Affichage des articles dont le libellé est justice. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est justice. Afficher tous les articles

2014/05/02

Kicking the deep state off the US land (The U.S. in 20th/21st c., Part 3)

Foreign Policy has published this week an article by Andrew Foxall titled ‘Kicking Putin off the Island’ that I found typical of doublethink. [1] 

(Image source)
Doublethink is shortly characterized by an inversion of logic. The victim is targeted as being the aggressor, etc. It is easy to replace things in the correct order when you know that. This is thus what I’ve decided to perform with Foxall’s article, keeping as much as possible close to the original sentences for demonstration purpose, and updating links.
A second factor was the relevant mention of the central role of the civil society in the liberation process, what I called in French “peupler l’espoir” in a footnote of the previous part of this serie ('The inevitable counter-revolution of the American people'). P.D. Scott has written about this role too.[1b]

I’ve chosen to not simply replace the name Putin by Obama in the original text because the U.S. political context is much more complex: Obama is the world’s loneliest leader, isolated and surrounded by stupidity. He is the consenting prisoner of the U.S. deep state

The only order that is really worth anything does not come through the enforcement [...] of law, it comes through the establishment of a society which is just and in which harmonious relationships are established and in which you need a minimum of regulation to create decent sets of arrangements among people. But the order based on law and on the force of law is the order of the totalitarian state, and it inevitably leads either to total injustice or to rebellion-eventually. 
"The Problem is Civil Obedience", Howard Zinn (May 5, 1970) 



Kicking the deep state off the U.S. land

The United States of America after Obama don't need to be ruled by the deep state, and driving a wedge between the president and his craven inner circle is the first step. 


The deep state has directly or indirectly ruled the U.S. since 1963. And, after 50 years in power, there are few signs that he will abdicate his position anytime soon. Using the voice of Hillary Clinton, the deep state has stated it may seek re-election in 2016, meaning he would rule until 2020 -- by which time it will rule since 57 years. 

No tyranny, however, lasts forever -- Hitler's 1,000-year Reich lasted all of 12 years -- and it is in this context that we should view the deep state's rule. Its power is not what it once was: The social contract it implicitly built with the American people in his earlier years -- he could do whatever he liked, as long as life improved for many of them -- is broken. High rates of economic growth are long gone, and so too is the increasing standard of living that they provided. Americans are becoming restless and, although the opposition congressmen as a whole are cowed and quiet (with a very few exceptions), opposition movement have performed well in recent election polls. The deep state resorted to destabilizing Ukraine (at least, in part) to boost its falling approval ratings, which are now record low

While many U.S.-watchers cannot imagine the country without the deep state at the helm, it's time for leaders to start. In confronting a moribund, revanchist transnational deep state, the world must have a clear vision of the ideal post-deep state America. 

In a lot of ways, Obama was an unlikely president. As the first African-American President of the United States, his race and culture have played a prominent role in this, both positively and negatively. His relative youth (47 when elected) has alternately resulted in his being praised for his freshness and criticized for his inexperience. His temperament and demeanor have drawn praise for his perceived unflappability and criticism for the perception of his lacking emotional attachment. [2] When G.W. Bush stepped down on January 2009, Obama became acting president. One of his first acts was to order the first two Predator airstrikes of his presidency in Pakistan. The Guardian described the deep state recently as having "brought darkness to America," but, driven and certain of his own staying power, it ascended without hesitation. It hasn't looked back since its inception. 

Since decades, the deep state has fostered a grotesquely decayed, corrupt, illiberal system that constrains democracy, centralizes all power, curtails media freedoms, reins in the judiciary, restricts civil liberties, and treads on human rights. Outside of U.S., the regime carries out extrajudicial murder, engages in the arbitrary use of force, and promotes Washington interests with utter disregard for international norms. 

It wasn't always this way. 

Up to 1963, the U.S. had the potential to develop along a liberal-democratic path. The country was a multiparty democracy in which officials were chosen in regular elections; its fledgling economy was based on markets and private property, and its media independent and pluralistic. Starting 1989, the Russian military withdrew peacefully from Eastern Europe and the Soviet successor states, pursued cooperation with the West on nuclear disarmament, although Russia was forced to accept the expansion of NATO. To be sure, serious issues remained (not the least of which, U.S. deep state above the legal system and its pervasive nature of organized crime), but the country was headed in a promising direction when its government strongly reduced deficits and curbed debt. U.S. President Bill Clinton described this period as "a time of real possibility and opportunity." 

Except with the visible growing inequality, nowhere is the deep state's impact on U.S. as visible as in the country's political sphere. Since the 1963 parliamentary elections - the last before JFK was killed – the two parties are increasingly polarized. In the most recent parliamentary elections, in 2013, polarization in the House and Senate is at the highest level since the end of Reconstruction. 

Since the ‘Halloween Massacre’ in November 1975, the deep state assembled an inner circle of individuals that would assist the top executives in building a "new" USA. Although the faces have changed over the years, many remain the same, or share the same ideology of Christian Reconstructionism

Pr. P.D. Scott has described this inner circle consists of linked groups of people. It is a cohort of individuals who control key sectors of U.S. kleptocratic economy and its brutal security services, but who've never felt the heat of sanctions over U.S. actions in foreign countries -- something European Court of Human Rights has called a "cruel and inhuman treatment." By targeting these individuals in this inner circle, the world would drive a wedge between the deep state and his closest allies. But it can do more to weaken his standing. 

Sanctions should become the status quo, and they should go further than visa bans and asset freezes, to include asset seizures. Given the choice between siding with the deep state and protecting some of their vast wealth stored in others capitals and financial centers, enough of them will go with the latter. 

The friction and resentment that this creates will demonstrate the growing fissures within the deep state -- over what is needed to improve U.S. economy, what direction the country is headed, and whether international isolation is sensible -- and may even lead to U.S. citizens deciding the country needs new leadership. This would make clear to the next generation of politicians, policymakers, and businessmen that being associated with the deep state and his system comes with a price. 

If the world is going to uproot the deep state, it must remember that past successes employed more subtle strategic campaigns. The West likes to say to have won the Cold War because of the superiority of capitalism over Soviet communism, but one of the most subversive -- and effective -- acts it undertook was to offer visas to Soviet students as part of "cultural exchange" programs. In doing so, the students were exposed to the West's democratic and liberal values and took these back to germinate in the Motherland. When Soviet leader Mikhail Gorbachev's twin reformist policies of glasnost ("openness") and perestroika ("restructuring") took hold, Soviet citizens were equipped to take advantage. In the words of one U.S. foreign service officer involved in these programs, those citizens "came, they saw, they were conquered, and the Soviet Union would never again be the same." 

Now, once again, all countries should liberalize their visa regimes with the West, rather than follow the European Union's lead in freezing talks on a visa-free regime. This will make it easier for the next generation of U.S. decision-makers to expose themselves to liberal-democratic values and, as a result, they will be far better prepared when the deep state leaves power. 

Offering cultural exchanges may seem like a long-term program, but in the short-term the West could pay more attention to countering the deep state's increasingly anti-Russia propaganda in the West. Across the Soviet Union and Eastern Bloc, Radio Liberty and Radio Free Europe broadcasts were an important alternative to the Kremlin's communication. Now, because the Western leaders are reviving a Cold War thinking, all countries must provide money, expertise, technology, and support for English and Spanish-language broadcasting in America. This would meet the deep state's propaganda head-on, and begin to drive out bad information with good. It would send a clear message that the world is not going to give up on the U.S. deep state just yet. 

It is not possible to turn the clock back to a pre-deep state era, but that doesn't mean the world should consign the U.S. to the dustbin of history. Despite what political scientists might claim, it is not inevitable that the post-deep state U.S. will be fascist again. Although politicians are embattled and less prominent than they used to be, there are still capacity to take offense in the U.S.. Even the Soviet Union's Politburo was not as monolithic as many assumed. Whether the end of the deep state's rule is evolutionary or revolutionary, the world must be clear about how it hopes to see U.S. develop; it must be willing to put long-term strategic objectives over short-term economic interests. 

