Affichage des articles dont le libellé est systeme monetaire international. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est systeme monetaire international. Afficher tous les articles

2016/10/08

Le cœur du débat de l’élection présidentielle

Dialogue avec la Nation
La décomposition de notre pays vous indigne, l'impunité de nos dirigeants vous choque, le manque de vision vous inquiète, la remise en question de l’avenir de vos enfants vous trouble ?

Il y a de quoi. La France, avec tout l’Occident, est confrontée à une crise de civilisation.[1]


Identifier la cause visible de cette crise en France


Depuis plus de 40 ans, les dirigeants de notre pays en ont abandonné le gouvernail. Nous avons perdu notre souveraineté monétaire dans un monde livré à la dictature du court terme financier. Nous nous sommes donc soumis à un système criminogène qui enrichit les plus riches, matraque les classes moyennes et anéantit les plus pauvres. [2]

L’Histoire montre que le système des banques centrales et le dévoiement de la finance internationale a grandi aux dépens des peuples, y compris dans leurs propres pays. C’est un parasitisme. [8]
L’Histoire montre aussi que le nœud historique de ce parasitisme se situe à la City de Londres, qui a ensuite développé une souche importante à Wall Street. [9]


Les conditions de la volonté souveraine


Dans ces conditions, on comprend que la première priorité que l’on doit attendre d’une élection n’est pas d’abord l’expression d’une volonté (fusse-t’elle celle du Président) mais bien celle des conditions pour pouvoir exprimer cette volonté.

Ces conditions sont pour nous les suivantes, puisque la volonté authentique ne peut pas naître sans indépendance dans les actes et dans les pensées :
  • La France doit retrouver l’indépendance de sa politique étrangère. Elle doit donc commencer par sortir de l’OTAN. Aucun allié à trahir, juste une lettre à envoyer comme le fit le général de Gaulle pour annoncer que 12 mois plus tard la France est dans les faits complètement détachée du commandement intégré de l’OTAN ;
  • Les dirigeants de la BCE nous ont trahi. La déflation ronge notre société. [6] La France doit retrouver l’indépendance de sa politique monétaire, pour pouvoir mieux accompagner la nouvelle politique économique.
Voilà sur quel esprit et quelles perspectives chaque parti devrait se prononcer explicitement avant les élections. Sans l’établissement de ce socle préalable qui dépasse tous les clivages traditionnels droite-gauche, tout débat sur la construction de la France et de l’Europe, et sur la croissance reste une vaine illusion.
Mettre ces questions au cœur du débat des élections permet aux électeurs d’effectuer un premier tri électoral et d’amener la décision du « pour qui voter » sur les bonnes bases.

Combler le vide politique, anticiper le second tour de la présidentielle


Dans les démocraties occidentales, la liberté des citoyens c’est surtout celle de se faire duper, et celle des partis d’être instrumentalisé par des procédés dont l’origine leur échappe dans les profondeurs de l’histoire. [3]

C'est le moment de se tourner vers les hommes et les femmes qui ont fait le bon diagnostic et, surtout, qui ont croisé le fer contre ce système inique et se sont forgés le caractère qu'exige la tragédie que nous vivons. Car jamais un projet positif ne pourra sortir de l'intérieur de ce système qui nous opprime.

Les candidats à l’élection présidentielle qui ne sont pas prêts à changer de cap, à retrouver notre souveraineté, deviennent les collaborateurs du désastre. Ils ne peuvent et ne veulent pas voir que, par-delà les Etats-Unis et l’Europe, le monde se détache de l’idéologie du profit immédiat, de la géopolitique impériale et du pillage des ressources.[2]

Voyez comme la profession de foi de Jacques Cheminade pour l’élection présidentielle de 1995 reste encore aujourd’hui d’une pertinence absolument intacte :

