Affichage des articles dont le libellé est debt. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est debt. Afficher tous les articles

2012/12/05

La géoéconomie des Bons du Trésor U.S.

 Depuis 2008, Conscience Sociale suit au quotidien les évolutions du marché des Bons du Trésor américain, et publie régulièrement des notes sur ce sujet. Cet intérêt est justifié par le fait que ces Bons du Trésor sont la forme la plus concrète et la plus fondamentale de l'influence mondiale des Etats-Unis. Tout ce qui reste aujourd'hui de la puissance des U.S. réside uniquement dans la capacité de son gouvernement à émettre de nouvelles dettes, qui servent en grande partie à entretenir le budget de la Défense, donc directement l'influence géostratégique mondiale des U.S. Les dettes étant très majoritairement émises sous forme de Bons du Trésor, ces derniers constituent le pilier du "mur dollar" dans le système monétaire mondial actuel.  

La période actuelle est avant tout une période de transition historique, où des situations de statu quo se dénouent brusquement, des nouvelles dynamiques se mettent en place et convergent vers de nouveaux équilibres, et l'ordre global ancien, désuet, est rapidement abandonné. Nos travaux d'anticipation politique s'attachent à discerner les signaux faibles dans cette période, par nature incertaine, afin de permettre avant tout aux décideurs, à leurs proches conseillers, et à la société civile de rationaliser leurs prises de décision (ou leurs avis). Bien que les publications de Conscience Sociale soit suivies par un certain nombre de traders, ces analyses n'ont jamais vocation de conseils en investissement ou de spéculation financière. Les véritables enjeux sous-jaçents ne justifient pas que l'on s'y attache.

Nous allons détailler maintenant les dernières évolutions de ce marché des Bons du Trésor américain  qui  connaît des retournements de grande ampleur
Comme nous l'avons expliqué depuis longtemps, le principal détenteur au monde des Bons du Trésor américain. est la Réserve Fédérale U.S. elle-même. Nous suivons donc de près l'évolution de son compte de bilan (balance sheet). Il peut être appréhendé tout d'abord simplement à partir du bilan des diverses obligations détenues (en milliards de dollars) :


Une partie de ce bilan étant constituée de dette publique émise par l'état fédéral américain,  il faut aussi suivre l'évolution du pourcentage de la dette fédérale totale détenue par la Réserve Fédérale (le tracé superposé des 2 séries temporelles disponibles en montre la continuité) :


Quelle signification ou nouvelle tendance déceler en 2012 sur ce graphique ? Il est certes très pertinent quand on le compare avec les pourcentages des autres détenteurs de la dette publique U.S. (voir ci-dessous), mais quelle tendance forte en tirer pour le futur ? Si c'est un élément important de réflexion, il ne constitue pas la réponse complète. Remarquons au passage que nous étudions ici un montant notionnel des Bons du Trésor américain.

En rouge: part de détention des Bons du Trésor U.S. par la Fed;
En vert: part de détention des Bons du Trésor U.S. 
par les Institutions Etrangères (banques centrales)

Le deuxième grand moyen d'action d'une politique monétaire concerne bien sûr les taux directeurs. Nous avons récemment discuté de ce sujet, notamment au travers de l'évolution de l'écart entre les taux d'intérêt à 1 an et à 10 ans. On pouvait alors s'apercevoir que la politique monétaire mise en œuvre en 2012 par la Fed avait des effets différents, émoussés, par rapport à l'indicateur étudié. Il pouvait nous donner certaines tendances indirectes sur le futur, mais il ne donnait pas une réponse complète.

Il s'agit alors de s'intéresser à la constitution plus détaillée du bilan de la Fed :

Evolution du montant des principaux constituants 
du bilan de la Fed, entre 04/2008 et 07/2012.