U.S. without the deep state is cloaked in uncertainty, and there is no guarantee it would be more democratic or liberal -- when anti-government protests broke out in the U.S., they had more to do with rejecting the 1% than rejecting the deep state’s take-no-prisoners style of leadership. But the world leaders should help guide a post-deep state U.S. for the sake of the U.S. people, Europe, and the world as a whole. Governments should engage in dialogue with american NGOs and civil society [3], supporting those battling corruption and promoting human rights, civil liberties. They ought to speak to U.S. politicians actively supporting these goals in their country, committed to establish a constitutional convention and a political awakening among citizens

The deep state might be influencing Western governments to flex their military muscles in Ukraine and demonstrating their steely indifference to political demands from the citizens, but in the end it is the others governments and civil society, and not the transnational deep state, who could ultimately determine U.S.'s future. 

___________________ 

[1] As Georges Orwell defined it in his book 1984: “To know and not to know, to be conscious of complete truthfulness while telling carefully constructed lies, to hold simultaneously two opinions which cancelled out, knowing them to be contradictory and believing in both of them, to use logic against logic, to repudiate morality while laying claim to it, to believe that democracy was impossible and that the Party was the guardian of democracy, to forget, whatever it was necessary to forget, then to draw it back into memory again at the moment when it was needed, and then promptly to forget it again, and above all, to apply the same process to the process itself – that was the ultimate subtlety; consciously to induce unconsciousness, and then, once again, to become unconscious of the act of hypnosis you had just performed. Even to understand the word 'doublethink' involved the use of doublethink.[...] 
The power of holding two contradictory beliefs in one's mind simultaneously, and accepting both of them... To tell deliberate lies while genuinely believing in them, to forget any fact that has become inconvenient, and then, when it becomes necessary again, to draw it back from oblivion for just as long as it is needed, to deny the existence of objective reality and all the while to take account of the reality which one denies – all this is indispensably necessary. Even in using the word doublethink it is necessary to exercise doublethink. For by using the word one admits that one is tampering with reality; by a fresh act of doublethink one erases this knowledge; and so on indefinitely, with the lie always one leap ahead of the truth.” 

[1b] Peter Dale Scott ; see also his conclusion chapter in "Road to 9/11 - Wealth, Empire, and the Future of America”, Peter Dale Scott, University of California Press, 2007.

[2] Wikipedia.org; accessed 5/1/2014. 

[3] A short list of insightful initiatives or articles:
 National Liberty Alliance successfully promotes a constitutional convention ;
Fighting the Militarized State’, Truthdig (03/2014) ;
Maryland lawmakers want to cripple the NSA's headquarters’, The Verge (02/2014) ;
Corporatocracy: How the Corporate Welfare State Divides & Conquers’, Boiling Frogs Post (02/2014) ;
How to Dismantle the American Empire’, von Mises Institute (02/2014) ;
Get ready: the day we fight back against mass surveillance is coming’, The Guardian (02/2014) ;
The costume of Constitutionality’, Justice On Line (01/2014) ;
Restoring Our American Legacy. A politically incorrect guide to building wealth, security and effective political action in the 21st century’, The Daily Bell, Fall 2013 ;
Were America’s Founders ‘unhinged’ and suffering from a ‘meltdown’? Foreign Policy Journal, (01/2014) ;
The Fight of Our Lives’, Anti War (01/2014) ;
The Last Gasp of American Democracy’ Truthdig, (01/2014) ;
The Greatest Gift for All’, Foreign Policy Journal (12/2013) ;
How to Democratize the US Economy: A long-term plan to renovate the American dream begins at the local level and scales up’, The Nation (10/2013) ;
How the NSA Made Your Legal Defense Illegal’, von Mises Institute (03/2014) ;
Citizens’ Grand Jury initiative ;
"The Problem is Civil Obedience", Howard Zinn (May 5, 1970); a 2012 video is available ;
Olivier Stone’s Untold History of the United States ;
Let’s Get This Class War Started’, Truthdig (10/2013) ;
Stand up, Americans’, Paul Craig Roberts (10/2013) ;
Re-Decentralizing the Fed’, Project Syndicate (10/2013) ;
The Banality of Systemic Evil’, NY Times (09/2013) ;
Government Nullification: The Rightful Remedy and How to Resist Federal Tyranny in the 21st Century’, Foreign Policy Journal (09/2013) ;
Initiatives like Consensus911 / AE911 / Reopen911 / 9/11 & War on Terrorism (on GlobalResearch).


2013/11/20

Questions Internationales: les Etats-Unis, JFK, et la CIA

A.I. Solzhenitsyn
 Le bimensuel Questions Internationales publie ce mois (N°64, nov-déc 2013) un large dossier de 80 pages sur les "Etats-Unis: vers une hégémonie discrète". L'équipe éditoriale brosse au fil des articles un portrait des plus rassurants pour la situation de ce pays. Il restera le seul dominant nous dit-on ("hégémonie") et il choisit de lui-même de se montrer plus "discret". Pas fuyant, ni en déroute, ni même en retraite. Ni absent, ni ralenti, ni malade, ni convalescent, ni bien Sur impuissant. C'est un "repli apparent", "une politique extérieure furtive", et même "une modestie internationale affichée... qui nourrit une stratégie à long terme d'une hégémonie durable" selon Serge Sur (rédacteur en chef).

Page 8 on peut cependant noter un passage intéressant à propos du Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) et des relais de l'influence des USA en Europe: 
"C'est ainsi que le projet, dont la négociation est ouverte, de zone de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis, tend à absorber l'Union dans une sorte d'Otanie économique qui compléterait la vassalisation sécuritaire, monétaire, financière de l'Europe occidentale. Règles, normes, standards américains seraient, par la force des choses, plus que jamais la loi commune au lieu de la compétition actuelle avec une Union qui sait conserver son autonomie. 
Pour cela, les Etats-Unis disposent, dans l'Union même, de relais actifs, publics ou privés. François Mauriac polémiste évoquait, à propos de certains hommes politiques européens, des "poulets nourris aux hormones américaines". Ils ont beaucoup de descendants dans tous les milieux."
Nous aurons l'occasion de revenir sur ce dossier USA de manière plus détaillée, comme nous l'avons déjà fait (en février, en mars). Il est plus urgent pour aujourd'hui de passer à un problème plus grave dans cette publication.

Questions Internationales est publié par La Documentation Française, imprimé par la Direction de l'Information Légale et Administrative, et bénéficie de la participation de Sciences Po Paris. Son rédacteur en chef, au CV académique, est actuellement juge ad hoc à la Cour internationale de justice de La Haye. Fort bien.

Pourquoi dès lors accepter la publication p110-114, à l'occasion du 50ème anniversaire de la mort de JFK, d'un article de Charles Cogan, ancien chef de la CIA à Paris, et qui commence par ce résumé:
"L'assassinat de John F. Kennedy fut commis par un tueur isolé, Lee Harvey Oswald dont l'acte s'explique en partie par son admiration pour Fidel Castro et son animosité envers le gouvernement et le président des Etats-Unis. Deux éléments suggèrent que Fidel Castro aurait pu être le commanditaire de l'assassinat : le caractère outrancier du personnage et le fait qu'il était au courant des complots ourdis contre lui par les frères Kennedy. A ce jour, aucune information probante n'est toutefois apparue pour corroborer cette hypothèse et la question reste ouverte."
De l'avis même de son auteur, rien ne vient corroborer cette hypothèse castriste 50 ans après les faits. Par contre, d'autres pistes ont été depuis patiemment investiguées, et qui viennent à la fois totalement invalider le rôle de Castro comme commanditaire de l'assassinat, révéler le rôle déterminant et positif joué par Robert Kennedy (dont je me souviens) auprès de son frère, pour le soutenir contre son entourage de conseillers dans la résolution de la crise des missiles; qui viennent également totalement invalider la thèse officielle du tireur isolé, et qui mettent en lumière le rôle de l'état profond (qui recouvre les officines comme la CIA et le FBI) dans la gouvernance du pays. 

