Affichage des articles dont le libellé est transparence. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est transparence. Afficher tous les articles

2013/06/25

#PRISM: voir avant, voir après

 J'ai eu le plaisir d'animer une session jeudi 20 à 13h lors de la dernière conférence Pas Sage en Seine 2013 (PSES2013), à propos de l'affaire #PRISM.

"Anticiper #PRISM et anticiper la suite de l'histoire : Le geste politique d'Edward Snowden avait été correctement anticipé dans un contexte de montée en puissance de l'hacktivisme aux U.S. Nous discuterons de l'utilisation de la méthode de l'anticipation politique pour cette analyse, et ce qu'elle nous apprend pour la suite de la transformation socio-politique en cours aux U.S."

Vous pouvez retrouver son enregistrement vidéo ici, et le support que j'ai utilisé ici. Il est diffusé sous CC BY SA. (Le micro ne fonctionnait pas toujours très bien, désolé pour la qualité du son.)

Un point important que l'on n'a pas abordé lors de cette session: l'implication du GCHQ et l'impact de cette information sur la politique intérieure du Royaume-Uni et sa relation avec l'Union Européenne.

2013/01/17

Stop the European bankers who are very reluctant to follow the new fixings regulation


Let's summarize the facts :
"Euribor-EBF believes that the Euribor benchmark should be run by an independent, non-profit driven structure, with the introduction of public supervision. [...] Euribor-EBF supports the introduction of European public supervision on benchmarks. Supervision should also apply before and after the fixing delivery."
"The European Commission [...] wish[es] to have the Euribor panel as large as possible in order to enhance the credibility of the benchmark. Therefore, they are considering making mandatory for banks with a significant turnover in the money markets to be part of the panel."
"Euribor-EBF agrees with the agencies that more specific controls have to be in place and that banks have to implement strictly the Code of Conduct they subscribe to when contributing to Euribor."
"[...] we are closely following the developments taking place as regards the shrinking number of panel members for establishing EURIBOR and EONIA rates. Given the authorities’ commitment to addressing the shortcomings revealed in the rate-setting process, it is in the interest of markets that banks remain in the panel while the regulatory framework is being amended and behave as responsible market participants, thus preventing potential disruption in the functioning of an important financial market segment."

One bank withdrew from the Euribor panel and four from the Eurepo panel between July and end November 2012. But the list of reluctant bankers is still growing :
  • Dec. 2012: HSBC ceases contributing to the Eurepo Index after 7 December 2012 
  • Dec. 2012: Rabobank stops contributing to the Eurepo & Eonia Swap Index on 11 December 2012 
  • Dec. 2012: DZ Bank stops contributing to the USD Euribor and Eonia Swap Index on 1 January 2013 
  • Jan. 2013: BayernLB has stopped contributing to the Euribor-Eonia, USD Euribor and Eurepo Indexes on 1 January 
  • Jan. 2013: Helaba Landesbank Hessen-Thüringen ceased contributing to the USD Euribor Index on 2 January 2013 
  • Jan. 2013: Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat (Luxembourg) will stop contributing to Eurepo after 4 January 2013 
  • Jan. 2013: Raiffeisen Bank International (RBI) will stop contributing to Euribor, Eonia, USD Euribor and Eurepo on 15 January 
  • Jan. 2013: Société Générale will stop contributing to the Eonia Swap Index after 15 January
  • Jan. 2013: Citigroup will cease contributing to the Eurepo Index as of 1 February 2013
These banks are clearly defying the regulators and the European Commission, hence harming the EU financial stability and our common interest. This is irresponsible. As citizens, we can boycott these banks. But we can also collectively ask to the european banking regulators to withdraw their banking licences, if the European Commission do not make them mandatory quickly to be part of the panel. If players do not want to play the new rules, they are not the players any more.