Et en particulier sur l'évolution du montant des Bons du Trésor américain :


La stabilité du montant depuis mi 2011 doit faire réfléchir. Comment se traduit donc les politiques monétaires non conventionnelles de la Fed depuis cette période ? Nous devons zoomer sur les part relatives des différentes maturités des Bons du Trésor pour mieux comprendre ce qui est en train de se passer:


Le tracé vert correspond au pourcentage des Bons du Trésor américain détenus par la Fed, avec une maturité de 1 à moins de 5 ans; le tracé rouge aux maturités de 5 à moins de 10 ans; le tracé bleu aux maturités de 10 ans et plus.
L'évolution est spectaculaire: cette semaine pour la toute première fois, la part des Bons du Trésor de maturité court terme est passée sous celle des Bons à long terme. On observe très nettement les effets des programmes M.E.P. et LSAP (QE3) de la Fed, qui visent à racheter massivement des Bons long terme et de vendre à la place des Bons court terme, dans l'objectif affirmé de continuer à faire baisser les taux longs. 

Au-delà du mécanisme du "twist" des taux, là où ça devient plus intéressant, c'est quand on investigue ce que représente le massivement dans la politique monétaire suivie.
Les pentes des courbes de la figure précédente nous le laissait présager, mais une étude de Stone & McCarthy reprise par ZeroHedge a révélé en septembre dernier que la Fed possédait déjà 27% de tous les Bons du Trésor américain émis, quand on calcule ceux-ci en équivalents rapportés à la maturité à 10 ans au lieu de la simple valeur notionnelle :


De plus cette part s'accroît actuellement de 12% du volume total par an. Dans certaines tranches de maturité, la Fed possède déjà 70% du volume, qui est la limite supérieure que s'impose actuellement la Fed... et dont nul ne sait combien de temps encore elle tiendra :


Ces valeurs sont cruciales car quand on en vient à définir les expositions aux risques sur le marché obligataire, tout est rapporté en équivalents de maturité à 10 ans. Cette exposition et cette gestion du risque lié à leur portefeuille est bien sur déterminante pour les détenteurs des Bons du Trésor américain, qu'ils soient Banques Centrales étrangères, hedge funds, ou fonds de pension. D'après nos estimations, les banques commerciales ne possèdent que 5% environ du montant notionnel de l'ensemble des Bons du Trésor, et sont donc moins concernées... bien qu'on parle quand même en centaines de milliards de dollar.

On doit alors se rendre à l'évidence: la Fed a pris l'initiative d'entamer une course contre la montre, contre le crash obligataire.
En effet, la Fed a bien annoncé un programme de rachat sans aucune limite. Elle est déjà quasiment le seul acteur qui achète sur ce marché, comme le montre ce graphique (notez la forte baisse récente du tracé noir) :

Evolutions des flux sur les marchés internationaux de capitaux U.S., en moyenne glissante annuelle

A la vitesse actuelle, c'est à dire sans évènement exigeant une accélération du programme, elle pourrait  se retrouver détentrice de 70% de tous les Bons du Trésor américain (en équivalent de maturité 10 ans) en juin 2016. Goldman Sachs prévoit eux un programme QE3 jusqu'en juin 2015, c'est à dire avec une part de 58% pour la Fed. Le marché des Bons du Trésor américain long terme, aujourd'hui déjà largement soumis à la Fed, se retrouverait... sans marché du tout ! On attendrait en effet pour ces Bons un stade ultime du libéralisme, où l'acteur dominant phagocyte purement et simplement le marché. On ne peut même plus dire que le marché est distordu, asymétrique, ou que la Fed est devenu le marché : le marché n'existe plus du tout, c'est un monopole. Les prix sont dictés.