J'aurais attendu du comité scientifique et du comité de rédaction d'un tel journal publié par nos institutions de la République un respect plus marqué des valeurs de vérité historique. Au strict minimum, une mention comme "Selon la thèse officielle de la commission d'enquête Warren,..." au début du texte aurait par exemple permis au lecteur de comprendre le nécessaire recul à avoir. Un encart pour donner brièvement un autre point de vue n'aurait pas été de trop non plus.

Je me vois donc obligé de mentionner moi-même ces éléments, puisque cela n'a pas été fait, afin qu'on ne pense pas qu'au pays des Lumières un tel discours honteux qui fait obstacle à la raison et à la vérité passe sans qu'un citoyen ne remplisse son devoir. Nous ne sommes pas à Washington, Dieu merci.

Pour être concis, nous rappelons les références suivantes. Les liens qui ne sont pas en italique conduisent aux textes intégraux et à leurs références documentées qui corroborent les propos: 

"The JFK Assassination: New York Times Acknowledges CIA Deceptions" Peter Dale Scott, Global Research, October 2009
- The Assassinations of the 1960s as `Deep Events'Peter Dale Scott, History-Matters.com, October 2008
JFK and 9/11: Insights Gained from Studying BothPeter Dale Scott, Global Research, December 2006
- The CIA, the drug traffic, and Oswald in Mexico, Peter Dale Scott, History-Matters.com, December 2000
- The 3 Oswald deceptions: The operation, the cover-up and the conspiracy, Peter Dale Scott; This piece was originally published in:Deep Politics II
- The Kennedy-CIA divergence over Cuba, Peter Dale Scott, History-Matters.com; This piece was originally published in: Deep Politics II
- CIA files and the pre-assassination framing of Lee Harvey Oswald, Peter Dale Scott; This piece was originally published in: Deep Politics II 
Deep Politics II: Essays on Oswald, Mexico and Cuba. The New Revelations in U.S. Government Files, 1994-1995. Newly Revised Edition, 1996. JFKLancer Publications
- Deep Politics and the Death of JFK, Peter Dale Scott, 1993, University of California Press.

On pourra aussi s'intéresser aux travaux publiés de la commission parlementaire "Select Committee on Assassinations" de 1979 qui concluent notamment:
"The committee believes, on the basis of the evidence available to it, that the Cuban Government was not involved in the assassination of Kennedy."

Et je rappelle à Serge Sur que le maintien de cette parole est une condition nécessaire de justice. Je cite en anglais puisqu'il comprend fort bien cette langue:
"In keeping silent about evil, in burying it so deep within us that no sign of it appears on the surface, we are implanting it, and it will rise up a thousand fold in the future. When we neither punish nor reproach evildoers, we are not simply protecting their trivial old age, we are thereby ripping the foundations of justice from beneath new generations." 
(A.I. Solzhenitsyn, 1918 – 2008 ; The Gulag Archipelago, 1958-68)
J'ai résumé les causes socio-politiques qui ont conduit au drame du 22 Novembre 1963 dans la première partie de cet article publié en Mars. Parce que la justice n'a jamais pu s'exercer de manière satisfaisante, cette date marque celle de l'émancipation officieuse mais définitive de l'appareil sécuritaire américain vis-à-vis de l'Etat de droit. Ce n'est pas un acte de naissance de l'Etat profond, mais c'est un acte hautement visible et symbolique de son pouvoir, geste rendu logique à ses yeux parce qu'il n'avait pas pu contrôler cet opposant puissant.

La leçon que l'Histoire nous a donnée, retranscrite ici par Solzhenitsyn, nous explique la lente dérive du contexte socio-politique américain étouffé par cet Etat profond jusqu'au coup d'Etat permanent démarré en 2001. J'ai synthétisé l'accélération de cette dérive jusqu'à nos jours dans la deuxième partie de l'article, donnant ainsi un cadre cohérent pour appréhender les conséquences prochaines que j'exposent en conclusion, et en particulier l'inévitable contre-révolution du peuple américain qui conduira nécessairement à ré-exposer en pleine lumière l'intégralité des dessous de cette affaire.

Une société qui se pense libre ne peut en aucun cas faire l'économie de la justice, et réciproquement: une société qui fait l'économie de la justice ne peut se penser libre. C'est pourquoi le système judiciaire américain est autant miné de l'intérieur, et le premier ouvertement remis en cause. Sa défaillance a entraîné les sonneurs d'alarme toujours plus loin, en boule de neige jusqu'au tremblement de terre Snowden qui a écroulé les jeux d'alliance chancelants du gouvernement US.

L'Histoire retiendra que les individus au sein de l'Etat profond ont voulu jouer avec des forces sociales qui les dépassaient, et dont ils n'ont jamais compris la portée, comme tous les tyrans. Ils ont vécu dans l'illusion, ont donc voulu imposer l'illusion de masse à un niveau jamais atteint dans l'Histoire, et ils sont finalement rattrapés par la réalité. Tout le monde peut voir maintenant qu'un César multiforme a bel et bien franchi le Rubicon et que les institutions sont devenues des simulacres. Les masques et les décors de carton tombent. C'est l'effet de dévoilement de la crise.

Le long processus de dé-américanisation du monde passe nécessairement aussi par une dé-américanisation de l'Europe. Dans ce berceau historique de l'esprit démocratique, ce mouvement se traduit de manière plus aiguë par un dépassement des représentants de ce que Francis Dupuis-Déri a nommé l'agoraphobie politique, c'est à dire la peur ou la haine du peuple assemblé pour délibérer et se gouverner. Cette peur justifie dans l'esprit de ceux affectés qu'une élite auto-proclamée exerce son «pouvoir sur» le peuple, se situant donc dans un rapport dialectique de domination hiérarchique et de confiscation du pouvoir.

[Conclusion de l'article complétée en plusieurs ajouts entre le 20 et le 26/11]

2013/06/25

The Imperium Curse

This text is strongly based on "The Finance Curse" article, published by Tax Justice Network. The original article shows that countries hosting oversized financial services can suffer big damages on their economic growth and development like oil-rich nations (the well-known resource curse), and often for similar reasons.
Our goal here is to illustrate another similar fate for countries relying upon imperialist ideology.

The most relevant part is the way citizens in UK have organized themselves into lobbying groups for better understanding the underlying problems around tax evasion, oversized financial services in their own country, and have sustained since years the debate on deep political reforms (in UK and elsewhere), with more and more success. 
It is my hope that U.S. citizens will continue to organize themselves into lobbying groups for understanding the underlying problem around the real current state of civil liberties, oversized military and intelligence services in their own country, and will be able to grow successfully the debate on deep political reforms. 

This counter-revolution in ideas will not save everybody but it could save the most, and that's why the quicker is the better.

The Imperium Curse

A "resource curse" affects certain mineral- and oil-rich nations damaging their economic growth and development. Many countries receiving large windfalls from their mineral resources fail to harness them for national development - and it can be even worse than that: many countries seem to be 'cursed' by their minerals in the form of higher poverty, more conflict, greater corruption, steeper inequality, greater authoritarianism and slower economic growth than their resource-poor peers.
The Finance Curse, a May 2013 e-book by Nicholas Shaxson, author of Treasure Islands, and John Christensen, Director of the Tax Justice Network, shows that countries hosting oversized financial services can suffer similar fates, and often for similar reasons. 
We have discussed in this text that an "Imperium Curse" is also existing for the U.S., and shown that a country hosting oversized military and intelligence services is suffering similar fates, and for similar reasons. 
Our work, complementing a number of other studies, argues that oversized military and intelligence sectors harm their host countries by, among other things:
  • weakening long term growth and social development;
  • acting like cuckoos crowding out productive, sustainable industrial sectors;
  • exaggerating and routinely overstating their social contribution to gain distorting government subsidies (a.k.a. military Keynesianism), lax democratic regulation and influence crucial political decisions;
  • playing a key role in creating a “spider's web” of (para-)military groups and secret prisons;
  • capturing whole political systems, leading to authoritarianism; and
  • generating and extracting unproductive and harmful economic ‘rents’ (the business sector collusion with powers known as a typical figure of fascism).
Every economy needs its defense forces, and for decades (neo-)conservative ideology generally held that bigger is better. But since the recent global war to terror emerged new research from Pr. Chalmers Johnson, Pr. Peter Scott Dale, Dr. Paul Craig Roberts or leaks from Bradley Manning, Edward Snowden and many others, has shown that defense sector development is healthy only up to a point, after which it starts to turn bad and harm growth and democracy.
The Imperium Curse is summarised in the term "Country Capture" which involves both the political capture of military-dependent economies by military and intelligence services interests, plus the economic capture of whole economies as the defense sector crowds out other sectors. The studies shows not only that the gross 'contribution' of military and intelligence services that is widely reported in media articles (i.e. the 'national security' argument) is usually much smaller than advertised: but once the range of harms flowing from having oversized military and intelligence sectors is taken into account, the net 'contribution' is strongly negative.