Cette élection présidentielle se déroule à un moment tragique de notre histoire, face à un cataclysme financier mondial. Ce devrait être l’occasion de redéfinir le rôle de la France, faisant d’elle une base de grands projets pour rebâtir le monde.
Je suis candidat faute de voir ailleurs cette volonté.
Les autres mentent ou se mentent à eux-mêmes. Je pars au contraire de cette réalité fondamentale : un cancer spéculatif prolifère dans le monde et y détruit le corps de l’économie. Nous sommes au cœur d’une dépression.
La question à se poser – celle que les autres ne posent pas – est la suivante : pouvons-nous mettre en place un système économique viable qui empêchera que se brise la trame sociale, que se désintègre notre système de gouvernement représentatif et qu’un monde en contraction aille à la guerre ?
Ma réponse est oui. À condition que nous fassions trois choses : identifier l’ennemi, nous battre pour une nouvelle donne et faire se lever une résistance. [...]
Au débat sur la « gestion » doit se substituer à nouveau dans notre pays un débat d’idées, un vrai débat sur les fins de la politique. Pour cela, il faut que nous soyons honnêtes avec nous-mêmes et arrêtions de tolérer l’inadmissible, à la fois dans notre politique étrangère et notre politique intérieure. [10]

Et pour ceux qui préfèrent l'abstention, ils choisissent donc de sortir du système politique actuel. Ils devraient aller au bout de leur logique et acheter avec leurs euros des pièces d'or, ou adhérer à un système de monnaie locale (SEL). [3]

Se battre pour une nouvelle donne : les 2 piliers pour vaincre l’occupation financière


1) la réforme du système monétaire international 

Jacques Cheminade prône depuis la fin des années 70 une réforme du système monétaire et financier international. Nous avons nous-mêmes anticipé depuis 2011 cette réforme poussée par les BRICS. [14] Elle a enfin commencé avec la mise en place de l'AIIB, de la NDB, du CRA puis en décembre 2015 avec l'entrée en vigueur de la réforme des quotes-parts au FMI et l’introduction finalisée du Yuan dans le panier du DTS. Ce ne sont que les premiers pas.

Pour ceux qui voit le plus long terme, il est important de comprendre que vouloir sortir de la crise écologique globale [7] va de pair avec une obligatoire refonte du système monétaire international puisque c’est lui la clé de voûte des échanges entre blocs économiques. [4]

Comme mesure d'urgence Jacques Cheminade prône depuis 2000 un Glass-Steagall Act global. [17] Cette séparation des activités de banques consisterait en France à un retour à la loi du 2 décembre 1945 relative à la nationalisation de la Banque de France et des grandes banques et à l’organisation du crédit. Cette proposition est depuis 2008 reprise par plusieurs experts et politiques.


2) les nouvelles Routes de la Soie

Depuis 1997, les cercles de réflexion autour de Jacques Cheminade ont réussi à pousser au premier plan international l’ambition d’intégration du continent eurasiatique qui remonte à la fin du XVIIème siècle. [15] Aujourd’hui le développement concret de ces routes représentent déjà en Asie un réel projet de civilisation. Leurs extensions vers le Sud-est Asiatique, le Moyen-Orient et l’Europe de l’Ouest terrifient Washington. L’Afrique et les Amériques sont également interconnectés dans ce gigantesque projet mondial de développement gagnant-gagnant.


Éveiller le potentiel de chacun


Jacques Cheminade, avec le parti Solidarité et Progrès, a été le premier en France à porter cette stratégie duale contre l’occupation financière sur la ligne de front politique. Par dessus tout, en posant les questions fondamentales il a été et il reste une source d'inspiration. Voici ce qu’il écrivait pour les campagnes présidentielles de 2007 et 2012 :

Je porte mon projet pour qu’il suscite des ardeurs nouvelles et non en présumant qu’il puisse être infligé et suivi à la lettre. [13] Dans une élection autrement livrée aux mauvaises habitudes de ces quarante dernières années, je m’efforcerai de devenir éclaireur, inspirateur et catalyseur, convaincu qu’il se trouve dans notre pays un potentiel d’exception que ma tâche est d’éveiller. [12]