La stratégie de la Fed devient limpide : une fois arrivée dans cet état, elle décide de la valeur des taux longs aussi facilement que celle des taux de base (Fed Funds rates). Il n'y a plus aucun risque de crash obligataire sur les Bons du Trésor américain (U.S. Treasury), plus de risque d'envolée des taux longs, même si l'inflation augmente fortement. Les quelques détenteurs éparts des Bons du Trésor restants seront obligés par la force du fait accompli de vendre au prix convenu par la Fed, quand ils souhaitent vendre. Il faut aussi comprendre par là qu'une telle politique de taux longs rabaissés se fait au détriment des millions de séniors américains. Les fonds de pension n'auront jamais les rendements attendus pour payer les retraites aux taux prévus. Après la génération des jeunes sans futur, c'est au tour des séniors d'être laissés pour compte par une politique sociale destructrice. 

Une deuxième partie du programme QE3 réside dans le rachat massif (0,9 trillion de dollar) de Mortgage-Based Securities (MBS), qui purgent les mauvais assets financiers des banques et transforme de fait la Fed en bad bank. En effet, le programme QE3 prévoit la revente des MBS et Bons du Trésor uniquement après que les taux courts seront remontés, c'est à dire exactement quand la Fed décidera que les conditions économiques rendent ceci possible, c'est à dire nul ne sait quand : dans 15, 25 ans, ou plus. Ce qui est important dans le principe, c'est que cette date n'est pas arrêtée : c'est quand la Fed le décidera, et si elle le décide un jour. 
En conservant ainsi sa capacité à émettre indéfiniment de la dette à taux maîtrisés, et indépendamment de l'état de son économie, les U.S. pensent ainsi parvenir à préserver le statu quo sur l'utilisation du dollar comme base de référence du système monétaire international.

La question à se poser maintenant, c'est de savoir comment les autres pays vont réagir face à cette politique monétaire qui relève davantage du Gustav que du bazooka. Cette question est intimement liée à l'évolution du système monétaire international. Les Etats-Unis ont décidé d'isoler à l'issue du programme QE3 l'évolution du dollar de toute influence extérieure, dans une bulle hors d'atteinte. C'est une des dernières conséquences de la dislocation géopolitique mondiale mise en évidence par le LEAP dans ses publications mensuelles d'anticipation politique (GEAB). Nous avons signalé les flux sur les marchés des capitaux U.S. (TIC) plus avant, et pour lesquels cette dislocation se signale de manière abrupte : 



Cette dislocation de type géoéconomique peut également déjà s'observer dans l'évolution récente et marquée des flux d'investissement (Foreign-owned assets in the United States et U.S.-owned assets abroad):



Il semble donc que les autres acteurs mondiaux aient rapidement décidé de réagir. Il est significatif que l'échelle de temps considéré pour le programme QE3 soit à peine plus court que le délai auquel on s'accorde pour considérer l'évolution du yuan vers la pleine convertibilité (4 à 5 ans). Ce n'est pas un hasard car comme le disait Gramsci, l'essence de toute crise c'est quand le vieux se meurt et le jeune hésite à naître.

Sans conclure du tout à un simple remplacement du dollar par le yuan (ou par l'euro), le futur système monétaire international ne sera pas bâti sur les ruines laissées vacantes du système dollar. Il devra se développer pour entrer en compétition parallèle et non pas frontale avec lui, et grandir jusqu'à le rendre obsolète. Sa croissance sera favorisée par le déclin des forces vives du vieux système dollar, mais le jeune devra compter sur de multiples stratégies de résistance qui n'auront d'autres destinées que de gagner du temps. La crise avortée de l'éclatement de la zone euro, précédent avatar de la guerre monétaire, en était un exemple. Le résultat pour l'Europe a été une prise de conscience accélérée des processus historiques à l'oeuvre, que nous décrivons avec le LEAP depuis plusieurs années. En effet la construction positive et collective de l'histoire passe en ces temps par la compréhension coordonnée des tendances de fond et émergentes.

[Sources utilisées pour les graphiques: Federal Reserve of St Louis, Nowandfutures.com, ZeroHedge.com; Les responsables des 2 premiers sites mettent à jour régulièrement les données qui servent à la génération dynamique des graphiques affichés dans cet article.]

