Affichage des articles dont le libellé est L.E.A.P.. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est L.E.A.P.. Afficher tous les articles

2013/11/02

Towards a resilient international monetary system (part 1)

[This is the English translation of the original article published in French.
Part 2 of this serie is available here: The golden age of our times is the age of gold]

Foreword:

The crisis of legitimacy faced by the institutions of the global governance system set up after 1945 is resulting in the collapse of the old framework of international cooperation, with apparently nothing ready to replace it, besides a myriad of more or less successful regional integration projects. The supra-national regional entities that are currently being forged, created in a context of increasing emergency, are indeed the building blocks of tomorrow’s multipolar world. These integration processes are certainly a necessary step, but without a new "global" governance framework, capable of harmoniously combining these new components, conflicts of interest will soon oppose them and will quickly lead the world into the logic that prevailed in Europe in the late nineteenth century and the first half of the twentieth century.

Today everyone can see these tensions mounting between blocks on the themes of access to commodities, trade, currencies,.. putting high pressure on the fragile world peace and endangering the impressive development of emerging powers and the long period of prosperity of Western powers.

The next G20 to be held in Saint Petersburg in September is the next opportunity that the world gives itself to find solutions to the growing difficulties facing its equilibrium. But time is running out...

The Euro-BRICS strategic alliance :

For three years now and based on three seminars already, LEAP and MGIMO have been advocating a Euro-BRICS strategic alliance wishes to enable:
  • Europe to turn more resolutely towards the future dynamics that the BRICS bring
  • the BRICS to find the allies they need to achieve a more balanced global governance system.
In this double simultaneous development, the whole world has everything to gain.

The last seminar of the Euro-BRICS research network was held in Moscow on 23 and 24 May 2013 and addressed several major issues that the dynamics of Euro-BRICS relations could bring solutions upon, which include monetary and trade issues.

My presentation was titled "Towards a resilient international monetary system to systemic crises". I presented a strategic overview of the first part of my thoughts on the evolution of the international monetary system, which concerns the short-term. When reading its content (full text below) it may yet seem too much avant-garde or even wacky. This is not the case as demonstrated by recent announcements: first the announcement last July of the use of Qianhai special region for the purpose of innovation in financial flows. And second: in June 2013, the Asian Development Bank, the Centre for International Governance Innovation and the Hong Kong Institute for Monetary Research published a study entitled "A Practical Approach To International Monetary System Reform: Building Infrastructure For Settlement Regional Currencies" (originally presented in a conference December 2012 in Hong-Kong) and exactly aligned with the strategy that I have described.

Bruno Paul, 08/27/2013.



Towards a resilient international monetary system to systemic crises

Back in April 2010, the World Bank member countries agreed to change its severely criticized governance. This text has never been ratified by the U.S. Congress. 

On 03/26/2013 the BRICS countries announced the opening in 2014 of their own development bank, a fund with more than 100 billion USD, which will be able to substitute to the World Bank when appropriate. 

In response to the question I asked last 04/19/2013 at the conference #futureecon organized by the IMF, about the possibility of creating a second IMF by the BRICS countries, the IMF Deputy General Manager M. Min Zhu worried about this eventuality, and the question is no longer taboo. We need to remember that the world has witnessed the use of two simultaneously dominant reserve currencies during the interwar period. The U.S. dollar and British pound were used in almost equal parts, each with their own geographic area of influence.[5] To continue only to forecast a single international monetary system and a single reserve currency is therefore probably a reflex or an intellectual habit. 

IMF has announced a commitment to a review of quotas by January 2014, a proposition championed by BRIC countries since 2008. [1] 

From the conclusions of their last April and May meetings, G20-Finance, the World Bank, the IMF and the IFMC helped to highlight the strong convergence of international debate and a consensus on three key principles: structural reforms that will manage debt on a sustainable path, deficit reduction over the medium term and reduction of global macroeconomic imbalances. It is explicitly stated the need to restore the resilience of the international economic system. 

The IFMC press release specifically indicates a commitment to refrain from competitive devaluations.[6] 

We can then define two groups of countries: those who actually enroll in this consensus, and those for whom it is only words since the beginning of the crisis. Factual analysis of the evolution of macroeconomic indicators since 2008 allows us to isolate in one group: the U.S., Japan, and the United Kingdom, and in another group: all others G20 countries. For instance, efforts towards a fiscal convergence within the eurozone are particularly remarkable. The integrated economic government of Euroland, with a president appointed at its head who would be responsible for a tax harmonization among the member countries and to extend the plan against tax evasion is growing each day a little bit more, these days by the official voice of François Hollande who so wishes to occur before 2015. 

On the other group, without having to officially using the terms of "competitive devaluation" the weapon of extraordinary monetary policies has already allowed the yen to lose continuously 25% of its value against the dollar, the euro, and the yuan since October 2012. Analysts announce the continuation of this trend throughout 2013.