Euribor-EBF current Panel Banks
  • Euribor® Panel Banks : here
  • Eonia® Panel Banks : here
  • Eurepo® Panel Banks : here
  • Eoniaswap® Panel Banks : here

Update 02/08/2013 : citizens have been listened by EC 
"The Governing Council of the European Central Bank welcomes the European Commission’s intention to introduce further legislation regulating systemically important reference rates. [...]
The Eurosystem notes the recent decisions of some banks to withdraw from the Euribor panel. [...]
For such rates to remain representative, it is essential that there is an appropriate level of bank participation in the respective panels. The Eurosystem therefore welcomes the Commission’s intention to also include in its legislative proposal the power to compel mandatory submissions for systemically important reference rates, in order to prevent disruptions to their production process."
Source: ECB press release

"The Commission is considering a legal obligation for banks to participate in Euribor. Euribor-EBF considers this as a sensible precautionary measure against which there can be no objection."
Source: Euribor-EBF


Update 02/18/2013 : too-big-to-be-ruled banks (or thinking so) are still defying the EC and Euribor-EBF
  • Feb. 2013: Barclays will cease contributing to the Eurepo Index as of 18 February 2013
  • Feb. 2013: Deutsche Bank will stop contributing to the Eurepo and Eonia Swap Indexes as of 18 February 2013

Update 04/6/2013 : in March others too-big-to-be-ruled banks (or thinking so) again defied the EC and Euribor-EBF, but in April the institutions reacted: the operators of the transactions have to be located in EU or EFTA, targeting international banks. 
  • Feb. 2013: LBBW will cease contributing to the Eurepo and USD Euribor on 22 February
  • Feb. 2013: JP Morgan will cease contributing to the Eurepo Index as of 1 March
  • March 2013: Credit Suisse will stop contributing to the Eurepo Index as of 8 March
  • March 2013: Svenska Handelsbanken will cease contributing to the Euribor-Eonia panel as of 20 March
  • March 2013: UBS will stop contributing to the Euribor-Eonia panel after 28 March

"Eonia is computed as a weighted average of all overnight unsecured lending transactions in the interbank market, undertaken in the European Union and European Free Trade Association  (EFTA) countries by the Panel Banks."
The EFTA countries list is: Liechtenstein, Iceland, Norway and Switzerland.

The Euribor reform will be implemented by mid-June 2013.


Update 05/14/2013 :
  • April 2013: Citibank ceased contributing to the Eonia Swap Index panel as for 16 April
  • May 2013: LandesBank Berlin ceased contributing to Euribor- Eonia and USD Euribor panels on 1 May

Update 05/29/2013 :
  • May 2013: Bank of Ireland will stop contributing to the Eurepo after 31 May
  • May 2013: LBBW will cease contributing to Euribor after 31 May
  • May 2013: Helaba will cease contributing to Euribor after 31 May

Update 06/02/2013 : Euribor and Eonia panels to be differentiated as of 1 June 2013; whatever banks may believe,  or the current practices in other part of the world, they simply cannot win their fight against public regulation in Europe.
"Euribor-EBF takes this opportunity to invite former panel banks to re-join either the Eonia or the Euribor panel of contributing banks. As publicly stated by Commissioner Barnier, the forthcoming European Commission’s proposal on benchmarks will indeed include the power to impose mandatory submissions on banks." 
Source: Euribor-EBF and ECB 

    Update 06/20/2013 :
    • June 2013: ING ceased contributing to the Eurepo after 7 June

    Update 07/06/2013 :
    • June 2013: Allied Irish Bank (AIB) ceased contributing to the Euribor, Eonia and Eurepo fixings after 28 June
    • June 2013: Norddeutsche Landesbank Girozentrale (NordLB) ceased contributing to Euribor and USD Euribor after 28 June

    Update 07/23/2013 :
    • July 2013: Credit Agricole ceased contributing to Eurepo as of 1 July 2013 
    • July 2013: HSBC France ceased contributing to the Eonia Swap Index after 12 July 
    • July 2013: Commerzbank ceased contributing to USD Euribor after 19 July 
    • July 2013: Natixis ceased contributing to the USD Euribor as of 5 July 
    • July 2013: Danske Bank ceased contributing to Eonia as of 15 July

    Update 08/23/2013 :
    • August 2013: BNP Paribas will cease to contribute to the Eurepo and Eonia Swap indexes as of 12 August

    Update 09/20/2013 :
    • Sept. 2013: Credit Agricole and Credit Suisse have ceased contributing to the Eonia Swap Index as of 18 September 2013
    09/18/2013: "Euribor-EBF welcomes the European Commission’s Proposal for a Regulation on indices used as benchmarks in financial instruments and financial contracts. The possibility for supervisors to impose mandatory contributions is a positive measure. Until it is in place, it will hopefully lead panel banks and authorities alike to take their responsibilities and ensure that Euribor is not discontinued."