2013/04/03

La ineluctable contra-revolución del pueblo norteamericano


Aquí está la introducción de mi artículo publicado este mes en la Revista de Anticipación Política (M.A.P.) número 8, que está disponible gratuitamente en varias traducciones: francés, inglés, alemán, español.

Tenga en cuenta que un artículo más largo que apareció en el M.A.P. también está disponible (en francés por el momento). Es la parte 2 de esta serie de artículos. (Part 1 is only released in english).
Actualizado 05/2014: Parte 3 ya está disponible.


La ineluctable contra-revolución del pueblo norteamericano

 (traddución: Lila Rosenman Cordeu)

La república norteamericana sufrió continuamente extraordinarias transformaciones desde septiembre de 2001. Debemos atribuir a esos cambios el nombre de revolución, o de golpe de Estado permanente, que ha llevado progresivamente las instituciones de la república estadounidense al rango de simples simulacros. Esta revolución es una Gran Regresión, es decir un movimiento que no se revertirá más que con la victoria de una contra-revolución llevada a cabo por el pueblo norteamericano, cuyos primeros signos de existencia ya se dejan ver. Al término de esta larga lucha, ninguna de las instituciones federales actuales no sobrevivirá sin ser, en el mejor de los casos, profundamente transformada.

La crisis sistémica global se traduce antes que nada por una crisis de statu quo, el cual caracteriza a una época en la que los cambios, aunque presentes y profundos son escasos y muy poco perceptibles en la superficie o en los medios masivos de comunicación. La crisis actúa entonces como una revelación, acelerando la transformaciones, pero conservando al mismo tiempo las tendencias más pesadas. Es por eso que es tan determinante examinar las evoluciones de la república americana bajo un ángulo dinámico, en lugar de limitarse a tomar la habitual fotografía estática de la situación.

Se pueden identificar cuatro fuerzas principales, a menudo antagónicas, de intensidad variable en el tiempo y cuyo resultado explica a cada instante la situación en el pasado, el presente y el futuro : 
  • la dinámica de la moral, que produce ideologías dentro de la sociedad ;
  • la dinámica social de intercambios entre individuos, producida por la ideología dominante (que incluye entre otros todos los elementos del análisis económico clásico) ;
  • la dinámica exterior, puesta en práctica por los otros países a través de relaciones (comerciales, financieras, monetarias, militares, políticas, etc.), entre gobiernos y organizaciones; la política extranjera apunta a influir en todas estas relaciones para obtener relaciones favorables a su país ; 
  • la dinámica política interna, producida por las relaciones entre los ciudadanos, las organizaciones y el gobierno federal, una de cuyas partes esenciales es la justicia.

Un pensamiento inadaptado al siglo XXI

La dinámica de la moral es la que evoluciona más lentamente. La producción y sobre todo la difusión de una ideología en la sociedad necesitan décadas. El neoliberalismo es dominante, y la ecología política es aún balbuceante en los EE.UU. En las esferas del poder, la ideología de los negocios ha borrado todo pensamiento alternativo.

[...]

Después de esta introducción se puede leer la parte restante y las referencias utilizadas en este artículo mediante la descarga de la Revista de Anticipación Política número 8. El artículo se encuentra páginas 11 a 17.

2013/04/02

Die Gegenrevolution des amerikanischen Volkes wird kommen


Hier ist die Einführung von meinen Artikel veröffentlicht in diesem Monat in der Magazin für Politische Antizipation (M.A.P.) Nummer 8, die frei verfügbar ist in mehreren Übersetzungen: Französisch, Englisch, Deutsch, Spanisch.

Bitte beachten Sie, dass eine andere Version dieses Artikels,  länger als der in der M.A.P., ist auch vorhanden aber nur in französisch für den Moment. Es ist Teil 2 dieser Serie von Artikeln. (Part 1 is only released in english).
Aktualisiert 05/2014: Teil 3 ist verhanden.



Die Gegenrevolution des amerikanischen Volkes wird kommen

(Übersetzung : Harald Greib)

Die amerikanische Republik hat sich seit dem September 2001 tiefgreifend verändert. Was geschah, ver-dient sehr wohl die Bezeichnung Revolution, oder besser noch, permanenter Staatsstreich, durch den nach und nach die Institutionen der Republik der Vereinigten Staaten zu leeren Hüllen verkamen. Diese Revolution ist ein gigantischer gesellschaftlicher Rückbau, der erst dann wieder umkehrbar gemacht werden kann, wenn dem amerikanischen Volk eine Gegenrevolution gelingt. Dafür sind schon heute die ersten Anzeichen zu erkennen. Nach einem langen Kampf werden die meisten Bundesinstitutionen aufge-hört haben zu existieren; es sei denn, es wäre ihnen gelungen, sich nachhaltig zu verändern.

Die weltweite umfassende Krise ist vor allem eine Krise des Status quo, also des Zustands, in dem die realen und tiefgreifenden Veränderungen wenig zahl-reich sind und dabei oberflächlich oder in den großen Medien kaum wahrnehm-bar. Die Krise zerreißt dann den Schleier und gibt den Blick frei auf die wahren Veränderungen und beschleunigt gleichzeitig die Dynamik der Veränderungen; die großen Tendenzen bleiben dabei unverändert. Deshalb ist es so wichtig, die Entwicklungen der amerikanischen Republik unter einem dynamischen Blickwin-kel zu betrachten, anstatt sich auf eine statische Bestandsaufnahme zu begren-zen, die lediglich wie ein Foto die aktuelle Situation zu einem ganz bestimmten Zeitpunkt darstellen kann.

Wir können vier entscheidende Kräfte identifizieren, die häufig gegeneinander wirken, die je nach Phase von unterschiedlicher Intensität sind, und die zusammen betrachtet zu jedem Moment verstehen lassen, warum die Situation in der Vergangenheit, der Gegenwart und der Zukunft so und nicht anders war, ist und sein wird: 
  • Die Moraldynamik, die in der Gesellschaft Ideologien entstehen lässt ;
  • die Sozialdynamik, also die Beziehungen zwischen Einzelpersonen entsprechend der dominierenden Ideologie (was unter anderem alle Elemente der klassischen ökonomischen Analyse einschließt) ;
  • Die Außendynamik, die von anderen Ländern ausgeht, indem sie die (wirtschaftlichen, finanziellen, monetären, militärischen, politischen usw.) Bezie-hungen zwischen Regierungen und Organisationen prägen; die nationale Außenpolitik versucht, diese Beziehungen so zu beeinflussen, dass aus ihnen positive Folgen für das eigene Land erwachsen ; 
  • die innenpolitische Dynamik als Folge der Beziehungen zwischen den Bürgern, den Organisationen und der Bundesregierung, von denen ein wichtiger Bereich die Justiz ist.

Eine Gedankenwelt, die nicht mehr ins 21. Jahrhundert passt

Die Moraldynamik ist diejenige, die sich am langsamsten entwickelt. Die Schaffung und vor allen Dingen die Verbreitung einer Ideologie in der Gesellschaft beansprucht Jahrzehnte. Der Neoliberalismus dominiert gegenwärtig und die politische Ökologie steht in den USA noch ganz am Anfang. In den Machtzir-keln hat die Ideologie, die die der starken Exekutive ist, jegliche alternative Gedankenwelt ins Abseits gedrängt.