Therefore what struck us is the failure of the IMF strategic mission of financial supervision, whose official statements endorse the practices of countries that do not play the multilateral game.

This has already pushed the BRICS countries to develop a common strategy for the reform of the international monetary system. [4] To my mind it is shared by the political leaders in the Euroland and fully in the logic of closer Euro-BRICS relations. Let’s list the the big milestones of this multilateral strategy for the reform:
  • Reform and entry into force of new quotas and voting rights in the IMF, with an improving weight for countries like the BRICS;
  • Reform of the basket of currencies defining the SDR currency (with gold gram);
  • Development of a very deep and liquid market for international trade based on the new SDR
  • Slow rebalancing of global macroeconomic imbalances in the medium term, is to say 20 years minimum

 The unprecedented political movement created by the creation of a new BRICS development bank, far from appearing as a simple duplication, can be also useful to stimulate diplomatically the progress of this multilateral strategy.

The key question then becomes, in my opinion: is the necessary delay to ensure the success of this strategy allowed? As stated in the introduction of our seminar: "time is running out." We recently published in the Magazine of Political Anticipation an analysis of U.S. foreign and domestic policies going back over a century, and we showed that the policy of military Keynesianism at work in this country led to a strong erosion of democracy, today already at a level where we can anticipate that a significant portion of U.S. citizens in a few years will be forced to follow the path of an open struggle against their federal government. To the international pressure will follow for the U.S. government a rapidly growing domestic pressure.[7]

Moreover, the unveiling role of the world systemic crisis has occurred:
- First, in the recent and anticipated dramatic shifts in the gold market which revealed the price manipulation through short sales contracts on the COMEX in New York, followed by withdrawal of almost all of the eligible physical gold stocks stored by JPMorgan Chase , one of six bullion banks sharing the gold storage and physical delivery for COMEX futures market. 

Source: ZeroHedge

In two days, 400 t of gold disappeared from the bullion banks [3]. At the same time appears the loss of correlation between the official quotation of gold (that is to say, gold paper quotation) and the physical gold which is now accessible only through the addition of a premium which greatly increased , and is highly dependent on local supply. And finally we need to point out the historical record for physical gold imports by Asian countries in the first quarter, including 300 t for China. 

Source : ZeroHedge

- Second, the disclosure is evident in the growing number of leaked lists of thousands of owners of bank accounts in tax havens since 2007 (beginning with the Lichtenstein then Switzerland [2]), in the investigations that the States including those of the Anglo-Saxon pole are forced to conduct, and finally in the growing regulation of automatic data exchanges from tax havens banks to the fiscal administration in the state of residence.

These unveilings are major factors accelerating the global systemic crisis, in its current phase.
It seems to me therefore essential not to abandon the multilateral strategy to reform the international monetary system, but to quickly add to it another initiative from the Euro-BRICS group. This second initiative draws on the logic currently at work of global geopolitical dislocation, and I call it “Multipolar Strategic Initiative for Resilience”. Its purpose is to minimize the effects of currency war, and to complement the use of the many new bilateral swaps.

Our proposition is to develop or create Special Administrative Regions for each country of the Euro-BRICS group. These regions would be dedicated to flows of goods traded by each country of the Euro-BRICS with the United States and Japan, like the existing status for Hong Kong or Macau. The inclusion of the UK in this list of special trade partners could be studied as well, but the process is made much longer and uncertain for the euro zone because of the current European treaties. Possible future voluntary exit from the European Union by the UK would call for study its inclusion in this list.

Euro-BRICS countries would not make any more invoicing or payments for goods selling directly with the United States and Japan. Note that we consider for the moment only flows of physical goods, that is to say, the greater part of the real economy. Import/export flows and re-invoicing would be operated only using transhipment through the Special Administrative Regions (SAR). The idea would be to use in these regions a different currency than the one commonly used in Euro-BRICS countries, in the same way that the Hong-Kong dollar is not the same currency than the yuan or renminbi.  Current currencies would remain convertible on the market. These Special Administrative Regions would concentrate the risk of trading with countries with great variations in currency exchange rates. Euro-BRICS countries would be able to regulate at will the rate of exchange between their own currency and the one in force in their own SAR. These SAR would be developed or created around major ports currently used for trade with the USA and Japan. Registering not strictly necessary financial activities (private funds ...) in these SAR will be discouraged.

Trade between the Euro-BRICS countries should not be affected by the development of the RAS, and if possible do not pass through them. These areas should be used only to build a “firewall” (like when protecting IT networks) for trade with countries whose observed policies have proven their unwillingness to respect the required governance for an effective multilateral trade dialogue.

However, it is desirable that the Euro-BRICS countries strengthen their abandonment of the dollar as their international invoicing currency for trade between them, including for oil products. The existing agreements should be amended accordingly.