    Update 10/07/2013 :
    • 10/1/2013 : publication and of the new Euribor Code of Conduct, immediately in vigor. The highest possible sanction in case of misconduct is a permanent exclusion from the Euribor panel. 

    Update 10/23/2013 :
    • Oct. 2013 : Erste Group ceased contributing to the Euribor and Eurepo indexes after 11 October 2013.

    Update 11/20/2013 :
    • Oct. 2013 : RBS will ceased contributing to the Eonia Swap Index after 31 October 2013.

    Update 12/15/2013 :
    • Nov. 2013 : KBC has ceased contributing to the Eurepo index as of 13 December 2013.

    Final update 01/7/2014 :
    • list of Euribor panel banks and rates since 2004, by month

    2012/10/11

    Le lectorat de Conscience Sociale

    Il est toujours intéressant de mieux connaitre son lectorat. Pas ses lecteurs bien sûr : les statistiques fournies par Google sont complètement anonymes, sans IP, gage de la protection de la vie privée. 

    J'ai simplement recherché dans les statistiques disponibles entre 2008 et 2012 (5 ans) les libellés des routeurs qui précisent explicitement un nom connu d'institutions ou de sociétés. Les visiteurs de ce blog à partir de leur domicile ne sont donc pas concernés, ni les routeurs au nom banalisé.
    Un rapide bilan, sans exhaustivité, indique ainsi que Conscience Sociale a été visité par :
    • 175 universités différentes ou établissements de recherche dans le monde, spécialisées en sciences exactes ou sociales. Vous retrouverez des établissements très connus dans cette liste, mais je suis fier de chacun d'entre eux ;
    • 53 banques, banques centrales ou établissements financiers dans le monde. On retrouve là aussi les noms les plus connus ;  
    • 36 ministères, institutions gouvernementales ou supra gouvernementales : Parlement Européen, Commission EU, Conseil de l'Union Européenne, OCDE, cour des comptes, Cour Européenne de Justice, Nations Unies, mais aussi US Navy, US Army, le CEA, le World Economic Forum... et sans compter dans ce chiffre les nombreuses institutions de gouvernement à l'échelle locale, départementale, régionale, county, US State, en France, US, UK, Canada. J'en suis particulièrement heureux !
    • 40 sociétés mondialement connues dans les secteurs industriels ou du commerce, dont 7 très liées aux équipements militaires 
    • 13 sociétés mondialement connues dans le secteur IT (cf l'approche éditoriale de ce blog début 2008)
    • 8 sociétés spécialisées dans les médias ou Think-Tanks (Times, NY Times, TF1, Canal Plus, Radio France, Peterson Institute, sans compter le LEAP/E2020 bien sûr...)
    Une aussi large répartition n'est pas courante ! Mais je pense qu'elle est le miroir fidèle de l'éclectisme et de la rigueur éditoriale de Conscience Sociale qui forme le socle de son approche transdisciplinaire, et le signe tangible d'une certaine diffusion de ses idées. 

    Je remercie donc sincèremet mes lecteurs pour leur intérêt et leur fidélité. Cela me donne quelques nouvelles idées mais je n'en dis pas plus... :)



    2012/06/19

    Atterrissage d'urgence

     Le projet Conscience Sociale trouve ses racines dans la conviction partagée début 2005 de la bulle immobilière occidentale et de sa dimension sociale. Nous maintenons depuis lors une veille constante sur ce sujet. 

    Le mois dernier nous avons souligné sur les réseaux sociaux le grand intérêt du livre de Sylvain Péritel et Philippe Schneider " 2015 : La grande chute de l'immobilier occidental" paru aux Editions Anticipolis. Un travail tres fouillé, très dense, qui va beaucoup plus loin qu'une étude d'économétrie, avec des propositions de politiques publiques très argumentées. Beaucoup d'exemple très concrets, 4 pays passés à la loupe plus 3 zooms inédits sur l'Europe Centrale, forment un contenu particulièrement attractif. En résumé : une anticipation politique de grande qualité et une forte contribution à un débat public majeur !