MAJ 17/12/2012 : Bibliographie complémentaire
Demand for U.S. Debt Is Not Limitless, WSJ, 03/2012
Who Else Is Buying U.S. Treasuries? , Bianco Research, 06/2012

MAJ 16/12/2013 :
La Fed possède désormais un tiers de l'ensemble du volume des UST rapporté à une maturité de 10 ans (source):




2012/07/13

Where is the budget, there is the power

 There is a long and broad debate in the U.S. about the military spending, and specially this year because of the "Fiscal Cliff". But there is so little debate about the U.S. national security concept, and how it transforms a whole society. This is yet the true nature of things behind such a choice of governments. We have wrote a compilation of texts on this historical perspective.

The growth over time of the Defense budget (FDEFX graph below) is indeed astonishing :

Yes, but the overall federal budget has increased a lot in the same time :


So, let's calculate the percentage of Defense spending over the federal net outlays, and it's history :


Please note the bottom line is 20%, not 0%. This casts a new light on the Korean and Cold Wars.
We must also look with attention to the spending included and not included into FDEFX. And add some defense budget effort taken on Discretionary Budget after votes of the Congress (around 20% of this budget nowadays). We could then be around 30% of the overall budget nowadays.

Most of the time you will find military spendings only used as percentages of GDP, but this blurs the current absolute heavy weight of the U.S. :


I think the part of military spending in the overall budget is much more representative of the real powers in the country. When the federal government is seeking to cut some budgets to reduce expenditures, the real powers behind the scenes appear in direct light, like another political party. Deficit reduction and the automatic cuts scheduled to take effect in January 2013 are viewed as likely to figure in the autumn 2012 US presidential election, but the Congress can attempt at any time to cancel the $1.2 trillion sequester. The real strength of US democracy will effectively be challenged during these times, and the true powers of US deep state could emerge for everyone.

But wait : this Defense budget is financed mostly by debt emission, and at a large extent with US Treasury. Surely the FED is since few years the biggest holder of US Treasury, but many countries also hold them. Their citizens could insist on selling their assets in US Treasury, or even stop buy them and buy instead more... euro-denominated assets for instance.

Update 10/23 :
As anticipated, true powers of US have emerged clearly now for everyone : few hours ago, Obama and Romney have agreed to not cut Defense budget, or even to increase it. New law will be passed before Jan, 2 to modify 2011 Budget Control Act and currently planned military sequester.
Both candidates agree on this very fundamental topic. Because of this, remaining parts of the debate, and thus democracy in the US, is just a farce.

Update 12/3 :
[Add links into the introductory paragraph, and graphics below from our U.S. Debt's dashboard ]

  • U.S. Defense spending history (% GDP), using chained (2003) dollars, from 1910 to 2007 :

  • U.S. Defense spending history (% GDP), 1792-2015 :
A budget reflecting the never-ending war since 1940

  • Percentage of defense spending over the federal expenditures, history from 1946 :
% of defense spending : green line; right hand scale; quaterly updated

2012/07/12

How good are economists at forecasting the future ?


CBO economists certainly deserve a special award :

(clic to enlarge)

Source : US Treasury

You may also read "How good are economists at forecasting CPI ?" (Reuters, 2009/06)





2012/03/24

US Treasury Foreign Holders: History


New official data series reflect new benchmark survey taken since June 2011, as described in the 02/29/2012 press release :
"It should be noted that in many cases it is not possible to accurately determine the country of residence of the beneficial owner of U.S. securities. Securities are often held in custody in countries other than the beneficial owner's country of residence. Respondents on this survey, in turn, may only know where the securities are held in custody. Thus, excessive foreign holdings may be attributed to countries that are major custodial centers, such as the United Kingdom, Switzerland, Belgium [EuroClear], and Luxembourg [ClearStream]." 

2012/02/26

New US Gov. Budget : public debt to GDP ratio will exceed 137% in 2016

[This is the part 3 of our series on US Debt : read part 1, part 2]

On February 13, 2012, the new FY2013 federal budget was released. It budgeted further major increases in the public debt each year up to 2016. We added these exact values to our open model we recently released and used to follow the trend of rising US public debt.