The Multipolar Strategic Initiative for Resilience is very flexible. Each country can progress at its own pace in this direction, respecting the new cooperative logic of global governance summarized by the expression of Evgenia Obitchkina: “the multipolarity alongside the diversity." [8]

The main advantage of such a "string of pearls" of RAS that would interface with the United States and Japan, in addition to reducing the currency risk thanks to the strict control of the exchange rate with the SAR and to the billing terms that can be optimized, lies in the resilience of the international trade system in case of default of major financial institutions in the United States or Japan. For Euro-BRICS countries, financial defeasance structures (Special Purpose Vehicles…) would be registered in the RAS and systemic risk would be more contained without jeopardizing businesses and public debts of the Euro-BRICS countries.

Finally this initiative can be simply summarized: it is to organize and regulate the interface between the dollar-yen area and the rest of the world. The trade and economic size of the Euro-BRICS countries is sufficient to initiate the successful containment of the systemic risk.

In a second step, one could think about control of capital flows between the Euro-BRICS countries and U.S. / Japan, but it seems to me less of a priority and can be developed independently. The Asian crisis of 97 and the euro crisis have already raised awareness of required significant exchange reserves or alternative mechanism to dampen currency crises or sudden withdrawal of capital by U.S. companies.

The world of tomorrow, but also visible prospects out of the current global crisis depends to a large extent on the qualities of the new international monetary system and first its stability. The Multipolar Strategic Initiative for Resilience is a new step towards a dual international monetary system resilient to global systemic crises. As Deng Xiaoping stated: "One World, a dual system" is the horizon to which we should move forward. And as said Richard Fuller, “to change something we need to build a new model that makes the existing model obsolete”. The mere mention of this possibility is already a carried weight argument to improve the effectiveness of the multilateral strategy. This new initiative is a potential source of true political influence for the Euro-BRICS and for a growing synergy by network effect.

Bruno Paul, 05/23/2013, Moscow.




[2] Shortly after the agreement with the French fiscal administration is an agreement reached between UBS Switzerland and the USA

[3] K. Weiner has since proposed a different explanation for this fact. It is seldom known and deserves to be mentioned. 

[4] M. Otero-Iglesias, M. Zhang, EU-China Collaboration in the Reform of the International Monetary System, RCIF Working Paper No. 2012W07, 04/2012; Mr. Otero-Iglesias, China, the Euro and the Reform of the International Monetary System , 10/2012 

[5] C. R. Schenk, The Retirement of Sterling as a Reserve Currency after 1945: Lessons for the US Dollar ?, Canadian Network for Economic History conference, 10/2009 ; B. Eichengreen, M. Flandreau, The rise and fall of the dollar, or when did the dollar replace sterling as the leading international currency?, NBER Working Paper 14154, 2008. 


[7] B. Paul, The inevitable counter-revolution of the American people, Magazine of Political Anticipation, n.8, 03/2013; See also the long version of this article in French. 

[8] E. Obitchkina, « From the diplomacy of states to that of networks: powers and areas of interest », 3rd Euro-BRICS seminar, Cannes, 09/2012. 

2013/08/20

Vers un nouveau système monétaire international (partie 1)

[A translation in English of Part. 1 is available here: Towards a resilient international monetary system.
La Partie 2 de cette série est disponible ici: L’age d’or de notre ère est l’age de l’or]

La crise de légitimité que traversent les institutions de la gouvernance mondiale mise à place après 1945 est en train d’aboutir à un effondrement pur et simple de l’ancien cadre de coopération internationale. Or rien à ce jour ne semble prêt à le remplacer en dehors d’une myriade de projets d’intégration régionale plus ou moins aboutis. 

Les entités régionales supra-nationales qui se constituent actuellement à marche forcée dans un contexte d’urgence croissante forment bel et bien les briques du monde multipolaire de demain. Ces intégrations sont certes une étape indispensable, mais sans un nouveau cadre de gouvernance « mondiale » capable de réunir harmonieusement ces nouvelles composantes, les conflits d’intérêt ne tarderont pas à les opposer et entraîneront vite le monde dans les logiques qui ont régné en Europe de la fin du XIX° siècle et durant la première moitié du XX° siècle.

Ces tensions, chacun peut dès aujourd'hui les voir déjà monter entre blocs sur les thèmes de l’accès aux matières premières, du commerce, des monnaies, le tout mettant sous haute pression la fragile paix mondiale et mettant en péril l’impressionnant développement des puissances émergentes et la longue période de prospérité des puissances occidentales.
Le prochain G20 qui doit se tenir à Moscou en septembre est la prochaine occasion que le monde se donne pour trouver des solutions aux difficultés croissantes que rencontre son équilibre. Or le temps presse… 

Le rapprochement stratégique Euro-BRICS 
Le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique (LEAP) et l'Université MGIMO élaborent désormais depuis 2010 et au fil de séminaires des propositions concrètes pour un rapprochement stratégique Euro-BRICS devant permettre :
•  à l’Europe de se trouver plus résolument vers les dynamiques d’avenir que portent les BRICS 
•  et aux BRICS de trouver l’allié dont ils ont besoin pour pouvoir engager la réforme du système de gouvernance mondiale en leur faveur. 
De ce double développement simultané, le monde dans son ensemble a tout à gagner. 