    Ces propositions de politiques publiques vont dans le même sens (en étant plus précises) que celles redigées par Mickaël Mangot ( Les Générations Deshéritées , février 2012) que je recommande également, mais ce dernier s'il se limite à la France, n'aborde pas seulement l'immobilier, ce sont donc des ouvrages complémentaires.

    Enfin, dans aucun des 2 ouvrages (notamment la section "Comment éviter une nouvelle bulle"), je n'ai pas vu mentionné la nécessité d'apporter plus de transparence au marché immobilier : les bases des prix des notaires devraient être disponibles sur internet avec un délai de 15 jours après la signature de l'acte final, anonymisés, et faciliter la recherche et la comparaison des prix pour des biens similaires dans une zone donnée. Les services dans cet esprit qui existent aujourd'hui sont tres partiels et partials, ou présente un délai de publication trop grand.

    Ce mois-ci, témoin de cet apport accru de transparence, un nouvel indicateur graphique nous est apparu dans l'irremplaçable publication mensuelle de Jacques Friggit




    Nous pouvons constater :
    • que si l'on se réfère au montant total des ventes, la bulle de 2001-2008 s'était entièrement dégonflée avant de commencer à se reformer
    • que c'est entièrement faux si on se rapporte au nombre de ventes
    • que la hausse spectaculaire des prix 2001-2008 s'est accompagnée d'une baisse continue du nombre de ventes, qui contraste avec le mythe de "tout le monde achète" dont on nous a constamment rebattu les oreilles. En 2008, au sommet de la bulle on est déjà à des plus bas historiques en terme de nombre de ventes (avant la dégringolade qui a suivie). Encore une fois, on a fait exprès de confondre : "je donne envie à tout le monde d'acheter" avec "tout le monde achète". Ce qui veut dire aussi que de plus en plus de gens se sont trouvés exclus de la propriété à cause de l'envolée des prix
    • que la baisse des prix entre 2008 et 2009 ne s'est pas accompagnée d'une remontée du nombre de ventes, au contraire la baisse s'est accentuée : il faut mettre cela en rapport avec la baisse du pouvoir d'achat des ménages qui s'est encore dégradée pendant cette période, ainsi que leur confiance en l'avenir, confiance qui a commencé à se rétablir mi-2009 (mais reste très loin du compte). Une partie des acheteurs potentiels a peut-être aussi préféré attendre pour bénéficier d'encore plus de baisse, mais dans ce cas c'est une attente volontaire et non subie donc le désagrément est faible
    • qu'au moment où les prix connaissent en 2012 une nouvelle tendance forte à la baisse, le nombre de ventes est toujours 20% plus bas que sa tendance longue, et encore inférieur au creux qui a suivi la mini-bulle de 1991.
    Au final, si la marque d'une bulle immobilière se trouve bien dans le niveau des prix, le "bon niveau de prix à atteindre" c'est bien quand le nombre de ventes retrouve son couloir de tendance longe. En effet, c'est alors le signe d'un équilibre retrouvé entre demande et offre de logement, où le marché du logement n'exclut pas davantage de personnes de l'accès à une nouvelle propriété. L'implicite ici consiste à ne pas remettre en cause les habitudes modernes de mobilité immobilière (en moyenne un foyer change de logement tous les 7 ans). Mais ce n'est pas un impératif de société, bien au contraire. Le dégonflement nécessaire des bulles immobilières occidentales, si il s'étale sur la durée, pourrait changer bien des comportements en matière d'acquisition de logements. Nous ne sommes pas non plus à l'abri d'une rupture du marché immobilier encore plus brutale qu'en 2008. La tournure des évènements qui se jouent actuellement dans la poudrière du Moyen-Orient (embrasement Syrie-Iran-Arabie Saoudite-Israël-Palestine-Irak-Afghanistan sans compter les Etats satellites et les puissances mondiales en arrière plan) peut produire cet effet. Je vous conseille vivement la lecture du dernier Global Europe Anticipation Bulletin à ce sujet.