The US Gov. has made some assumptions about the future country GDP up to 2016, just to explain that the debt to GDB ratio will remain constant (or "under control" politically speaking). Our open model allows anybody to test with any other hypothesis.

Here are the main results for 6 scenarii : 
  • 1% growth per year  
  • 0% growth per year 
  • a scenario with required growth to meet the US Gov. debt to GDP goals each year. Yes you are right, US GDP needs to grow 7% in 2015 and 2016. 
  • 2% growth per year
  • and 2 different scenarii involving a systemic shock and a depression : one similar to 2008 crisis, and another one similar to the implosion of former USSR in 1990's.

Please note that none of these scenarii are taking into account an upcoming QE3 or any new massive bailout which will inflate the debt even faster (as US Gov. has always chosen this road). 
The first four scenarii are simple continuity of the past since 2009, if you're placing any confidence into these GDP figures :


Do you really think the third scenario, supported by the US Gov., is the most probable ? We don't think so. 
We therefore consider that the total public debt to GDP ratio will exceed 137% in 2016, and up to 250% when massive bailout, or worse, will surge again.

2012/02/23

La dette publique US suit-elle une croissance exponentielle ?

 Le billet précédent se termine par la mention de la linéarité de la croissance du ratio de la dette publique US / PIB depuis 2009. Cela signifie qu'il est possible de connaitre la valeur de ce ratio à une date postérieure à 2009 en modélisant cet accroissement. On pense bien sur à une forme affine y=a*x+b, avec la valeur de l'accroissement mensuel que j'ai indiquée. 

J'ai ensuite voulu chercher si on pouvait modéliser l'accroissement par une suite géométrique discrète 
q(n) = q(0) * r^n 
où r est la raison de la suite, le point 0 est le 11 mars 2009 et n le nombre de jours depuis cette date.

Avec q(0) = 86.26 , un rapide calcul donne une valeur de r = 1.000274214
r > 1 indique une croissance exponentielle du ratio de la dette / PIB ; une hyperinflation de ce ratio en somme ! 

Bien sur r est très proche de 1, il est donc encore difficile de trancher définitivement entre forme affine ou forme exponentielle. Les valeurs des mois prochains nous en diront plus, ou bien les coefficients de régression linéaire... Ce qui est certain c'est que le service cumulé de la dette (c'est à dire emprunter toujours davantage pour pouvoir rembourser une dette précédente) forme bien une série géométrique.

Update 24/2/12 :
J'ai modélisé ce matin la variation de la dette entre octobre 2001 et le 15/09/2008, juste avant l'énorme pic. La durée est 2.5 fois plus longue que sur l'étude précédente.
En forme affine on obtient un accroissement mensuel de 0.2643 points, avec un coefficient de régression linéaire (Bravais-Pearson)  p = 0.995, soit p² = 0.990
Pas mal mais pas excellent comme corrélation statistique.
Signalons que ce coefficient de Pearson p = 0.99379 (p² = 0.9876) entre 2009 et 2012, d'où la difficulté de trancher que nous avions hier.

Mais maintenant, modélisée sous forme de série géométrique, on obtient entre 2001 et 2008 une raison r = 1.00014126

Encore une fois r > 1 ! Et on remarque que r a augmenté après le pic de fin 2008, ce qui prouve qu'on a changé de série, mais aussi que la dérive exponentielle de la dette s'est encore aggravée puisque r est devenu encore plus grand.

Si on simule maintenant tous les points des 2 séries géométriques à l'aide des 2 valeurs de raison, on peut ensuite calculer la corrélation entre ces points simulés et les valeurs de la dette publiées quotidiennement.
On obtient alors entre 2001 et 2008 une valeur du coefficient de Pearson p = 0.9944 (p² = 0.989)
et entre 2009 et 2012 une valeur du coefficient de Pearson p = 0.992 (p² = 0.983)

Dommage. Pour l'instant, les données recueillies ne sont pas encore assez nombreuses pour pouvoir trancher entre les 2 hypothèses de manière définitive.