Aussi le dernier séminaire du réseau Euro-BRICS qui s'est déroulé à Moscou les 23 et 24 Mai 2013 a abordé plusieurs thèmes porteurs de conflits majeurs auxquels le rapprochement Euro-BRICS apporterait des solutions, et parmi lesquels figurent les problématiques monétaires et commerciales.

Mon intervention avait pour titre : "Vers un système monétaire international résilient aux crises systémiques". 
Elle présentait une synthèse stratégique de la première partie de mes réflexions sur l'évolution du système monétaire international, qui concerne le court-terme. A sa lecture, son contenu (texte intégral ci-dessous) pourrait pourtant vous sembler trop avant-gardiste voire farfelu. Il n'en est rien. J'en veux pour preuve l'annonce en juillet dernier de l'utilisation de la zone spéciale de Qianhai à des fins d'innovation sur les flux financiers. Et dès juin, la Asian Development Bank, le Centre for International Governance Innovation et le Hong Kong Institute for Monetary Research ont publié une étude intitulée "A Practical Approach To International Monetary System Reform: Building Settlement Infrastructure For Regional Currencies" (initialement présentée en décembre 2012) et qui se situe exactement dans la stratégie que j'ai décrite.



Vers un système monétaire international résilient aux crises systémiques.

Bruno Paul, 23 mai 2013, Moscou, 4ème séminaire Euro-BRICS.

En avril 2010, les pays membre de la World Bank ont conclu un accord pour modifier sa gouvernance sévèrement critiquée. Le Congrès U.S. ne l’a pas encore ratifié.

Le 26 mars 2013 les BRICS ont annoncé l’ouverture en 2014 de leur propre banque de développement qui court-circuitera à terme la World Bank et d'un fond d'échanges doté de plus de 100 milliards d’USD.

En réponse à la question que j’ai posée à la conférence #futureecon du 19 Avril dernier organisée par le FMI, à propos de l’éventualité de la création d’un second FMI par les BRICS, l’inquiétude est reconnue par le directeur général adjoint du FMI, M. Min Zhu, et la question n’est pas tabou. Il faut rappeler ici que le monde a connu à l’entre deux-guerres une période d’utilisation de deux monnaies de réserves prépondérantes et utilisées à part quasi-égales : le dollar US et la livre sterling, chacune avec leur zone d’influence géographique.[5] Continuer à se projeter vers un système monétaire international unique et une monnaie de réserve unique n’est donc sans doute qu’un réflexe ou une habitude intellectuelle.

Les communiqués du FMI indiquent par ailleurs un engagement à une révision des quotes-parts d’ici janvier 2014, proposition défendue par les BRIC dès 2008.[1]

En avril et mai, les réunions du G20-Finance, de la World Bank, du FMI et du CMFI ont permis de mettre en évidence la très forte convergence des débats internationaux et d’un Consensus sur 3 principes clés: réformes de structure qui permettront de placer la dette sur une trajectoire viable, de réduction des déficits à moyen terme d’une part et des déséquilibres macro-économiques mondiaux d’autre part. Il s’agit explicitement de rétablir la résilience du système économique international. 

Précisons enfin que le communiqué du CMFI indique spécifiquement un engagement à s’abstenir de dévaluations compétitives.[6]

Il faut alors distinguer deux groupes de pays : ceux qui s’inscrivent réellement dans ce consensus, et ceux pour qui il ne s’agit que de mots. Une analyse factuelle de l’évolution des indicateurs macroéconomiques depuis 2008 jusqu'à ce jour nous autorise à isoler d’un côté le groupe des USA, Japon, et Royaume-Uni, et de l’autre côté celui de tous les autres pays du G20.
Les efforts de convergence budgétaire au sein de la zone euro sont en particulier remarquables. Le gouvernement économique intégré de la zone euro, avec un président nommé à sa tête qui serait chargé notamment d'une harmonisation de la fiscalité des pays membres et de prolonger le plan de lutte contre la fraude fiscale se précise chaque jour un peu plus, ces derniers jours par la voix officielle de François Hollande qui le souhaite d’ici 2015.
En face, sans avoir besoin de prononcer officiellement les termes de « dévaluation compétitive », l’arme du QE de la guerre monétaire a déjà permis au yen de perdre de manière continue 25% de sa valeur face au dollar, à l’euro, et au yuan depuis octobre 2012. Les analystes annoncent la poursuite de cette tendance tout au long de 2013.

