Affichage des articles dont le libellé est innovation. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est innovation. Afficher tous les articles

2013/01/25

Pour les découvreurs

 Il est impossible à la conscience humaine de réaliser brusquement un grand bond. Comme je l’écrivais en 2008, « Une prise de conscience, c'est comme un changement d'orbite : ça requiert du temps, une impulsion initiale, de l'énergie entretenue, et l'état d'arrivée est sensiblement différent de l'initial. » Ce qui nécessite du temps pour un individu en nécessite d’autant plus pour une collectivité, c’est-à-dire pour la conscience sociale. Ce n’est pas un accroissement linéaire, puisque ce qui est important c’est d’atteindre une masse critique, et non pas une majorité, avant de faire basculer la partie restante. 

Cette masse critique ne peut être atteinte que par une diffusion jusqu’aux récipiendaires, qui doivent être en état d’écoute. Cette diffusion est saturée depuis l’avènement des medias de masse. Internet ne change rien à la donne en ce qui concerne cette première étape, celle de l’atteinte d’une masse critique. Ainsi ce blog se veut aussi une expérience sociologique, au service d’une question simple : comment les idées nouvelles se propagent-elles ? Depuis 2008, nous avons ainsi utilisé, en tant qu’auteur de contenus originaux ciblant en priorité les premiers cercles de diffusion de nouvelles idées, les moyens de diffusion suivants : blogs sous licence CC, syndication, wikipedia, réseaux sociaux (au moins 5), mais aussi publications par un think-tank, réunions publiques, conférences, conseil en entreprise, contact au CESE, le tout dans plusieurs langues et dans des domaines volontairement croisés dans une approche transdisciplinaire : économie, science politique, sciences fondamentales, finance, écologie, sociologie, technologie de l’information, relations internationales et géopolitique. Nous avons pris soin d’articuler toutes nos recherches dans un cadre conceptuel philosophique robuste (1), même si il ne forme pas nécessairement système et si les références directes de ces repères dans nos textes sont volontairement peu fréquentes. Sans développer une histoire des idées ou une épistémologie, nous avons enfin étudié les publications d’idées par quelques autres auteurs en Occident, vivants ou disparus, et les échos qui en résultaient. 

En synthèse, les principaux éléments que nous avons observés ou déduits, et d’autres auteurs bien avant nous, sont les suivants. Je les livre sans fard pour les découvreurs. 

Sur les idées : 

· L’approche des concepts s’élabore avec le groupe social. Les concepts non formés constituent un terreau. Le terreau n’est pas la graine. Il est constitué d’éléments verbaux dérivant des idées existantes et de comportements. C’est une somme d’expériences, du sensible jusqu’à l’apprentissage de concepts virtuels. Le jeu est un exemple d’organisation sociale pour accumuler efficacement cette expérience. 

· Les idées se créent, se conçoivent ensuite sans le groupe. C’est un acte individuel de volonté, à l’avancée vacillante. Une idée est un concept formé. Une graine. 

· Le terreau le plus fertile au monde n’engendre pas de graine, sans une volonté spécifique. Ainsi en va-t-il de la meilleure éducation qui soit possible. C’est cela qui rend irréelle toute justification d’une inégalité héréditaire ou héritée. Une position hiérarchique donnée n'est absolument pas équivalente à une valeur individuelle intrinsèque, bien que l'existence même de cette hiérarchie puisse souvent laisser penser le contraire à chacun de ses membres. Une hiérarchie est uniquement une construction sociale, jamais une mesure absolue de la valeur personnelle. Mais elle est très rarement comprise comme telle. La sociobiologie offre un bon exemple de ce débat. On lire avec intérêt L'empire des gènes: histoire de la sociobiologie.

· Une idée nouvellement née pour se diffuser dans la conscience sociale doit être totalement délivrée de son créateur. Tout lien d’appartenance au créateur est un frein pour l’envol d’une idée ; c’est d’ailleurs le plus souvent l’indice d’un simulacre. Une idée vibrante est une idée autonome. 

· Une mauvaise idée ne remplace pas et n’efface pas une bonne idée. Il n’y a pas de mauvaises idées, ce ne sont que des simulacres d’idées. 