En conclusion :
  • Nous disposons maintenant d'un outil simple, entièrement transparent, qui dépend de données publiées quotidiennement, et que tout un chacun peut utiliser pour auditer régulièrement ou même anticiper de manière quantitative les évolutions de la dette des US. 
  • Notre exercice nous autorise à dire qu'il n'est pas exclu de considérer que la croissance du ratio de la dette publique totale des US / PIB soit exponentielle, avec l'effet auto-accélérateur foudroyant qui accompagne obligatoirement cette dérive à partir d'un certain point que l'on peut apprécier mathématiquement. On peut même dire que l'on pourrait mesurer la longueur restante de la mèche.
  • Dans les 2 cas, mais encore plus particulièrement si la dérive exponentielle s'impose, cette dérive met aussi en lumière deux impossibilités absolues : d'une part qu'il est impossible pour les US de se sortir de la dette par davantage de dette ; d'autre part qu'ils ont démontré jusqu'à présent qu'ils étaient dans l'incapacité de réagir différemment par rapport à leurs problèmes gravissimes de politique économique.
  • Enfin, que dans une telle situation de banqueroute annoncée d'un pays, il n'y a pas de meilleur conseil à donner que d'en parler de manière transparente à ses créanciers et partenaires internationaux, et d'accepter rapidement leurs propositions. En l'espèce, il ne peut s'agir que du G20 et de commencer par la remise en cause complète du rôle du dollar dans les échanges internationaux, la refonte des participations au FMI, à la BRI et au conseil de sécurité de l'ONU. C'est cette prise de conscience de la part des autorités US et de leurs cercles d'influence qu'il faut encourager, car c'est l'étape la plus longue et la plus difficile. La communauté internationale s'y essaie depuis 2008, sans aucun succès jusqu'à présent. Pourtant, une sortie de crise d'une telle ampleur historique, ca demande de s'y atteler dès maintenant pour absorber et étaler au mieux l'onde de choc. Dans l'autre scénario de l'absence de prises de responsabilité de la part des US, elle se produira aussi mais de manière dévastatrice, et en premier lieu pour les américains eux-mêmes, comme l'Histoire nous l'enseigne, hélas. 


US public debt to GDP ratio is 115 % !

 If you take the total public debt outstanding  (daily published) and the annual or quaterly GDP in chained 2005 dollar (bea.gov), the current ratio is not 101% as reported by ZeroHedge but 115% ! And the observed trend is linear since 2009 : the ratio increases by +0.82% each month, much higher than the slope before 09/2008. This is a clear sign of an economy under massive perfusion by debt monetization.
Who said it's a zombie economy ?

I have analyzed the mathematical trend of these data in another article.
Update 05/25: You can find a longer data serie directly on FRED :

data serie since 1966, in % of GDP, chained 2005 dollar; updated quarterly

Update 10/05 : I add below an extract from the dedicated page about US Debt.

1Year data serie, in % of GDP, chained 2005 dollar; updated quarterly

You read it correctly : figure for 2012Q3 is nearly 118 % (and growing) !!


2012/01/30

THE FIRST COMPOSITE DEBT RATING OF EUROLAND AND 150 COUNTRIES

Fitch rating agency has downgraded several europeans countries last friday. 
But what is the consequence on the eurozone block of countries ? 
And how to put theses ratings into perspective, how do they compare from each other ?
These are the goals of the new Conscience Sociale's Transparent Composite Rating. We have taken the ratings of the 4 major rating agencies in the world, determined a very  simple numeric value from "AAx"-style grade, and calculated their mean for each country.
And we have also taken the opportunity to calculate the rating of Euroland block as a whole, for the first time.
Using the spreadsheet link, you will be able to  to sort data the way you prefer simply by clicking above on column id [A-L then Sort sheet...] (do not click on column labels).

