door Vriendschap Sterker, Amsterdam, The Netherlands
. Alexander Zhebit – Professor of International relations, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brazil
. Jiejin Zhu - Associate Professor at Center for BRICS studies, Fudan University, Shanghai,

________________

[1] This common statement results from a historical video-conference, organised on May 27th by LEAP in partnership with FEFAP and in collaboration with the Fudan University, Shanghai, which gathered 28 representatives from Brazil, China, France, Germany, India, Netherlands, Spain, Russia and Ukraine, on the following theme: “The impact of the Ukrainian crisis on Euro-BRICS, Euro-U.S. and BRICS’ relations – A Euro-BRICS exchange of views on the Ukrainian crisis with a view to possible solutions”. The convergence of views was striking and led the group to draft this joint statement.
[2] LEAP and MGIMO launched the Euro-BRICS process in 2009 on this intuition stated here: Why Euro-BRICS? or here: Concept of the 4th seminar
[3] At least Mr Hollande, Ms Merkel, Mr Modi, Mr Putin, Ms Rousseff, Mr Xi, Mr Zuma.
[4] Ideally as a side event of the upcoming BRICS Summit in Brazil mid-July; at the latest, early 2015.

2014/05/12

Combler le vide politique : Elections Européennes, mémoire et esprit politique


Combler le vide politique 


Elections Européennes, mémoire et esprit politique 

En guise de réponse au détestable silence de la télévision de "service public" sur l'Europe, François Hollande nous gratifie d’un court article paru le 8 Mai : « l’Europe que je veux ». Il nous semble important de mettre en évidence certains points de fuite qui auront échappé à la totalité des commentateurs. 

Ce message sur les Elections Européennes de notre Président, repris mot pour mot par le Premier Ministre hier soir au JT de TF1, est volontairement trop tardif. C’est une évidence institutionnelle de l’escamotage du débat politique sur la France et en France, sur l’Europe et en Europe et par extension : sur l’Occident et en Occident

Notre Président y fait appel à notre mémoire et à notre volonté politique. Ce sont les deux marches que nous allons utiliser à notre tour, mais avec la bonne perspective historique. En effet, savoir pour qui et pour quoi voter le 25 mai pour les élections européennes est la question qui tue, comme les massacres en Ukraine en sont le terrible rappel. C’est pourquoi 60 % des Français (un record) se disent intéressés par ces élections. Mais si 59 % refusent toute sortie de l'euro, c’est la confusion qui règne dans les esprits, même chez les leaders de la société civile. C’est à l’éclaircissement de ces deux questions : pour quoi ? pour qui ? que nous voulons contribuer. Il s’agit de clairement mettre les mots sur notre plus grand mal actuel : le vide politique dans les pays européens, entrelacé à notre vide stratégique

De quoi le 8 mai est-il le souvenir? 

Si cette « victoire fut celle de la liberté », qu’en reste t’il aujourd’hui ? Comment expliquer que cette « liberté » puisse justifier dans la bouche de nos représentants les actes atroces commis en Ukraine, consentis sinon soutenus aujourd’hui tout en étant rejetés par les mêmes quand il s’agit de parler de la Shoah? 

Une seule explication est possible : cette liberté n’en est plus une. Depuis la fin de la parenthèse gaulliste, la France a subi l’érosion de son indépendance, et de ses voix les plus éclairées. Chaque européen doit se poser cette question vis-à-vis de l’histoire de son pays depuis la deuxième guerre mondiale. 

Le 8 mai 1945 n’a décidément pas « conjuré l'un des plus grands dangers qui aient jamais menacé l'humanité. » Si dans l’esprit de notre président, comme dans le nôtre, ce danger s’appelle fascisme, alors il faut rappeler les actes caractérisant la superpuissance états-unienne: la proximité [1] et le soutien depuis les années 1920 des mouvements nazis [2] ou groupes parafascistes [3] dans de très nombreux pays [4] et dernièrement en Ukraine [5]. 

Citons en particulier l’Opération PaperClip de récupération des Nazis allemands dans l’appareil militaro-industriel à la fin de la guerre mondiale, ainsi que les réseaux d’insurrection Gladio (Stay-behind) dans toute l’Europe [6] – la tuerie en 2011 d’Anders Behring Breivik près d’Oslo en Norvège [7], et le dernier coup d’Etat en Ukraine nous rappelant que ces réseaux dormants existent encore bel et bien de nos jours dans nos pays européens. 

Rappelons aussi que l’état profond des Etats-Unis, état policier, n’a pas d’alliés : ils n’a que des serviteurs qu’ils espionnent en masse jusqu’au plus haut niveau des Etats, sans que nos leaders politiques n’en frémissent. Belle liberté que nous avons gagnée en vérité ! 