Sur les sociétés : 

· Bien que de la description sociologique la plus exacte soit celle du "champ social", celle-ci peut se révéler moins efficace quand il s'agit d'expliquer la propagation des idées et concepts. Dans ce contexte, nous préférons dire que les sociétés humaines sont structurées hiérarchiquement, mais plusieurs hiérarchies cohabitent et se superposent, formant à ces endroits des réseaux maillés. La complexité d’une société croît avec le nombre de ces structures, mais une société n’est pas équivalente à un réseau dont les nœuds seraient idempotents. 

· Les hiérarchies relèvent d’un lien social de subordination conscient ou non, qui peut se décliner selon une échelle de prestige. L’organisation politique des sociétés, y compris l’expression par la voie démocratique, n’efface en rien ces hiérarchies, mais elle peut favoriser ou restreindre l’émergence des idées. 

· Le prestige se gagne sous des formes combinées très diverses, qui sont l’état le plus profond d’une société. Nous pouvons citer le prestige de naissance (lignée, caste), de grade, de diplôme ou de position (fonction privée, publique ou militaire), de simple représentation (célébrité, spectacle mais aussi à un moindre niveau tout attribut ostentatoire), de mérite (reconnaissance du courage, d’un exploit ou d’une création). 

· Le prestige se perd peu avec le temps, et ne disparaît pas avec la mort, car le prestige est une empreinte dans la conscience sociale. 

· Une hiérarchie est un être social de sélection et d’amplification des idées. Sans un contrôle continu par le reste de la société, elle acquiert une volonté propre et cherche inévitablement d’abord à perdurer et relègue au second plan sa raison d’être. Sa fonction est alors détournée par cette nouvelle volonté. Elle devient institution et outil d’entretien du statu quo. 

· Les sommets des hiérarchies sont incapables de créer des idées, ou deviennent sinon des leaders qui marquent l’histoire. Elles ne peuvent habituellement que piloter ou favoriser les idées qui émergent. Leur seul pouvoir est de ralentir (ou d’accélérer) la diffusion d’une idée, mais celle-ci une fois créée survit plus longtemps que toute volonté hiérarchique. Anéantir son créateur n’est qu’un retard de plus, pas un réel contrôle. 

· Toutes les hiérarchies n’ont pas pignon sur rue, leur degré de transparence peut aller jusqu’à l’opacité la plus totale sans pour autant modifier leur pouvoir de pilotage des idées. C’est une lutte permanente entre volonté individuelle du secret et volonté collective de transparence. 

Sur la diffusion des idées : 

· Il est impossible à une société d’empêcher la création d’idées contraires aux buts de ses hiérarchies dominantes du moment. Même le génocide ne le peut pas. 

· Si une hiérarchie utilise la violence comme instrument de contrôle, elle rend immédiatement plus perméable les autres hiérarchies de la société. Celles-ci seront plus facilement imprégnées par de nouvelles idées, qui se diffuseront plus vite, ainsi qu’aux concepts non formés. C’est l’effet d’accélération que l’on connait aux crises. 

· La diffusion à une large échelle de concepts non formés a un corollaire : une société ne résiste pas à une idée dont le moment est venu, c’est-à-dire une fois que le terreau a été répandu. 

· Une diffusion horizontale à large échelle n’est pas du tout équivalente à une diffusion hiérarchique. Les idées se diffusent à large échelle (c’est-à-dire imprègnent de nouveaux individus) par la voie hiérarchique descendante exclusivement. Par contre, les concepts non formés se diffusent horizontalement à large échelle par les sensations et l’exemple. 

· Seules les idées, et non les armes, ont le pouvoir de faire évoluer les orientations des hiérarchies, et par là-même des masses ; le monde ne change que par elles. Changer le monde n’implique pas nécessairement de changer de hiérarchie. On détourne plus facilement un fleuve qu’on ne creuse une nouvelle vallée. 

· Il est d’autant plus facile pour une idée issue du bas d’une hiérarchie d’imprégner le sommet d’une autre hiérarchie que celle-ci est distante (en terme de km, de langue, de métier, de temps…).



Un exemple de concept non complètement formé, malgré son soucis apparent de formalisme :


A concept map showing the key features of concept maps


2009/09/28

Votez pour changer le monde


 Après une longue attente sans communication, Google a publié les idées retenues pour changer le monde parmi les 154.000 soumises, regroupées dans 16 idées centrales.