We expect from this new rating to allow much more transparent comparisons between countries for everybody, and also to demonstrate that we are much stronger all eurozone countries when we are considered all together. This is for sure the sense of the current european history,  but it must also be understood by the largest number of people in 2012, in this year of presidential election.

2008/09/26

La bulle des CDS se dégonfle


Voilà un article d'aujourd'hui de l'AGEFI qui vient à point pour apporter de l'eau à mon article précédent : "Le marché des dérivés de crédit se rétrécit pour la première fois".

On y apprend notamment que le montant des CDS a culminé à 62 045 milliards de $ fin 2007, et qu'il a chuté de 12% au premier semestre 2008.

Les autorités réclament rapidement plus de régulation sur ce marché, c'est bien de se rendre compte qu'un marché non régulé ne peut pas exister longtemps, mais c'est un peu tard pour prendre ces mesures. La désintégration du marché des produits "sécurisés" sur la dette s'est étendue à l'étage supérieur du marché des CDS, et l'annonce dans divers pays des récessions du PIB, les débuts de hausse du chomage, montrent que l'impact atteint déjà aussi l'économie réelle.


2008/09/25

La finance aux pieds d'argile (Dérives économiques Partie II)

image
La finance était, uniquement par les volumes brassés, un géant. 

Mais un géant aux pieds d’argile, comme le montre l’image ci-dessous :



L'étage jaune correspond aux liquidités de l'économie réelle, tangible, basée sur des produits physiques et matériels ou des prestations intellectuelles : ce sont des billets et des pièces.
L'étage violet est constitué des liquidités associées aux comptes chèques, cartes de crédit, cartes prépayées...

L’étage vert correspond notamment aux fameux CDO qui repackageaient les prêts hypothécaires Subprimes.
Les liquidités de l’étage rouge est constitué des CDS (Credit Default Swaps), futures et options. Les CDS, bien que représentant une petite partie de cet ensemble, ont grandi à une vitesse exponentielle, jusqu’à dépasser 50 000 milliards de $ !


2 raisons à cette croissance démesurée :
  • Banking regulations and the lack of funding requirements for CDS: Banks are required by law to hold a certain amount of capital for loans they make - about 8 cents for every dollar in principle, but there are a number of loopholes that allow it to be less for certain types of loans. But there are very limited capital requirements for CDS, so banks and other CDS market participants can take on much more credit exposure through CDS than they could directly.
  • A loan must be funded: If you lend someone some money, you have to borrow it or use your own capital. However, if you take on the exact same risk through a CDS transaction, there is no need to put up any money, provided your counterparty will accept your credit risk.
For both these reasons, hedge funds have been large participants in the CDS market, because through credit default swaps the funds can take on much more risk (and receive much more in premiums) than their modest cash reserves would normally permit.
L’appât du gain immédiat et la rapacité a entraîné une prise de risque collective du secteur financier. Tant que je te fais confiance, ca va bien pour nous deux :


Mais les défauts de remboursements des prêts, dans l’économie réelle aux pieds du géant, a anéanti l’étage vert, et la détérioration actuelle des réserves des banques menace maintenant dangereusement l'équilibre mondial de l’étage rouge. Son poids économique est tel qu’on parle de risque systémique (y compris les plus hautes autorités), car son écroulement peut emporter le système bancaire dans son ensemble.

Les banques d’investissement indépendantes ont disparues avec l’étage vert, les prochaines victimes se compteront dans les rangs des hedges funds, puis des banques commerciales. Tout l’enjeu des financiers est maintenant de placer très rapidement des étais pour éviter que les défauts de paiement et de contrepartie de risques provoqué par les faillites en série n’emporte la plupart des établissements en cascade. Chaque banque qui tombe laisse plus de poids à porter aux autres, ainsi qu’en bout de chaîne aux investisseurs particuliers.

Sources :