Le mobile de l’Histoire 

Non, à la différence d’Hitler le fascisme et le néonazisme ne sont pas morts, pour une raison historique restée oubliée trop longtemps : dès le départ, le développement de ces idéologies réactionnaires a été soutenu financièrement par des grands banquiers et magnats de l’industrie [2], qui ont aussi usé de leur influence dans les médias pour créer un système de confrontation avec le courant politique marxiste lequel connaissait une expansion mondiale. Cette manœuvre politique sans précédent à cette échelle planétaire repose sur un principe d’escamotage analysé dès 1932. [8] En voici le résumé : 

Dans chaque pays, le nouveau système politique doit créer un équilibre par la confrontation entre les dialectiques marxistes et fascistes. Placées aux extrêmes de l’échiquier politique, la progression de cette confrontation vise à vider le centre politique, et à entretenir une illusion. 

Prenons une image : l’ensemble formé par deux lourdes barres en métal visées dans un petit morceau de bois en étant diamétralement opposées peut tenir en équilibre. L’équilibre des forces reste le même si le poids de chaque barre est concentré à son extrémité : c’est le centre qui est vidé. 

Allons plus loin encore : cet ensemble peut maintenant être mis en équilibre sur la pointe d’une aiguille, placée sous le centre du morceau de bois. Ainsi l’ensemble peut se même se mettre à tourner autour de l’aiguille. Ce mobile décrit précisément le système politique occidental depuis le XXème siècle: alors que toute la sphère politique est obnubilée par la confrontation avec l’autre extrême, personne ne se rend compte que tout tourne en fait autour de la petite aiguille, en dessous, là où se trouvent les artisans de cette politique profonde.
Ce sont eux qui peuvent par leur action facilement déterminer l’orientation de l’équilibre politique visible. Et le vrai débat politique, celui qui organiserait la confrontation dialectique avec ceux qui ont le vrai pouvoir, reste complètement escamoté, invisible de tous pendant des décennies. Comment les électeurs pourraient-ils maintenant s’étonner que le parti soi-disant dominant, qu’il soit de droite ou de gauche, ne change rien à la situation? Pour conclure: la seule dialectique politique efficace à notre époque ne doit pas être droite contre gauche, mais d’abord citoyens et société civile contre artisans de l’Etat profond. Parce qu'avant le choix d'une politique d'orientation, il faut regagner notre liberté.

Décider ou être poussé dans le dos ? 

Dans ce système d’influence invisible, on comprend mieux pourquoi les chaines de télévision ont voté Front national pour l’Election européenne, et pourquoi le gouvernement est si timide dans cette campagne où « il s'agit, ni plus ni moins, de décider du sort de notre continent, de son rôle dans le monde, du modèle de société que nous voulons promouvoir. » Notre analyse nous fait dire que beaucoup d’influence a été utilisée pour que le Front National obtienne le plus haut score possible dans cette élection. Celle-ci n’aura pas d’effet direct sur les lois nationales puisque les prérogatives du Parlement Européen sont très faibles et ses députés frileux comme nous l’avons déjà dit. Il s’agit d’utiliser le séisme médiatique causé en France pour instiller la peur et faire passer ensuite des lois et traités atlantistes, comme le TTIP: si l’Europe pouvait être bientôt assimilée à un Parlement d’extrême-droite, il serait facile de faire accepter aux citoyens qu’on ne peut que «choisir» de se rapprocher d’un bienveillant et protecteur « grand frère américain ». 

Dans les démocraties occidentales, la liberté des citoyens c’est surtout de se faire duper, et celle des partis d’être instrumentalisé par des procédés dont l’origine leur échappe dans les profondeurs de l’histoire. 

Les conditions de la volonté souveraine

Dans ces conditions, on comprend que la première priorité que l’on doit attendre d’une élection n’est pas d’abord l’expression d’une volonté (fusse-t’elle celle du Président) mais bien celle des conditions pour pouvoir exprimer cette volonté. 

Ces conditions sont pour nous les suivantes, puisque la volonté authentique ne peut pas naître sans indépendance dans les actes et dans les pensées : 
  • La France doit retrouver l’indépendance de sa politique étrangère. Elle doit donc commencer par sortir de l’OTAN. Aucun traité à trahir, juste une lettre à envoyer comme le fit le général de Gaulle; 
  • La France doit retrouver ses valeurs. Le chemin sera long mais il commence sur celui de Damas. La France doit présenter ses excuses pour ses erreurs stratégiques en Syrie, en Lybie, en Ukraine, en Afghanistan et vis-à-vis de l’Iran; 
  • La France doit retrouver l’indépendance de sa diplomatie. Elle doit donc condamner catégoriquement tous les actes d’espionnage des Etats-Unis, démonter l’installation de la NSA sur le câble sous-marin à Toulon ; 
  • Le gouvernement de la France doit retrouver la confiance de ses citoyens et protéger leurs libertés. Il doit donc dénoncer tous les « partages d’informations de masse » avec la NSA et le GCHQ, renoncer à l’article 20 de la LPM, déployer des nouvelles infrastructures plus résilientes (par exemple rejoindre l’internet des BRICS) ; il doit aussi assurer une revue entièrement transparente du TTIP avec la société civile. Par exemple en aucun cas des intérêts corporatistes ne peuvent prévaloir sur les Etats en cas de litige. Aucun standard européen ne peut être diminué. Aucun OGM introduit, etc ; il doit aussi retirer toute machine à voter (qui sont à juste titre interdites en Allemagne). 