    2012/04/03

    Le devoir du citoyen

     Ce devoir, c'est celui de s'informer, et d'informer. Plus exactement, dans nos sociétés au consentement fabriqué, c'est celui de bien s'informer, et de bien informer. Le citoyen ne doit pas rester un simple réceptacle, ou une courroie mécanique de transmission, il doit exacerber son rôle de relai actif de l'information. Chaque parole politique est aussi un acte de journalisme. 

    En voici une illustration ce matin : Le Monde publie un article de Jean-Marc Ferry : "Les candidats face au défi européen".
    Sachant l'importance absolument cruciale de ce thème pour la sortie de la crise systémique mondiale, il a attiré toute mon attention. 
    Je dois dire que j'ai été immédiatement déçu par la couverture imparfaite du programme européen de François Hollande. Comme il n'est pas possible de commenter sur le site du Monde sans être abonné, j'ai donc immédiatement contacté l'auteur en personne. Le relai actif que j'ai mentionné.
    Il m'a répondu aussitôt, et c'est avec son autorisation que je publie ici mon commentaire et sa réponse. Je l'en remercie sincèrement pour cette démonstration de transparence du débat entre citoyens, dans cette campagne aux enjeux historiques.

    Monsieur Ferry,

    vous écrivez dans votre article du 02/04 : "Sur le fond, il n'y a pas de vision institutionnelle novatrice concernant l'UE. [dans le programme de F. Hollande]"

    Je tiens pourtant à porter à votre connaissance le discours suivant de F. Hollande sur l'Europe :

    "L’Europe doit être aussi mieux gouvernée. C’est le rôle du Conseil européen, des chefs d’Etat et de gouvernement. C’est le rôle, aussi, des institutions communautaires – que je respecte. L’Europe a avancé quand elle a été capable d’avoir des chefs d’Etat et de gouvernement qui avaient une vision, mais aussi des institutions communautaires qui prenaient l’initiative, qui anticipaient, qui traduisaient, qui engageaient. Et un Parlement européen qui faisait entendre sa voix. Et c’est pourquoi nous devons aller vers une responsabilité encore plus grande de la Commission européenne devant le Parlement européen, et du président de la Commission européenne devant le Parlement européen."

    Pensez-vous vraiment qu'il ne s'agit pas là d'une vision institutionnelle très novatrice concernant l'UE ? Et sans équivalent dans les discours des autres candidats ? Et à même de permettre enfin le contrôle de l'Europe par les citoyens au travers de représentants directement élus ?

    Je suis disposé à en débattre avec vous, afin que vous puissiez publier un correctif de votre article, au moins pour rétablir cette vérité sur le programme de F. Hollande.

    Cordiales salutations,

    --Bruno Paul 
    Transparence.me - Conscience Sociale - Democratie Agile - Twitter - Facebook - LinkedIn - Viadeo - G+
    Et sa réponse :
    Cher Bruno Paul,

    Je vous remercie pour cette mise au point. Je me suis en effet indexé sur le programme (en ligne) du Parti Socialiste, et je reconnais ne pas avoir intégré ce discours de François Hollande, dont je partage le schéma en ce qui concerne le retour à la méthode communautaire, moyennant une légitimité renforcée du Président de la Commission (voire de l'Union en général), ce qui implique sans doute une réforme profonde de son mode
    d'investiture.

    Le Monde tenait à ce que j'évoque les programmes. J'ai donc dû en insérer dans mon article un (trop) rapide aperçu. Cependant mon souci principal était plutôt de faire passer l'idée relative à la sortie de crise.

    Bien cordialement, JMF

    Prof. Jean-Marc Ferry
    http://users.skynet.be/sky95042

    Chaire de Philosophie de l'Europe
    Université de Nantes
    jean-marc.ferry@univ-nantes.fr

    Université libre de Bruxelles
    jferry@ulb.ac.be

    Dont acte.