Il faut donc constater à ce jour l’échec de la mission stratégique de surveillance financière par le FMI, dont les communiqués officiels cautionnent les pratiques des pays qui ne jouent pas le jeu multilatéral.

Ce constat a déjà poussé les acteurs BRICS à élaborer une stratégie commune de réforme du système monétaire international [4]. Je l’estime partagée par les décideurs de l’Euroland, et dans la logique d’un rapprochement Euro-BRICS. Rappelons les grands jalons de cette stratégie multilatérale:

- réforme et entrée en vigueur des quotes-parts et droits de vote au FMI en faveur des pays BRICS

- réforme du panier de monnaies constituant les SDR (avec le gramme d’or)

- création d’un marché très liquide et profond pour le commerce international basé sur les nouveaux SDR

- rééquilibrage lent des déséquilibres macroéconomiques mondiaux à moyen terme : c’est-à-dire 20 ans au strict minimum

Le mouvement politique sans précédent de la création par les BRICS d’une nouvelle banque de développement, loin d’apparaître comme étant un simple doublon, sert aussi à stimuler diplomatiquement l’avancée de la stratégie multilatérale. 

La question primordiale devient alors à mon sens : avons-nous à disposition le temps nécessaire pour assurer le succès de cette stratégie? Comme le dit l’introduction de notre séminaire: « le temps presse ». Nous avons publié dans le Magazine d’Anticipation Politique une analyse de la politique américaine en remontant sur plus d’un siècle, et nous montrons que la politique de keynésianisme militaire à l’œuvre dans ce pays conduit à une érosion de la démocratie, à un point aujourd'hui tel qu’une partie significative des citoyens états-uniens seront d’ici quelques années en lutte déclarée contre leur gouvernement fédéral. A la pression internationale va s’ajouter pour leur gouvernement un accroissement rapide de la pression domestique.[7]

Par ailleurs le rôle de dévoilement exercé par la crise systémique mondiale a été mis en œuvre :

- premièrement dans les bouleversements récents et anticipés du marché de l’or qui ont fait apparaître aux yeux de tous la manipulation du cours par l’intermédiaire des ventes à découvert de contrats "futures" sur le marché COMEX à NewYork, suivi du retrait immédiat de la quasi-totalité des seuls stocks éligibles d’or physique abrités par JPMorgan Chase, l’une des six sociétés qui se partagent ce marché du stockage d’or contrepartie des contrats "futures".

Source: ZeroHedge

En 2 jours, 400 t d’or ont ainsi disparu de ce marché.[3] Apparaît ensuite la perte de corrélation entre la cotation officielle de l’or (c’est-à-dire de l’or papier) et celle de l’or physique qui n’est désormais accessible qu’au moyen de l’addition d’une prime qui a très fortement augmentée, et très dépendante de l’approvisionnement local ; puis signalons enfin le record historique pour les importations d’or physique par les pays asiatiques au premier trimestre, dont 300 t pour la Chine.

Source: ZeroHedge

- Deuxièmement le dévoilement est évident dans les diffusions croissantes des listes de milliers de possesseurs de comptes bancaires dans les paradis fiscaux depuis 2007 (avec le Lichtenstein puis la Suisse [2]), dans les enquêtes que les Etats, y compris ceux de la sphère anglo-saxonne, sont alors obligés de diligenter, et finalement dans la régulation montante des envois automatiques de données à partir des banques des paradis fiscaux vers les Etats de résidence.

Ces dévoilements sont des facteurs majeurs d’accélération de la crise systémique globale, dans sa phase actuelle.

Il me parait dès lors indispensable non pas d’abandonner la stratégie multilatérale de réforme du système monétaire international, mais de la compléter rapidement par une autre initiative du groupe Euro-BRICS. Cette initiative se dessine dans la logique actuellement à l’œuvre de dislocation géopolitique mondiale, et je la nomme Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique. Son but est de limiter les effets de la guerre monétaire, et de venir compléter l’utilisation des nombreux nouveaux swaps bilatéraux.

Notre proposition consiste à développer ou créer des Régions Administratives Spéciales pour chaque pays du groupe Euro-BRICS. Ces Régions seraient dédiées aux flux de marchandises échangés par chaque pays du groupe Euro-BRICS avec les Etats-Unis et le Japon, à l’image du statut existant pour Hong-Kong ou Macao. L’inclusion du Royaume-Uni dans cette liste de partenaires commerciaux spéciaux pourrait s’étudier également, mais le processus est rendu beaucoup plus long et incertain pour la zone Euro à cause de l’existence des traités européens. Une éventuelle sortie volontaire de l’EU27 par le Royaume-Uni remettrait à l’étude son inclusion dans cette liste.