On dirait bien que la mienne fait partie de la short list... les libellés des "suggestions à l'origine d'une idée centrale" ont été simplifiés évidemment, mais je crois bien reconnaitre la mienne (lire sur la page de Google les "suggestions à l'origine de cette idée") !



Votez pour mon idée jusqu'au 8 Octobre, rubrique Communauté : "Create genocide monitoring and alert system"
:-)

Pour votre curiosité voilà le texte descriptif que j'avais soumis. La limitation en nombre de caractères a demandé un bon effort de synthèse !


"Human Peace Project :

Diminuer les conflits en offrant une transparence accrue sur les réels intérêts stratégiques, économiques et politiques des chefs d’état et des partis politiques
Le raisonnement est le suivant :
  • Des millions de personnes souffrent énormément des guerres : morts directes, destruction, maladie, disette, emprisonnement, tortures, enfants-soldats, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocides
  • Ces guerres et conflits peuvent naitre et se développer parce qu’ils sont favorisés par des puissances étrangères qui manipulent les chefs locaux, afin d’en tirer des avantages (accès aux ressources naturelles, position géostratégique, position de politique intérieure pour un leader qui apparaît comme étant un pacificateur)
  • Ces manipulations peuvent exister principalement parce que leurs ressorts et intérêts ne sont pas exposés en plein jour, aux yeux d’un maximum de personnes
  • La connaissance plus précise de ces conflits permet au citoyen du monde de prendre une décision rationnelle sur sa capacité d’agir. Au minimum, envoyer une lettre ou un e-mail (cf Amnesty International) a prouvé à de maintes reprises que cela pouvait déjà avoir un impact positif sur certaines détentions arbitraires.
Donc proposer un service d’accès gratuit qui expose de manière automatique (sans biais) les explications sous-jacentes à ces manipulations permettrait une prise de conscience rapide de la population (locale et internationale) et ainsi de diminuer sensiblement l’occurrence de conflits meurtriers.
Il s’agit de mettre en ligne un service automatisé qui aggrégerait Google News, Customized Search, Google Maps, Sites, Translate, Books, Scholar, Calendar, Images, Videos, Blogs, Groups mais entièrement spécialisés dans les thèmes suivants :
  • géographie du conflit (ethnies, topologie, populations, positions/territoires des protagonistes)
  • cultures locales (société, ethnographies, culture ancestrale)
  • historique (alliances, conflits passés, politique, interventions et soutiens étrangers, implications passées des services secrets, statistiques)
  • géostratégie : intérêts des différents protagonistes et influenceurs
  • commercial : circuits logistiques d’import/export des ressources naturelles alimentaires, et militaire
  • humanitaire : détails des implications des ONG, statistiques, besoins estimés
L’ensemble de l’humanité peut en bénéficier. Ceux qui subissent actuellement ces conflits, et ceux qui les subiront dans le futur. La crise financière mondiale va forcément avoir des répercussions sur les politiques intérieures et les alliances stratégiques, notamment à propos des Etats-Unis.
Il n’est pas possible de déterminer qui en bénéficierait le plus, entre une population qui voit un conflit existant diminuer ou une population plus grande qui évite l’apparition d’un conflit en son sein.
Etapes préliminaires :
  • Negocier les droits de reproduction numérique des livres et émissions traitant de ces questions (Rendez-vous avec X, le Dessous des Cartes...)
  • Traduire les émissions dans les différentes langues
  • Mettre en place un systeme collectif de notation / ranking des sites traitants de ces sujets
  • Se mettre en relation avec les ONG et universitaires pour mettre en ligne leurs documents traitant de ces questions (Amnesty International, Medecins du Monde, Action contre la Faim...)
  • Mettre en place le système manuel et collectif d’amelioration de la traduction automatique des documents (cf wikipedia et google translate)
  • Développer le mashup paramétrable (cf igoogle) aggrégeant les sources d’informations
En cas de succès de la diffusion du projet Human Peace, la transparence et la meilleure compréhension des vraies problématiques permettront d’apporter des vraies solutions, de résoudre des conflits endémiques, et d’éviter des embrasements causant des millions de morts.
Les dirigeants politiques, sachant que leur population partage le meme niveau d’informations qu’eux, n’auront plus d’avantage à dissimuler les informations. Le poids de la diplomatie sera renforcé puisque les diplomates seront directement responsables devant leur propre population de faire entendre les messages venant de cette source d’informations collective et ouverte."
Mise à jour le 5 Octobre 2010 : 
Les lauréats ont été (enfin!) annoncés. Dommage, j'etais dans les 16 finalistes mais pas dans les 5 idées sponsorisées. Preuve s'il en est que la prévention des génocides n'interesse pas la majorité (si Google s'est vraiment basé sur ce seul critère... ça manque de transparence). C'est en tout cas une limite bien claire de la prétendue toute-puissance portée par Google. Rien que pour ca, ca valait le coup d'être tenté !