    2011/06/20

    Homo Politicus et le printemps qui démantela le nucléaire

     Ecoutez cet homme, un français expatrié au Japon, faire preuve de gravité, de colère sourde, de lucidité et d'éloquence. Il interpelle tous les français et en appelle à notre courage et notre conscience. Quand un citoyen indigné s'engage, le message politique s'impose de lui-même.






    Les arguties économiques ou pseudo-stratégiques n'ont aucun sens et aucune portée face à de telles évidences de civilisation. La France ne peut pas rester à la traîne de l'Europe, et ne peut pas rester un "pays faible de ses 58 réacteurs".
    La politique 2.0 c'est le retour à une expression politique brute. La transparence balaye toute langue de bois. Et de militant suiveur de parti, le citoyen devient un homme politique.
    Homo Economicus n'était qu'un homoncule enchaîné. Homo Politicus est bien celui qui annonce son extinction rapide, car il est le seul adapté à notre crise du XXIème siècle.

    MISE A JOUR le 20/6 à 20h :
    La chaine de l'auteur (qui se surnomme Playbacklapompe, ou "Alex à Tokyo"), a été CENSUREE par YouTube/Google !! Un bel acte de refus de transparence !

    On peut y lire :
    "playbacklapompe : 
    TOUTES MES VIDEO DE FUKUSHIMA ONT ETE EFFACEES DE YOUTUBE ???????????????????!­!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!­!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!­!
    (il y a 12 heures)"

    Actuellement ne sont visibles que ses autres videos bien inoffensives...

    Vous pouvez néanmoins retrouver certaines de ses videos qui ont été repostées par d'autres personnes en cherchant "Alex à Tokyo" sur youtube... et pour sa derniere vidéo censurée qui s'adresse aux Français, voir ici :




    2008/10/14

    Le succès du mensonge en tant que stratégie commerciale délibérée

    image
     C'est le titre d'un article des Echos consacré aux chiffres régulièrement communiqués par la FNAIM sur le marché immobilier en France.
    J’ai trouvé l’info sur esprit-riche.

    Ca n'est pas du tout une surprise pour les connaisseurs de ce marché mais voir ceci dans les Echos ca n'est pas si fréquent. J'aime bien la stratégie de communication du nouveau président de la FNAIM.
    Conclusion : on vous ment parce que ca marche. Parce vous êtes crédules. Il faut en avoir conscience.

    Personnellement pour l'immobilier je préfère suivre les évolutions données par M. Friggit (Ministère du logement), en gardant à l'esprit qu'il y a hélas 6 mois de décalage avec le marché du jour... c'est le prix à payer, compte tenu de la procédure actuelle de déclaration des ventes par les notaires, pour avoir des chiffres relativement fiables.

    image

    image

    Ces données sont issues notamment de l’indice des prix de l’INSEE :

    image

    On pourrait cependant faire beaucoup mieux en réformant le système pour améliorer la fraîcheur et la transparence des prix des transactions immobilières pour le public. Cette mesure freinerait certainement la croissance des bulles immobilières.

    2008/10/12

    La transparence des marchés financiers

    image
    Christian Fauré réagit à une question posée à Georges Ugieux sur la mise à disposition publiques des transactions boursières. Cette proposition de mettre en oeuvre une ouverture des données des marchés financiers pourrait-elle résoudre la crise actuelle, au moins faire qu’elle ne se produise plus ? 

    Deux points sont importants à considérer, au-delà de la faisabilité technique qui est certainement le point le plus facile de l’affaire :
    • la connection immédiaite avec le domaine du politique, comme le disent d’emblée Christian et également Ugieux
    • le fonctionnement des marchés qui repose intrinsèquement sur une asymétrie d’informations entre les acteurs, comme le dit en commentaire Aleph187b
    • le fait que la crise financière s'est maintenant doublée d'une crise monétaire aux implications encore plus exacerbées dans la vie des habitants (regardez ce qui se passe en Islande)
    Pour commencer soulignons que l’asymétrie pourrait perdurer dans les marchés intradays si les données sont publiées et entièrement analysées quotidiennement. De plus certains marchés de gré à gré (par exemple les règlements-livraisons de valeurs mobilières) ne font pas du tout l'objet d'un marché coté et auraient pourtant tout intérêt à être bien mieux publiquement contrôlés qu'ils ne le sont aujourd'hui.
    Concernant l'asymétrie d'informations, elle a été démontrée par les travaux de J. Stiglitz depuis près de 20 ans, mais sont toujours ignorés par les tenants de l'ancienne théorie du marché “pur et parfait” et de sa main invisible qui dirige le marché.