Les pays Euro-BRICS n’effectueraient plus de paiements ou de vente de marchandises directement avec les Etats-Unis et le Japon ; Un transfert et une refacturation seraient obligatoirement effectués dans les Régions Administratives Spéciales (RAS). L’idée serait alors de pouvoir utiliser dans ces Régions une monnaie différente des monnaies des pays Euro-BRICS, de la même façon que le dollar de Hong-Kong n’est pas le Yuan ou le Renminbi. Précisons que nous nous intéressons pour l’instant seulement aux flux physiques, c’est-à-dire à la plus grande part de l’économie réelle. Les monnaies actuelles resteraient convertibles sur le marché mondial. Ces Régions Administratives Spéciales concentreraient le risque lié au commerce avec des pays présentant des fluctuations de taux d’échange des devises trop élevées. Les pays Euro-BRICS seraient en mesure de réguler à leur guise le taux de change entre leur devise et celle en vigueur au sein de leur propre RAS. Ces RAS seraient développées ou créées autour des ports principaux actuellement utilisés pour les échanges avec les USA et le Japon. L’installation d’activités financières non strictement indispensables (fonds privés…) y serait découragée.

Le commerce entre les pays Euro-BRICS ne doit pas être affecté par le développement de ces RAS, et si possible ne pas transiter par elles. Ces régions ne doivent servir qu’à dresser un mur de protection pour les échanges avec les pays qui ont prouvé leur manque de volonté à respecter jusqu'ici la gouvernance nécessaire à un dialogue multilatéral efficace.

Cependant, il est souhaitable que les échanges commerciaux au sein du groupe Euro-BRICS renforcent leur abandon du dollar comme devise de transaction, y compris pour les produits pétroliers. Les accords actuellement en vigueur devraient être modifiés dans ce sens. 

L’Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique est très flexible. Chaque pays peut progresser à son rythme dans cette direction, respectant la nouvelle logique coopérative de la gouvernance globale résumée par l’expression d’Evgenia Obitchkina : celle de « la multipolarité dans la diversité ». [8]

L’avantage principal d’un tel « collier de perles » de RAS qui entourerait Etats-Unis et Japon, outre la réduction du risque de change lié au contrôle strict du taux de change et aux délais de refacturation qui peuvent être adaptées, réside dans la résilience du système en cas de défaut majeur d’institutions financières aux Etats Unis ou au Japon ; Pour le groupe Euro-BRICS, les structures financières de défaisance (Special Purpose Vehicles) seraient alors localisées dans ces RAS et le risque systémique y serait contenu, sans mettre en péril les entreprises et les dettes publiques des pays du groupe Euro-BRICS.

Cette initiative peut finalement se résumer de manière simple : il s’agit d’organiser et de réguler l’interface entre la zone dollar-yen et le reste du monde. Le périmètre économique et commercial du groupe Euro-BRICS est suffisant pour amorcer avec succès cette contention du risque systémique.

Dans une deuxième étape, on pourrait envisager un contrôle des flux de capitaux entre le groupe Euro-BRICS et celui formé par les USA et le Japon, mais ceci me parait moins prioritaire et peut être développé indépendamment. La crise asiatique de 97 et la crise de l’euro ont déjà permis de prendre conscience de la nécessaire mise en place d’importantes réserves de change ou de mécanisme de substitution pour amortir les crises monétaires ou un retrait brusque des capitaux par des sociétés américaines. 

Le monde de demain, mais aussi les perspectives visibles de sortie de cette crise dépendent dans une large mesure des qualités du nouveau système monétaire international et de sa meilleure stabilité. L’Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique est un nouveau pas vers un système monétaire international dual résilient aux crises. Pour reprendre l’expression de Deng Xiaoping « Un monde, un système dual », voilà l’horizon vers lequel avancer. Comme le disait Richard Fuller, pour changer les choses, il s’agit non pas de combattre ce qui existe déjà mais de construire un nouveau modèle qui rendra l'ancien obsolète. La simple évocation de cette possibilité est déjà un argument diplomatique porteur pour renforcer l’efficacité de la stratégie multilatérale, ou l’accélérer. Cette Initiative porte en germe une réelle capacité d’influence politique pour le groupe Euro-BRICS, et une synergie croissante par l’effet de réseau.




[2] Peu après l’accord avec le FISC français est intervenu un accord entre UBS Suisse et les USA.
[3] K. Weiner a proposé peu après la tenue du séminaire Euro-BRICS une autre explication de ce fait. Elle est peu connue et mérite d'être mentionnée car elle nous semble digne d'intérêt.
[4] M. Otero-Iglesias, M. Zhang, EU-China Collaboration in the Reform of the International Monetary System, RCIF Working Paper No. 2012W07, 4/2012; M. Otero-Iglesias, China, the Euro and the Reform of the International Monetary System, 10/2012.
[5] C. R. Schenk, The Retirement of Sterling as a Reserve Currency after 1945: Lessons for the US Dollar?, Canadian Network for Economic History conference, 10/2009; B. Eichengreen, M. Flandreau, The rise and fall of the dollar, or when did the dollar replace sterling as the leading international currency?, NBER Working Paper 14154, 2008.
[6] Statement by Secretary Jacob J. Lew at the International Monetary Financial Committee (IMFC) Meeting, 04/2013.
[7] B. Paul, The inevitable counter-revolution of the American people, Magazine of Political Anticipation, n.8, 03/2013; Voir également la version longue de cet article en français: L'inévitable contre-révolution du peuple Américain, Conscience-Sociale.org, 03/2013.
[8] E. Obitchkina, « From the diplomacy of states to that of networks: powers and areas of interest », 3rd Euro-BRICS seminar, Cannes, 09/2012.