2008/11/20

Retour sur Pelamis


Ekoolos s'interroge sur l'intérêt et la faisabilité réelle d'avoir un datacenter couplé à Pelamis, ce dont nous avons parlé à plusieurs reprises.
Au plus la houle est forte, au plus Pélamis est efficace. Il faut donc l’installer là ou ça bouge le plus, et le plus souvent possible. Imaginez donc… Vous êtes responsable matériel d’un datacenter flottant, avec des creux de 10m tout au long de l’année, en train de changer des disques durs et des barrettes de RAM. Bien sur, vous ne rentrez pas chez vous le soir et vivez sur place. Tout ça sans parler de l’entretien du bateau, la logistique, les équipes se relayant, le câblage sous-marins (redondant bien sur, c’est un datacenter)…. Alors ?? et oui …. C’est n’importe quoi quand on y pense !!
[...] Alors si quelqu’un d’entre vous a une idée, moi je sèche :)
Je ne sais pas si Google envisage d'installer ses datacenters dans l'océan austral mais peu importe. Une solution pratique à la question posée pourrait être de superviser le taux de panne des éléments d'un module (cf la description du brevet de Google). Personne n'imagine devoir aller changer chaque élément défectueux à chaque panne. Mais comme les éléments les plus sensibles aux pannes (cpu, ram, cartes électroniques) sont justement les plus redondés, nul besoin impérieux de les remplacer immédiatement. Il suffit d'attendre que le taux d'éléments défectueux ait dépassé le seuil pour venir remplacer tout le module (étanche) d'un seul coup. Les opérations de remplacement ou réparation ont lieu une fois de retour à terre ou en usine.

Petit bonus pour mes lecteurs : Une courte vidéo d'un Pelamis réel en action est visible sur cette page.


2008/11/19

La surprise du Chrome nouveau

Scoop : le Google Chrome nouveau arrive ! Et il a un goût bien connu…
L’actuelle version 0.3 que vous connaissez, sur la page de BrowserHawk pour la détection des paramètres de votre navigateur :

clip_image002

Voici maintenant la page d’accueil du Chrome nouveau (nightly build, nom de code "Nicely jail") que j’ai testé:

clip_image004

Enorme surprise : le nouveau Chrome avec support des ActiveX est basé sur IE 6 ! Voyez vous-même :

clip_image006

La diffusion officielle est prévue le 20 novembre dans toutes les langues supportées… sur windows uniquement.



































Bon ok c’est une blague, il s’agit en fait de IBM Lotus Symphony (v1.2 du 3/11). Assez bien imité je trouve ! IBM met d'ailleurs fortement en avant cette interface utilisateur.
Symphony n’est pas un nouveau navigateur mais une application RDA pour de la bureautique avec un navigateur intégré.

clip_image008

Téléchargement ici.
Dans un tout prochain billet je comparerai les nouvelles approches des suites bureautique (Chrome + Google Apps et Lotus Symphony) et l’approche traditionnelle (OO.org, MS Office 2003), sous l’angle de l’Entreprise 2.0.

Mise à jour :
vous pouvez lire ma comparaison des suites bureautiques sur le blog "Entreprise 2.0".

2008/10/19

Canalisez votre créativité

image Le 20 octobre se terminera la phase préliminaire du concours d’idées 10 puissance 100. C’est demain !

J’adhère complètement aux objectifs de ce projet. Je viens de soumettre ma proposition. Je ne saurai que trop vous conseillez de proposer vous aussi une initiative. Même si votre projet n’est pas retenu, c’est un très bon moyen de canaliser votre créativité dans l’exercice imposé du formulaire d’inscription.

Il y a peu de moment dans la vie où vous pourrez réellement proposer une idée extrêmement ambitieuse pour le bien du plus grand nombre. Déchaînez-vous !