[...]

Nach dieser Einführung Lesen Sie den verbleibenden Teil und die Referenzen für diesen Artikel indem Sie die kostenlose und neu veröffentlichten Magazin für Politische Antizipation Nummer 8 verwendet. Der Artikel wird Seiten 11 bis 17 angeordnet.

2013/03/30

The inevitable counter-revolution of the American people (The U.S. in 20th/21st c., Part 2)

Here is the introduction of my article published this month in the Magazine of Political Anticipation (M.A.P.) number 8, which is freely available in several translations: frenchenglishgerman, spanish.

Please note that another version of this article, longer than the one published in the M.A.P., is also available but only in french for the moment. This one represents the part 2 in this serie 'The U.S. in 20th/21st c.'.
Part 1 is here.

Updated 05/2014: Part 3 is now available.



The inevitable counter-revolution of the American people

(translation : Ian Shaw)

The American Republic has seen extraordinary and continuous changes since September 2001. We must call these changes a revolution, or a permanent coup, which has gradually rolled back the US Republic’s institutions to the level of simple charades. This revolution is a Great Decline, i.e. a movement which will only be reversed with the victory of a counter-revolution led by the American people, the first signs of existence of which are seeing the light of day. At the end of this long fight, none of the current federal institutions will survive without being, at best, deeply changed.

The global systemic crisis is, above all, reflected as a crisis of the status quo, which characterizes an era when changes, although present and deep-seated, are very few and far from perceptible on the surface or in the mainstream media. The crisis therefore acts as an unmasking, together with acceleration in the dynamics of change, while preserving the major trends. This is why it’s essential to examine the American Republic’s progression from a dynamic angle, instead of a frozen image usually limited to a snapshot of the situation. 
We identify four principal forces, often opposing, of time-varying intensity and the result of which at each instant explains the situation in the past, present and future: 
  • the dynamic of morals, which produces ideologies at the core of society ;
  • the social dynamic of exchanges between individuals, produced by the dominant ideology (which includes, amongst others, all the elements of classic economic analysis) ;
  • the external dynamic, that put to work by other countries through relations (trade, financial, monetary, military, political etc.) between governments and organizations; foreign policy aiming at influencing these relations to obtain effects favourable to the country ; 
  • the internal political dynamic, produced by the relationship between citizens, organizations and the federal government, and of which justice is an essential part.

A thought unsuited to the 21st century

The dynamic of morals is that which evolves the slowest. The creation and especially the airing of ideology in society require decades. Neoliberalism is dominant, and an environmental policy is still in its infancy in the US. In the corridors of power, the ideology of a strong executive has obliterated any other idea.

The progressive forces are disorganized and in the babble major media is reduced to only produce individual resistance strategies at best, otherwise warnings or wake-up calls for comfortably numb minds, but not political organizations to spread fundamentally new ideas of social justice. Religion only has a role as custodian, unlike what occurred in South Africa. Citizens are reduced to accumulating rations and ammunition whilst waiting for worst, and that’s why it’s what will happen.

[...]

After this introduction you can read the remaining part and the references used for this article by downloading the free and newly released Magazine of Political Anticipation number 8. The article is located pages 11 to 17

2013/03/26

L’inéluctable contre-révolution du peuple américain


Voici la version longue de mon article publié ce mois-ci en version courte dans le Magazine d'Anticipation Politique numéro 8, qui comme chaque numéro est traduit en plusieurs langues: français, allemand, espagnol, anglais.

Cette version longue de l'article n'est diffusée pour l'instant qu'en français. Elle constitue la partie 2 de cette série d'articles sur les Etats-Unis aux XXème et XXIème siècles. La partie 1 est ici.
Mise à jour 05/2014: la Partie 3 est publiée.



L’inéluctable contre-révolution du peuple américain


Chaque génération a besoin de sa nouvelle révolution
(T. Jefferson, 1743 – 1826) 
Quand l'extraordinaire devient quotidien, c'est qu'il y a révolution
(M. Leiris, 1901 – 1990) 

La République étasunienne a connu des transformations extraordinaires et en continu, en particulier depuis septembre 2001. Nous devons attribuer à ces changements le nom de révolution, ou de coup d’État permanent, qui a progressivement ramené les institutions de la République étasunienne au rang de simples simulacres. Cette révolution est une Grande Régression, c’est-à-dire un mouvement qui ne s’inversera qu’avec la victoire d’une contre-révolution menée par le peuple américain, dont les premiers signes d’existence se font jour. Au terme de cette longue lutte, aucune des institutions fédérales actuelles n’y survivra sans être au mieux profondément transformée.[1,2]

Une partition à 4 mains

La crise systémique globale se traduit avant tout par une crise du statu quo, lequel caractérise une époque où les changements bien que présents et profonds sont peu nombreux et très peu perceptibles à la surface ou dans les médias grand public. La crise agit donc comme un dévoilement, conjointement à une accélération de la dynamique de changement, tout en conservant les tendances lourdes. C’est pourquoi il est si déterminant d’examiner les évolutions de la République américaine sous un angle dynamique, au lieu du constat statique habituellement limité à une photographie instantanée de la situation. Nous identifions quatre forces principales, souvent antagonistes, à l’intensité variable dans le temps et dont la résultante à chaque instant explique la situation dans le passé, dans l’actualité et à venir :
  • la dynamique de la morale, qui produit des idéologies au sein de la société ;
  • la dynamique sociale des échanges entre individus, produite par l’idéologie dominante (ce qui inclut entre autres tous les éléments de l’analyse économique classique) ;
  • la dynamique extérieure, celle mise en œuvre par les autres pays au travers des relations (commerciales, financières, monétaires, militaires, politiques etc.) entre gouvernements et organisations; la politique étrangère vise à influencer ces relations pour obtenir des actions favorables au pays ;
  • la dynamique politique interne, produite par les rapports entre les citoyens, les organisations et le gouvernement fédéral, et dont une partie essentielle est la justice.

Une pensée inadaptée au XXIème siècle

La dynamique de la morale est celle qui évolue le moins rapidement. La production et surtout la diffusion d’idéologie dans la société exigent des décennies. Le néolibéralisme est dominant, et l’écologie politique encore balbutiante aux US. Dans le supramonde [56] au pouvoir, l’idéologie d’un exécutif fort a oblitéré toute pensée alternative.

Les forces progressistes sont désorganisées [3] et dans le vacarme des médias dominants sont réduites à n’élaborer que des stratégies de résistance individuelle au mieux, sinon d’alertes ou de réveil des esprits confortablement engourdis, mais pas des organisations politiques pour propager des idées de justice sociale fondamentalement neuves [4]. La religion n’a qu’un rôle conservateur, à la différence de ce qui s’est produit en Afrique du Sud. Les citoyens en sont réduits à accumuler stock et munitions en attendant le pire, et c’est pour cela que c’est ce qui se produira.

Pour les inégalités, veuillez vous adresser à l’étage supérieur

La dynamique sociale aux U.S. fait l’objet de très nombreux bilans [5] et mesures depuis le début de la crise systémique. Nous ne donnerons ici que trois illustrations, la première sur l’évolution sur un siècle des tranches de revenus aux U.S. ; la suivante sur le programme d’aide alimentaire aux US depuis 1976; et la dernière qui montre la différence d’évolution des plus gros revenus entre les U.S. , UK, France et Canada :




 L’idéologie de la société U.S. est exclusivement orientée vers le principe de liberté. Comme attendu, cette conception tronquée a conduit à sacrifier au bout du compte l’égalité des individus, et à autoriser les crimes au nom de la liberté.[6]

La vague de l’expansionnisme reflue

Concernant la dynamique extérieure, la crise systémique globale a aussi révélée que les États-Unis étaient parvenus au terminus de leur phase d’expansionnisme. Leurs alliés ou vassaux traditionnels se sont au fil des années retournés contre eux (Iran, Philippines, Iraq, Chili, Pakistan…), privilégient d’autres relations (Brésil, Afrique du Sud, Inde et maintenant la Chine et l’Australie) [7], prennent des velléités de souveraineté (Japon et sa politique monétaire), ou sont sur un profond déclin (UK [8]). Un nouvel ordre monétaire international est en préparation active pour supprimer le rôle pivot et exorbitant du dollar,[9] et les U.S. n’ont plus aucun moyen de s’y opposer. S’ils choisissent de ne pas y participer, ils se mettront eux-mêmes hors du système mondial comme l’URSS après Bretton Woods. L’expansionnisme ne peut plus se financer.