2013/07/11

Qianhai is a toe

 Quand un représentant de la nation qui a inventé les arts martiaux vous dit que "Qianhai est un orteil", ce n'est pas à prendre à la légère.

In January, a dozen banks in Hong Kong signed yuan loan agreements with companies in Qianhai. This is the only channel for overseas yuan to flow back to the mainland. Many are looking closely now whether this will be challenged.
One official from the Qianhai Administration Bureau, however, shrugged off the concern and said Qianhai and Shanghai are positioned differently.
"Beijing is the brain, Shanghai is the heart and Qianhai is a toe," he said. "Financial innovations can be risky. They are not suitable for the heart but can be tried out on the toe."
Les orteils sont en effet indispensables pour maintenir en équilibre le corps. Ils apportent agilité, stabilité et proprioception. Et que vaut un champion s'il ne peut pas se tenir droit?
 La finance est définitivement un sport de combat, surtout en ces années de guerre monétaire. 

C'est dans cet esprit d'agilité que s'est située mon intervention lors du dernier séminaire organisé par le LEAP 2020 et l'université MGIMO à Moscou les 23-24 mai, lequel a réuni des représentants de plusieurs pays de la zone Euro, de la Commision Européenne et de tous les pays BRICS, dans la perspective de la préparation du prochain G20.  Une note de synthèse stratégique a déjà été diffusée.


J'ai évoqué lors de ce séminaire l'utilisation des zones administratives spéciales, déjà connues pour le commerce, pour leur associer les flux de la finance liés au commerce. La zone de Qianhai en est justement une bonne illustration. Nous diffuserons dans quelque temps le texte de cette intervention.

2013/05/11

Bernard Stiegler et l'anticipation politique

Bernard Stiegler est très certainement l'un des intellectuels les plus marquants dans le monde depuis les années 90. 
  • D'abord par son parcours et son entrée dans la philosophie particulièrement révélateurs de la naissance et du développement d'une pensée originale et fertile; 
  • Mais aussi et surtout parce que son oeuvre philosophique s'attaque à une question fondamentale mais jamais posée auparavant: comment préserver les systèmes sociaux de leur destruction par le système technique? Stiegler propose une approche  de la conception intégrée de l'homme et de la technique, qui impose donc l'indispensable création et développement de nouvelles disciplines de l'esprit, qu'il désigne comme des thérapeutiques (et pas seulement éthique) d'emploi de la pharmacopée constituée par l'ensemble des techniques (Stiegler utilise le terme de pharmacologie). Je vous recommande vivement de lire à ce sujet l'essai "Etats de choc - Bêtise et savoir au XXIème siècle", paru aux Editions Mille et Une Nuits, février 2012;
    • Mais encore par son approche collaborative et transdisciplinaire, et parce qu'il s'intéresse à la question de la transindividuation, qui est l'enjeu de toute la démarche, en associant logiquement le volet de la technique aux volets psycho-sociaux. Il forme donc une proposition féconde pour caractériser ce que j'appelle l'état de conscience sociale. 
    Lorsque les techniques ou technologies sont mises au service de la prolétarisation et de la désindividuation, elles provoquent des court-circuits dans la transindividuation, elles délient les individus psychiques des circuits longs d’individuation, elles le rabattent sur un plan de subsistance en les coupant des plans de consistance. L’hypomnèse devient alors toxique.
    • Et enfin parce que son action et sa réflection s'inscrivent de plus en plus dans une dimension politique, et pas seulement dans la perspective purement académique de créer une nouvelle école de pensée. Outre l'ambition légitime de refonder l'Université, il faut souligner aussi sa dénonciation de la dynamique néo-conservative, comment en témoigne son tout dernier ouvrage sur la "Pharmacologie du Front National".
    On lira ainsi avec intérêt un récent entretien publié par Politico, et sur lequel contenu nous partageons la même analyse... jusqu'à sa réponse à la dernière question posée, concernant les élections de 2017.

    Ici, il nous semble pour notre part que la réflexion de Bernard Stiegler se fait prendre de vitesse, et qu'il tombe dans un piège, victime d'un manque de méthode: si sa pensée a su développer une bonne analyse des conditions de développement passées du Front National, il prend un raccourci soudain pour exprimer non plus une analyse mais une simple conviction personnelle sur la situation en 2017, avec une assurance certaine. Ces propos sont aussi présents dans "Pharmacologie du Front National", et font l'objet d'un débat animé par Médiapart le 5 Avril avec l'auteur.