Ceci vaut pour la France, mais aussi pour l’Europe si on y ajoute : 
  • le désaveu du Service pour l’Action Extérieure de la Commission Européenne, et demande expresse de le cantonner à exécuter seulement les décisions prises par le Conseil Européen, en restreignant fortement son autonomie ;
  • la demande du retrait de toutes les troupes militaires américaines stationnées en Europe et ses territoires d’Outre-Mer. 

Voilà sur quel esprit chaque parti devrait se prononcer explicitement avant les élections. Sans l’établissement de ce socle préalable qui dépasse tous les clivages traditionnels droite-gauche, tout débat sur la construction européenne et le « Progrès » reste une vaine illusion. 
Cela permettrait aux électeurs d’effectuer un premier tri et de faciliter grandement le choix du « pour qui ». 
Et pour ceux qui après réflexion préfèrent l'abstention, ils choisissent donc de sortir du système politique actuel. Ils devraient aller au bout de leur logique et acheter avec leur euros des pièces d'or, ou adhérer à un système de monnaie locale (SEL). 

Vers une stratégie Euro-BRICS 

Sur le « pour quoi », ensuite: cet esprit d’indépendance permettra à la France, à l’Euroland, et à l’Europe de décider dans quelle stratégie s’engager. 
Notre préférence va logiquement à soutenir le développement des relations Euro-BRICS, parce que c’est la voix la plus porteuse dans la crise du système monétaire international, actuellement dans sa phase terminale. Le débat sur sortir ou non de l’euro n’a pas de sens si on ne répond pas d’abord à cette question brûlante. Nos préconisations sont donc : 
  • Affirmation du rôle positif pour l’Europe des récentes annonces de l’établissement du clearing en Yuan à Londres et à Francfort;
  • Affirmation de la volonté de tout mettre en œuvre pour que la France intègre dès que possible le nouveau système monétaire et financier en construction, en commençant par le souhait de faire entrer la France comme membre de la nouvelle Banque Mondiale de Développement initiée par les pays BRICS ;
  • Affirmation du rôle moteur qu’entend jouer la France parmi les pays de la zone euro avec ce programme, dans la seule ambition de créer de nouvelles synergies et un mouvement positif en levant les blocages existants ;
  • Affirmation de la volonté de la France de jouer désormais un rôle leader dans la définition et l'instauration rapide des nouvelles régulations bancaires, contre l'évasion fiscale, et notamment aussi concernant une union bancaire européenne la plus efficace possible ;
  • Développement d’une nouvelle stratégie visant à redynamiser les relations de la France avec les pays BRICS ; annonce d’une tournée diplomatique des leaders européens dans chaque capitale des pays BRICS. 

A partir de là, il s’agira pour chacun de se mettre humblement à la tâche de combler nos vides. 


___________________________

[1] Robert Parry, 'Secrecy & Privilege: Rise of the Bush Dynasty from Watergate to Iraq', The Media Consortium, 2004. 

[2] a) The Guardian, 09/2004 ; b) Antony C. Sutton, 'Wall Street and the Rise of Hitler', G S G & Associates Pub, 1976 ; voir aussi cette interview du Pr. Sutton.

[3] Peter Dale Scott, ‘Transnationalised Repression; Parafascism and the U.S.’, Lobster magazine, Issue 12, 1986. 

[4] Salon.com, 03/2014 ; Pour un aperçu des crimes de guerre commis depuis 1945, voir Jeremy Kuzmarov, 'Bomb After Bomb: US Air Power and Crimes of War From World War II to the Present', The Asia-Pacific Journal, Vol 10, Issue 47, No. 3, November 19, 2012. 

[5] Global Research, 03/2014. 

[6] Flux RSS des archives du département ISN à l'Institut Fédéral Suisse de Technologie à Zurich sur les réseaux Gladio ; Interview du Dr Ganser (12/2005) ; Documentaire de la BBC (06/1992). 

[7] Global Research, 08/2011. 

[8] J’ajouterai la référence dans un mois. Le lecteur qui la retrouvera dans l’intervalle gagne mon estime ! 


__________________
Mise à jour:
2014/5/14: ajout de la référence 2 b)