Source : NY Times, 02/2013

Le 12 Septembre 2002, G.W. Bush annonçait devant les Nations Unies l’intention de la présidence des États-Unis d’attaquer préventivement l’Iraq, en opposition aux lois internationales en vigueur.[10] Aucun délégué n’a protesté et l’invasion a commencé le 20 mars 2003. Ce jour-là, le cadre multilatéral des lois internationales a été en pratique réduit à la loi de la jungle, parce que ce droit international n’a pas été exercé et garanti. Ce jour est notable par la marque de l’impérialisme américain sur l’ensemble des relations internationales. Cette idéologie est une tendance de fond qui détermine de manière continue la politique étrangère des États-Unis depuis le génocide des guerres indiennes, et celui des Philippines. Cette longue expansion qui a été la source de leur croissance est désormais inversée. Les U.S. se sont retirés d’Iraq, bientôt d’Afghanistan et ce sont aussi les 88000 militaires basés en Europe [11] qui vont être rapatriés aux USA ou en Asie. Mais recycler un complexe militaro-industriel dans les activités civiles est très difficile et lent, comme les U.S. en ont fait l’expérience en 1946-47.

Au nom de ma loi…

Cependant cette agressivité impérialiste, comme à chaque fois dans l’Histoire, a eu aussi pour conséquence au fil des décennies la déstabilisation croissante de l’équilibre des pouvoirs dans la République étasunienne, par l’intermédiaire d’une économie prioritairement basée sur le Keynésianisme militaire. Cette déstabilisation s’est fortement accélérée depuis le 11 Septembre 2001.[12] L’ensemble des libertés individuelles ont alors été l’une après l’autre si profondément remises en question au fil des semaines et des années, le rapport entre citoyens et État et le droit constitutionnel si profondément remaniés [13] que seul le qualificatif de Révolution est adéquat selon nous. C’est un effet boomerang historiquement inévitable qui aurait dû être perçu par tous au moment où le Keynésianisme militaire est devenu une institution au moment de la guerre de Corée, et perdurant sur plusieurs générations.[14] L’appareil d’État « profond », celui qui demeure inchangé lors des élections ou qui garde son pouvoir d’influence intact par le truchement des portes tambour, a assimilé et prolongé ces idées.

La situation politique actuelle de la République américaine est simplement résumée par le Pr. Chalmers Johnson : dans les faits, la séparation des pouvoirs –l’élément le plus fondamental de la Constitution– a disparu.[15] La nouvelle forme du pouvoir n’a pas remplacé ou dissous les institutions du Congrès et de la Cour Suprême, comme l’aurait fait un pouvoir dictatorial issu d’un coup d’État franc et net, ce qui a permis de laisser croire que les simulacres constituaient toujours une branche du pouvoir, à la fois vis-à-vis de la stabilité interne du pays et de celle des relations internationales. Ces années de persistance des institutions obsolètes ont trompé la vigilance des citoyens, bien que des cris d’alertes aient été lancés dès 2002.[16] Sans moyen d’exercer la garantie des droits des citoyens, les libertés de ceux-ci (les 10 amendements de l’U.S. Bill of Rights) ont ensuite été rognées en quelques années par de nouveaux textes.

Le gouvernement des U.S. était déjà connu depuis des décennies pour ses manœuvres secrètes visant à favoriser sa politique d’« expansionnisme » international, qui sont révélées et confirmées après des dénis forcenés.[17] Ces pratiques ont perduré mais le pouvoir exécutif après le 11 Septembre les a étendu sur le sol américain [18] et a de plus ouvertement franchi le Rubicon : il a régulièrement imposé ses conceptions unilatérales, que ce soit comme on l’a vu en ne permettant plus la garantie du droit international ou celle des libertés individuelles, par le biais de nombreux ordres exécutifs ou de « signing statement » du Président sur une loi votée par le Congrès, en invoquant systématiquement un caractère exceptionnel ou temporaire, un nouveau paradigme, de nouveaux concepts inutiles et abscons artificiellement placés hors du champ des lois [19], un état d’urgence, bref un caractère irréversible d’une politique de sécurité nationale dont la mention suffisait à éliminer toute réflexion.[20]

Le pouvoir législatif a lui systématiquement échoué à exercer son pouvoir constitutionnel en limitant les abus de pouvoir de la Présidence : « For the last four years, a republican Congress has done almost nothing to rein in the expansion of presidential power. This abdication of responsibility has been even more remarkable than the president’s assumption of new powers ».[21] Pire, le Congrès a régulièrement fait en sorte de voter des lois qui rendaient légaux les abus de pouvoir des précédents ordres exécutifs.[22] Un Congrès et un président Démocrate n’ont strictement rien changé de cet état de fait, ni n’ont rétabli ce qui avait été bafoué. La tendance lourde de l’ « unitary executive power » s’est poursuivie strictement inchangée parce qu’elle est désormais institutionnalisée.

La branche judicaire enfin n’est pas davantage un contre-pouvoir que le Congrès. Dans les faits, la Cour Suprême délègue ses décisions à des cours plus mineures, dont les juges sont davantage attentifs à ne pas froisser le pouvoir exécutif. C’est ainsi que le système judiciaire U.S. a pu reconnaitre et confirmer le fait que l’État avait le droit de kidnapper, de déporter et de torturer un homme totalement innocent, sans le juger, sans le recours à un avocat, sans lui faire d’excuses ni lui verser des dommages et intérêts.[23] Cette dérive continue de nos jours avec le procès de Manning [24], ou l’absence flagrante de procès des responsables des très nombreux scandales financiers mis à jour depuis 2008. Cette défaillance éclatante de la justice, plus que toute autre, est signe d’une faiblesse mortelle de la démocratie : “Justice is itself the great standing policy of civil society; and any eminent departure from it, under any circumstances, lies under the suspicion of being no policy at all.[25] Elle révèle aussi la collusion entre le système exécutif et Wall Street.[26] Cela n’a rien d’étonnant, l’histoire politique depuis César nous a appris la régularité des dérives fascistes d’un pouvoir exécutif fort.[27] 

Pour couronner le tout, certains dirigeants américains n’assument pas leurs décisions passées. Ils ne veulent pas admettre que ce sont eux ou leurs prédécesseurs qui ont brûlé les navires. Ils rejettent la responsabilité sur le terrorisme. Aussi, la politique sécuritaire des Etats-Unis, au lieu de favoriser sa cohésion sociale, divise encore davantage.[28]

… je vous arrête !

La mort d’Aaron Swartz le 11 janvier [29] nous rappelle celle de Mohamed Bouazizi, qui s’est lui aussi suicidé à 26 ans en signe de protestation ultime contre la politique de son gouvernement. Son geste sera un symbole pour toute une génération de jeunes qui se reconnaîtront en lui. De la même manière, la mort d’Aaron Swartz est aussi un geste politique, celui d’un homme persécuté par un système judiciaire qui trahit ses citoyens au lieu de les protéger [30]. Les deux années de procédures kafkaïennes [31] où le procureur outrepasse sans aucun contrôle l’esprit et la lettre des lois [32] dans le seul objectif de contraindre par cette menace Aaron Swartz à se reconnaître coupable [33] ne nous rappelle rien d’autre que Le Procès [34], dans lequel un homme de 30 ans est brusquement entraîné dans un système judiciaire arbitraire, inhumain, absurde et meurtrier. 