    Il nous semble que Stiegler a ici ignoré les conditions de formation d'une bonne anticipation politique, et de la nouvelle discipline d'esprit qu'elle nécessite. Il tombe donc dans le piège de l'interprétation personnelle des sophistes dénoncée par Platon, et participe alors ponctuellement, même si c'est de bonne foi, à la constitution d'une rétention tertiaire qui rajoute à la confusion généralisée.

    Plus généralement, toute la construction de Stiegler sur le système psycho-socio-technique et ses pharmacologies nous semble pouvoir être appliquée à l'objet de l'anticipation, et à ses diverses techniques. La méthode d'anticipation politique nous semble alors être une thérapeutique adéquate, et notamment parce qu'elle prend en compte par construction les phénomènes liés à la transindividuation, qui deviennent dominants dans l'évaluation d'une dynamique politique.

    Rappelons pour conclure que la situation politique en France en 2017 sera nécessairement fortement influencée par la situation de la zone Euro, par l'actuelle montée en puissance de la représentativité constituée par le Parlement Européen, et que ces situations ne pourront par exemple ignorer les évolutions majeures qui s'annoncent de l'autre côté de l'Atlantique, ni les sous-jacents de "l'extrême-droitisation de la société" (selon l'expression de Stiegler) que j'aborde. Tous ces facteurs ne sont pas analysés par Stiegler (ni par Todd, mais ce n'est pas une surprise; on remarquera d'ailleurs que ce dernier lors du débat sur Mediapart "anticipe une crise systémique globale", qui est littéralement le concept formé dès 2006 par le L.E.A.P. et vérifié depuis avec un succès certain; mais Todd l'eurosceptique, ne partageant pas du tout le même avis sur l'euro qui devait disparaître selon lui en 2012 -et chaque année depuis 1999 si on reprend ses interviews- ne pouvait citer le L.E.A.P. comme origine de son inspiration).

    2013/05/09

    What should an organisation do, that sees intellectual credibility, public opinion and economic opportunity slipping away from it?

    Richard Murphy has just published a blog post on  Ernst & Young report on country-by-country corporate taxes reporting, and discussed about the problems the Big Four have with transparency.

    In the comments, "Pellinor" disagrees with Murphy but do not argument at all why companies like EY would deliver a more solid audit than if  it is delivered by much more transparent organizations like CA, TJN. The question remains, as Murphy said, "when it comes to assessing the truth and fairness of the resulting reports."

    At the end, it is always the same thing: transparency has the unique virtue to smartly solve the dilemma: who will keep the keepers? Who will watch the watchers?
    With a transparent system, there is no difference between people watched and watchers. Everybody can potentially watch everybody, with several levels of attention. Transparency means a more social way to control and drive the economy. Transparency emphasizes social networks.

    And because transparency is a value on the uptrend (read my article about young europeans and the coming decade in Magazine of Political Anticipation #3), there is nothing EY or others can do to successfully oppose to this rise. Obviously more transparency in corporate taxes means a breaking trend in the oligopolistic market of accountancy. The only reasonable strategy to embrace for them is then to recognize this anticipated event as soon as possible and to build strategic partnerships with CA, TJN and others.


    2013/04/17

    La prospective n'est qu'un art, pas un outil d'aide à la décision

     Les carnets de Clarisse nous incite dans un billet récent à considérer le travail de prospective comme un art.

    "La prospective est un art, et comme tout art, est subjectif. La qualité de la composition et la pertinence du sujet viennent de l’œil de celui qui regarde, et la véracité ou la justesse du résultat de son savoir-faire et de son honnêteté."

    Nous ne pouvons qu'être d'accord. Mais Clarisse ne pousse pas la réflexion assez loin. Nous posons la question : la prospective ne devrait-elle être qu'un art ?

    Certainement pas. En effet, indépendamment de ses conditions de création, la première utilisation qui est faite des résultats des analyses de prospectives par ses lecteurs est bien celui d'une aide à la décision sous un angle plus rationnel que la divination ou la cartomancie. L'attente est bien là, et pas dans la contemplation d'une oeuvre poétique, bien qu'elle puisse être riche de sens. Mais uniquement du sens que l'auteur a choisi d'y mettre, et du sens que le lecteur (qui est aussi "celui qui regarde") choisit de percevoir. 

    Faut-il donc conclure par un constat d'échec de notre capacité humaine à mieux anticiper les bonnes décisions ? 
    Non plus. Il s'agit justement de développer ce qui manque à la prospective : une méthode rationnelle qui permet de sortir du cadre subjectif de l'expression artistique, à la fois dans l'acte de création et dans celui de la diffusion/perception. Et c'est exactement ce que propose la méthode d'anticipation politique