2008/10/02

L'Innovation au service des métiers

J'ai publié un article sur le blog d'Atos Origin à propos des datacenters de Google. Alors que ce dernier est connu pour son innovation logicielle, j'aborde ici ce qui marque aujourd'hui son avantage compétitif.

L’Innovation comme avantage compétitif au service des métiers : l’exemple des datacenters de Google


2008/09/30

La Commission européenne lance une consultation publique sur le Web de demain

Voilà une initiative publique de l'Europe qui aurait la capacité de changer notre société, si nous savons saisir cette occasion pour exprimer notre créativité. A vos plumes !
" La Commission européenne a exposé comment l'Europe devait réagir à la révolution en cours dans le domaine de l'information, qui va s'amplifier dans les années à venir avec l'émergence de nouvelles tendances telles que les réseaux sociaux, le basculement vers les services commerciaux en ligne, les services nomades basés sur le GPS et la télévision mobile et le développement des étiquettes intelligentes. [...]
Les nouvelles applications technologiques nécessiteront une couverture internet complète. Avec l'internet des objets, l'interaction à distance entre machines, véhicules, appareils électriques, capteurs et toutes sortes d'autres dispositifs se fera par l'internet. Il est déjà employé dans le domaine des titres de transport électroniques et permettra aux appareils mobiles d'échanger des données afin d'effectuer des paiements ou d'obtenir des renseignements. Plus d'un milliard de téléphones seraient équipés de cette technologie d'ici à 2015. [...]
La communication de la Commission sur les réseaux et l'internet du futur est disponible à partir de l'adresse suivante :
http://ec.europa.eu/information_society/eeurope/i2010/index_en.htm
La consultation publique sur l'internet des objets est disponible à partir de l'adresse suivante :
http://ec.europa.eu/yourvoice/ipm/forms/dispatch?form=IOTconsultation "

2008/09/26

Le pot de miel

image
Christian Fauré nous propose un rapprochement entre les stratégies de Google et d’un opérateur téléphonique. Il me semble que l’on peut étendre ce rapprochement à toute forme de capture du consommateur.


Dans le secteur des médias tout d’abord, où l’on monétise la minute de cerveau rendue disponible pour recevoir de la publicité.
Une chaîne de télévision cherche ainsi à augmenter ses recettes publicitaires en augmentant le nombre de ses téléspectateurs par la qualité du contenu diffusé; idem pour un journal ou un blog avec ses lecteurs, ou une radio avec ses auditeurs.

Dans le secteur du spectacle également, où l’on monétise l’intérêt des clients pour vendre des produits dérivés.

Dans le secteur de la grande distribution enfin, où l’on monétise la présence et la fidélisation du client pour proposer des services additionnels (assurances, voyages, billeterie).

Dans tous les cas, le service ou le produit initialement proposé sert de pot de miel pour attirer le consommateur.

2008/09/25

REST à la Cantine

 J’étais ce matin au Wake Up organisé par Didier à La Cantine, pour un débat animé sur l’architecture ROA et son adoption en entreprise. J’ai apprécié d’y recroiser des têtes connues, ainsi que l’initiative de la création d’un nouvel espace de partage et de diffusion, qui nous aide collectivement à gagner en maturité sur la réflexion dans nos propositions d’architecture et d’accompagnement.

Il est possible que je présente le mois prochain ma vision du Cloud Computing, dans une formule que nous avons intitulée avec Grégory et Aurélien “le tribunal du SI”. Je vous en reparlerai.

MAJ
Ce "tribunal du SI" a finalement bien eu lieu quelques mois après avec Aurelien dans le rôle du procureur et moi dans celui de l'avocat de la défense des architectures actuelles (on ne pouvait pas avoir deux rôles de procureurs!). Aurélien attaquait avec toutes les armes et qualités offertes par le cloud computing, et je contrais à la volée. Je vous recommande vivement la formule. Cette session absolument unique était réservée à nos collègues chez notre employeur pour le tout dernier séminaire de veille technologique 5@7, avant une suite interminable de réorganisations. Sic transit gloria mundi.

2008/09/02

Pour comprendre Google Chrome

imageJe viens de publier une analyse sur Google Chrome et V8 sur le blog "Entreprise 2.0".

"Le web bruisse depuis hier pour l’arrivée du produit Google Chrome. La plupart des commentaires se limitent à considérer cette solution comme un nouveau navigateur, face à IE8 ou Firefox 3. C’est à notre avis bien plus que cela..."