Dernier Recourt

La lutte et la fin d’Aaron Swartz présentent tous les ingrédients pour accélérer une prise de conscience au sein de la communauté connectée. Comme tout symbole, il est fédérateur. 

La partie change de dimension, mais pas de perspectives. Les nouveaux acteurs ne se sentent pas seulement concernés ; ils se sentent eux-mêmes visés par les intentions politiques d’un système judiciaire coercitif, qui ignore superbement les dérives extraordinaires des acteurs du système financier et qui persécute en même les défenseurs des libertés individuelles. Cette idée du sens commun de la justice bafouée est capable de fédérer au-delà des frontières traditionnelles des partis. Ce n’est pas un petit groupe d’hommes politiques qui est remis ouvertement en cause, mais bien la réelle légitimité d’un système de gouvernement qui autorise de tels traitements judiciaires. C’est donc une profonde crise politique qui vient de franchir un nouveau palier.

Après la disparition des droits protégeant les individus dans les textes de lois, les effets directs sur la vie des citoyens américains ne font que commencer. Ceux-ci réagissent et la radicalisation du mouvement de contestation [35] apparaît dès le 25 janvier avec le hack d’un site du ministère de la Justice par Anonymous qui lance la phase publique de la mobilisation « Last Resort » (Dernier Recourt). [36]


Il s’agit ici d’une action à visée médiatique mais avant tout libératoire, qui se déroule d’abord sur Internet et au-delà des lois en vigueur, à la différence du mouvement Occupy. Le message diffusé [37] à cette occasion par OpLastResort exprime très clairement plusieurs motivations qui ne se limitent pas à la dénonciation de pratiques ou de projets de lois liberticides: 
  • Qu’il s’agit d’une opération préparée de longue haleine en réponse aux arrestations d’hacktivistes en 2012 ; Que son déclenchement est la conséquence de la mort d’Aaron Swartz, directement causée par la persécution d’État dont il a fait l’objet ; 
  • Que le sens commun de la justice est au-dessus de l’expression de la loi par l’État, quand celle-ci est perçue comme une trahison de l’intérêt des citoyens ou de leurs libertés ; On doit ici rappeler les persécutions judiciaires menées par le gouvernement contre les autres sonneurs d’alarme [38] ; 
  • Qu’il n’y a pas de volonté de négocier ; c’est un ultimatum qui est lancé au gouvernement pour qu’il lance une réforme en profondeur des nombreuses lois liberticides; Qu’il ne peut y avoir qu’une seule issue : la mise en place par le gouvernement des réformes exigées. Le combat ne cessera pas avant cela ; 
  • Que le message s’adresse aux citoyens du monde entier, et pas seulement aux Américains même si c’est seulement ce dernier qui est visé ; c’est une caractéristique essentielle de ce mouvement de contestation, qui recrute des membres actifs au-delà des frontières, même pour des causes dont on pourrait naïvement penser qu’elles ne concernent que les citoyens américains.

Pointer les noms derrière la finance

OpLastResort annoncera plusieurs hacks successifs de sites gouvernementaux en février 2013. Le premier s’est accompagné de la diffusion de plusieurs archives cryptées, sans la clé de lecture. Elles contiennent sans doute des informations récupérées sur des sites fédéraux. Ce choix de diffusion, s’il vise explicitement à contacter de manière sécurisée des journaux, n’utilise pas les procédures déjà rodées du canal Wikileaks. Cela a surpris la communauté et entraîné un doute chez les médias qui redoutent déjà de ne plus être protégés par le premier amendement [39], jusqu’à la diffusion le 4 février d’une liste de 4600 noms de hauts représentants des institutions financières des U.S. avec leurs coordonnées et mots de passe (cryptés), obtenus en hackant certains sites de la Reserve Federale US.



Le même jour, Bloomberg annonçait qu’Obama avait l’intention d’accélérer la publication d’un ordre exécutif présidentiel permettant d’accroître la cybersurveillance [40] dans la lignée de la proposition de loi CISPA. L'escalade continue.

L’inéluctable contre-révolution

Le bilan est très sévère, mais il doit être dressé et prolongé dans ses tendances lourdes car on ne peut espérer modifier sa route en restant aveugle et sourd. 

La République américaine est morte. Ses institutions sont réduites à des simulacres. La valeur symbolique qu’elles portent encore aux yeux du peuple suffit à prolonger leur existence. Pourtant, elles n’apportent aucun service, aucun bienfait aux citoyens. Ceux-ci ont été trahis par leurs élites, par appétit de pouvoir, par lâcheté, par rapacité. Le supramonde [56] ne changera jamais volontairement d’idéologie, bien qu’il puisse y avoir quelques transfuges qui quittent leur camp.[41] 

Le peuple américain a pourtant eu plusieurs occasions de confondre ses oppresseurs, mais à chaque reculade l’effort nécessaire pour la suivante était de plus en plus grand et leurs adversaires de plus en plus nombreux et puissants. Le jour devra obligatoirement venir où les questions sur les assassinats de JFK, du 11 Septembre ou de tant d‘autres affaires [42] qui hantent la conscience collective pourront recevoir de vraies réponses officielles. En attendant cette commission Vérité et Réconciliation, le peuple américain se retranche dans son Fort Alamo. L’assaut a commencé, les premiers coups de feu tirés. 

Encore présentes dans l’imaginaire, les libertés ne peuvent plus être exercées dans les faits. On rend un culte à la feuille de papier de la Constitution illuminée derrière une vitre blindée pendant que les derniers défenseurs des libertés sont menacés ou emprisonnés. On devrait faire du texte du Bill of Rights un tableau intitulé « Ceci n’est pas la liberté », dans le style de Magritte. La Révolution a déjà eu lieu, et le peuple a perdu le pouvoir, puis ses libertés individuelles, ses économies, son emploi, puis ses futurs revenus et ceux de leurs enfants qui devront payer des dettes contractées par les élites. Il a aussi perdu sa santé, son espérance de vie, les espoirs d’éducation pour ses enfants. Et perdu encore, mais depuis bien plus longtemps, toute possibilité d’égalité dans la société multiculturelle américaine.[43] 

Il ne lui reste qu’une partie de ses illusions dont il lui faudra apprendre à se débarrasser, ainsi que son fusil.[44] Il a compris qu’il ne devait jamais le remettre au gouvernement, quoi qu’on lui dise. Cela peut le sauver de l’esclavage, mais hélas pas de la désolation de la guerre civile (ou rébellion). 

Celle-ci est inévitable car l’appétit de pouvoir, ne pouvant éviter le reflux de son expansion et de l’arrêt de son financement à l’échelle internationale, est en train de se retourner de plus en plus ardemment vers l’intérieur de ses frontières. 

Ces affrontements provoqueront à coup sûr une sécession [52], et une déstabilisation en cascade du Canada, du Québec, des îles Caraïbes et surtout du Mexique. 

Elle sera concomitante avec une explosion des tensions entre groupes ethniques. 

Elle entraînera à coup sûr la faillite du dollar, qui accélérera l’effondrement de l’empire US. De multiples dévaluations n’y changeront rien.[45] 

Mais le vrai combat ne se jouera pas à coup de rafales, de drones, d’armures exosquelettes, d’IED, de rafles ou de cyber guerre. Il se jouera d’abord dans les cœurs, avec le courage, et là où tout a commencé : dans les esprits. Un peuple ne peut vaincre que fédéré par l’espoir qui est porté par de nouvelles idées. Il ne se bat pas pour survivre : avoir un futur ne signifie pas simplement vivre demain. Il est nécessaire de savoir pourquoi on va vivre demain, pour vivre quelle sorte de vie. C’est le contenu de cette contre-révolution idéologique qui est la pièce manquante dans l’esprit du peuple américain. C’est celle qui lui permettra de se relever, et de recréer un État (ou plutôt plusieurs) qui auront fait table rase des institutions actuelles. 