    Cette fameuse main d’Adam Smith m’a toujours fait sourire car finalement elle existe bel et bien, mais elle n’est pas du tout invisible : elle est simplement occultée. Ecoutez par exemple la fin du témoignage de Georges Ugieux, ancien directeur de la bourse de New York, si vous voulez vous en convaincre sur un exemple très actuel. On est bien loin du conspirationisme ou théorie du complot dont la simple évocation est prompte à discréditer son auteur. C’est bien ici la connexion avec certains hommes politiques dont il s’agit, à ne pas confondre avec le domaine politique que soulignait Christian. On pourra aussi relire à ce propos mon billet récent à propos des marchés financiers et poursuivre par les ouvrages de Stiglitz qui détaillent fort bien les ressorts à l’oeuvre dans le scandale Enron.

    Georges Ugieux parle également d’idéologie (ici des Républicains), mais les faits des dernières semaines montrent bien que pour ces dirigeants il ne s’agit que d’un apparat de bonimenteur dont on se défait dès que l’appât du gain personnel (terme encore employé par Ugieux) inspire une autre orientation. J’évoque par là la vague sans précédent des nationalisations aux US et des limitations imposées aux marchés, qui ne sont d’ailleurs certainement pas terminées.

    image
      Cette prise de conscience se diffuse de plus en plus largement dans notre société. Encore une fois les faits, signaux d’alertes et les dangers étaient pourtant largement disponibles depuis longtemps. Georges Ugieux parle ainsi de la prise de conscience que les marchés financiers ne peuvent pas s’auto-réguler. Stiglitz l’avait déjà démontré en détail depuis 10 ans, à partir de l’analyse de la dérèglementation des marchés de l’énergie par exemple. Mais sa voix et celles de nombreux autres, si elle ont été entendue, n’a pas pu être comprise par notre société qui préfère les (dé)considérer comme des Cassandre, puis les oublier, ou du moins les tenir à un niveau sonore suffisamment faible pour ne pas avoir à se remettre en question. On ne se rappelle d’eux qu’au moment du désastre collectif.

    Tout se passe comme si une société humaine n’aimait pas avoir à se transformer par un acte de volonté propre et par anticipation : elle préfère y être précipitée. C’est la diffusion, la maturation de ce type de connaissance dans la conscience sociale qui en filigrane m’intéresse particulièrement dans ce blog, car elles mettent en évidence les freins que l’on s’impose ou que l’on accepte.

    2008/09/22

    Immobilier France : Prise de Conscience de la FNAIM


    Je prends souvent comme exemple du décalage de la prise de conscience (la dissonance cognitive) le cas du marché immobilier. Alors qu'il s'agit d'un marché caractérisé par les tendances lourdes de la macro-économie, et dont les orientations à moyen terme sont très prédictibles, le phénomène d'éclatement d'une bulle immobilière met plusieurs années à contaminer toutes les consciences.

    Bien sur les intérêts de certaines corporations font qu'elles ont tendance à lancer des messages rassurants, mais il ne s'agit que de méthode Coué ou de politique de l'autruche. Les faits sont bizarrement résistants à l'optimisme conservateur de certaines personnes qui font les belles pages de nos journaux.

    Dernière étape de la propagation de la prise de conscience de l'éclatement de la bulle immobilière en France : les dernières déclarations de la FNAIM.
    Lire en particulier le passage sur la baisse des prix à Paris, et l'extinction du mythe de "l'exception parisienne".

    Avec une telle anticipation de la FNAIM dans un registre qui n'a jamais été le sien jusqu'alors, attendons-nous dans quelques jours à des chiffres INSEE très mauvais pour les ventes immobilières du T2 2008, qui signaleront clairement à tous le début du lent retour de l'indice dans le fameux "tunnel de Friggit".