Voilà les tendances lourdes. Dans ce maelström, la séquence exacte qui sera suivie peut être très variable mais tous les chemins conduisent au même aboutissement. Que ce soit en commençant : 
  • par une pression accrue sur le front monétaire international, [46] 
  • par celle de citoyens qui vont tester les réactions du gouvernement en voulant vérifier l’exercice de leurs droits, [47] 
  • par une implication grandissante des citoyens dans les débats de la société civile U.S. En effet si votre implication vise à critiquer les positions du gouvernement, l’United States Military Academy (USMA) vous classe alors parmi les activistes violents d’extrême-droite, [48] 
  • par un boycott à grande échelle du système, [49] 
  • par un renforcement de la politique sécuritaire continuant le chemin vers la loi martiale (Alerte Rouge) [50] ou la confiscation des armes, [51] 
  • par une action d’insurrection menée par des partisans de la suprématie des Blancs ou bien proches du Tea Party [52]. C’est le type de scénario d’intervention militaire contre le peuple américain auquel l’armée se prépare depuis 2010, [53] 
  • ou même par une nouvelle volonté du gouvernement d’interrompre momentanément l’escalade liberticide pour apaiser les tensions, [54] 
  • ou par une démission du Président, [55] 
l’état insurrectionnel est imminent d’ici la fin du mandat d’Obama, sachant que le supramonde [56] au pouvoir tient par-dessus tout à le conserver, que l’ultimatum d’OpLastResort restera lettre morte, et que la pression de la dynamique extérieure ne diminuera pas.[57] Des événements brutaux ou réactions extrêmes pourront toujours accélérer sa venue.[58] Les médias de masse ne parleront que d’insurrection, pas de guerre civile, et abuseront sans doute des qualificatifs de terroristes. Dans le même temps, rien ne retardera l’inéluctable contre-révolution du peuple américain.




[1] Nous utiliserons la technique de la parrêsia alliée à la méthode de l’anticipation politique. Ce texte se veut être une aide à la décision de chaque individu impliqué, dans le prolongement d’une forte empathie pour le peuple américain
[2] Ce texte est prolongé par l'article "Peupler l'espoir", à paraître.
[3] The progressive movement lacks a spine for the moment, and is badly divided over a number of difficult issues which diffuse them, instilling hatred and fear in their hearts, driving out love, and leaving room only for a destructive pride and selfishness. And the timid thinkers, the so-called intelligentsia, hide in their studies and in their cellars, and in their work, waiting for someone else to do something. Eventually progressive people will come together or, as Edmund Burke observed, "...they will fall, one by one, an unpitied sacrifice in a contemptible struggle." (A Financial Coup d'Etat, the Credibility Trap, and What Must Be Done, 09/28/2012)
[4] “Resistance, Revolution, Liberation – A model for positive change”, C.H. Smith, oftwominds.com, 2012
[5] “The Middle Class In America Is Being Wiped Out – Here Are 60 Facts That Prove It”, TheTruthWins, 01/2013; CNBC, 02/2013; L.A. Times, 08/2012
[6] Rumsfeld déclara après le pillage et la destruction des trésors archéologiques à Bagdad, patrimoine de l’humanité : « Freedom’s untidy… Free people are free to make mistakes and commit crimes »
[7] India & Russia Report, 02/2013
[8] GlobalPost, 02/2013
[10] The Independent, 02/2002 (reprinted by Daily Times)
[12] Cette évolution a été remarquablement expliquée dans une approche multidisciplinaire par la trilogie « Blowback » du Pr. Chalmers Johnson, et en particulier dans le dernier tome: Nemesis – The last days of the American Republic,  Metropolitan Books, 2006 ; Voir aussi “ The military Keynesianism of the U.S. and the Road to Tyranny”, Conscience Sociale.
[13] Zero Hedge, 02/2013
[14] Cf Réf 12 ; voir aussi Conscience Sociale, 07/2012 ; On se souviendra également des mots de Solzhenitsyn: “In keeping silent about evil, in burying it so deep within us that no sign of it appears on the surface, we are implanting it, and it will rise up a thousand fold in the future. When we neither punish nor reproach evildoers, we are not simply protecting their trivial old age, we are thereby ripping the foundations of justice from beneath new generations.” (The Gulag Archipelago, 1958-68)
[15] Cf Réf 12
[16] Federation of American Scientists, 04/2002; “Uncle Sam's Iron Curtain of Secrecy”, James Bovard, 08/2005; The Guardian, 03/2006; “2 U.S. Supreme Court Justices – And Numerous Other Top Government Officials – Warn of Dictatorship”, Washington’s blog, 09/2012
[17]La route vers le nouveau désordre mondial – 50 ans d’ambition secrètes des États-Unis”, P.D. Scott, Ed. Demi-Lune, 2011 (2007 pour l’édition originale) ; Le bilan que l’on observe un siècle après montre combien l’expansionnisme et l’idéologie de la « destinée manifeste » ont leurrées W. Wilson dans sa vision du rapport entre les peuples et du contrôle des capitalistes par l’État pour le bien des citoyens.
[18] DemocracyNow, 02/2006
[19] Par exemple pour justifier le fait que la torture n’était pas légalement interdite dans les affaires citées, cf Réf 12. Lire aussi à ce propos Le programme secret de la CIA et le Parlement Européen: Histoire d'un forfait, histoire d'un sursaut, 12/2012.
[20] Voir à ce sujet Conscience Sociale, 10/2012
[21] NY Times, 01/2006; “U.S. Constitution in grave danger”, Al Gore, 01/2006
[22] NY Times, 03/2006
[23] NY Times, 02/2006
[24] The Guardian, 02/2013
[25] E. Burke, 1729 – 1797
[26] USAToday, 09/2012
[27] “Corporatism is the corner stone of the Fascist nation” écrivait Benito Mussolini
[28] Conscience Sociale, 10/2012
[29] Pour plus de détails sur cette partie, lire Conscience Sociale, 02/2013
[30] Boston.com, 02/2013
[32] En utilisant un texte entré en vigueur un mois après l’entrée des U.S. dans la première guerre mondiale (Espionage Act, 1917) ou le très controversé CFAA (Computer Fraud and Abuse Act)
[33] Pour lui permettre en échange d’obtenir une sentence plus faible mais certaine
[34]  Œuvre de Franz Kafka, rédigée entre 1914 et 1925
[35] Cette logique de radicalisation dans la communauté connectée avait été anticipée.
[36] Pour plus de détails sur cette partie, lire Conscience Sociale, 02/2013
[37] Voir la vidéo (ou le texte complet ici).
[38] Assange, Manning, Hammond, Kiriakou, Ellsberg, Drake, Radack…
[39]  EFF.org, 07/2012
[40] TheVerge.com, 02/2013
[41] The Telegraph, 10/2012
[42] « La route vers le nouveau désordre mondial », P.D. Scott, Ed. demi-lune 2011 (English edition, 2007) ; “What WikiLeaks revealed to the world in 2010”, salon.com, 12/2010
[43] D’après le rapport de l’Institute of Assets and Social Policy (02/2013) la différence de richesse entre les Blancs et les Afro Américains a triplé lors des 25 dernières années.
[44] CNSNews, 02/2013 ; Statistiques mensuelles du FBI NICS, 01/2013
[45] GEAB 69, Laboratoire Européen d’Anticipation Politique, 11/2012
[46] À la suite du rapport de l’OMFIF déjà cité et du G20 de 2013 en Russie
[47] Voir par exemple cette initiative
[48] “Anti-federalists espouse strong convictions regarding the federal government, believing it to be corrupt and tyrannical, with a natural tendency to intrude on individuals’ civil and constitutional rights. Finally, they support civil activism, individual freedoms, and self government.” WashingtonTimes, 01/2013. C’est le concept des « citoyens ennemis ».
[49] Cf Réf 4
[50] Courier-Post, 03/2003
[51] Bob Owens, 12/2012
[52] SmallWarsJournal, 07/2012; Forbes, 11/2012
[54] Politico.com, 02/2013
[56] Ce terme et sa définition précise sont empruntés au Pr. Peter Dale Scott, op.cit.
[57] Global Research, 08/2012 ; NY Times, 12/2012
[58] GEAB 72, Laboratoire Européen d’Anticipation Politique, 02/2013