La France doit retrouver sa dimension mondiale pour jouer un rôle de catalyseur dans ce projet. Autrement, nous ne resterons que le pion d’une Union de faux-monnayeurs, vouée à sa propre destruction. [...]
Les conditions d’un conflit mondial sont en train d’être réunies à partir du Proche et Moyen-Orient dans un monde incapable de se donner les moyens d’un futur. Nous sommes à la croisée des chemins. Voici venus les temps des hommes et des femmes de caractère et de fraternité. C’est notre nature humaine de pouvoir le devenir tous dans la tempête, pourvu que nous regardions la réalité en face. [11]


C’est pourquoi je soutiens la campagne de Jacques Cheminade à l’élection présidentielle de 2017


Comme je l’écrivais l’année dernière : [16]

C'est dans cette libération des nouvelles forces politiques en Europe, enfin affranchis de la tutelle américaine, que sont présents plusieurs scénarios de recomposition dans les années à venir.
  • soit les peuples européens gagnent une indépendance exacerbée et restent divisés : ils se condamnent alors à n'être que de simples satellites lointains des géants asiatiques, sans influence extérieure ; 
  • soit la force issue de leur nouvelle indépendance alliée à une compréhension du sens de l'Histoire les conduit à adhérer à l'Union Eurasiatique, garante de la stabilité sur le continent ; 
  • soit cette indépendance acquise ne sera qu'une mascarade de plus, dans laquelle le maître derrière le rideau sera encore la City -mais cette fois sans l'alliance avec Wall Street- et où la plupart des dirigeants partageront la même chemise brune, pour afficher des velléités de plus en plus agressives vis à vis de l'Union Eurasiatique, rebouclant en pure perte sur la tragédie du XXème siècle.
_____________________

[1] j’ai rédigé une série d’articles sur ce sujet à partir de 2013. Je vous recommande de commencer par celui-ci : http://conscience-sociale.blogspot.fr/2014/02/la-conjecture-de-valery-de-paul-paul.html

[2] éditorial de Jacques Cheminade du 14/09/2016








[10] Profession de foi de Jacques Cheminade pour l’élection présidentielle de 1995. Texte intégral republié dans réf.11, Pp. 355.

[11] Jacques Cheminade, Un monde sans la City ni Wall Street. Un grand chantier pour demain, Ed. l’Harmattan, mars 2012, Pp. 10.


[13] Les optimisations que je voie dans le programme de Jacques Cheminade sont les suivantes. Le développement d'une filière nucléaire au thorium doit être mis en balance avec celui autres filières énergétiques innovantes. [réfs. 4, 5] Le retour au système de crédit des années 60 et à l'ECU ne réprésente qu'une étape vers un système monétaire complet et stable tel que proposé par la New Austrian School of Economics :





2015/01/02

Conscience Sociale : bilan de la situation internationale fin 2014 et un aperçu de ce que 2015 pourrait nous apporter

Introduction

Le Saker a publié il y a trois jours son rapport de fin d’année 2014. Il s’agit d’une synthèse exclusivement centrée autour de la crise ukrainienne. L’état des lieux est particulièrement sensé, mais je pense que l’analyse peut être élargie ou complétée sur certains points. J’ai donc décidé de reprendre son texte original en anglais, et d’y introduire mes ajouts en français.
By any measure 2014 has been a truly historic year which saw huge, I would say, even tectonic developments. This year ends in very high instability, and the future looks hard to guess. I don't think that anybody can confidently predict what might happen next year.
Le terme essentiel dans la phrase qui précède est “de manière présomptueuse” (confidently), c’est-à-dire prédire avec une certitude absolue. Car le Saker a ensuite détaillé une logique qui l’autorise en conclusion à pouvoir prédire (predict) avec une certitude moindre (80%) certains comportements des acteurs analysés. Ce n’est pas de la prévision (foresee : to sense or know in advance) mais bien de la prédiction argumentée (predict) datée et vérifiable, c’est-à-dire de l’anticipation politique.
So what I propose to do today is something far more modest. I want to look into some of the key events of 2014 and think of them as vectors with a specific direction and magnitude. I want to look in which direction a number of key actors (countries) "moved" this year and with what degree of intensity. Then I want to see whether it is likely that they will change course or determination. Then adding up all the "vectors" of these key actors (countries) I want to make a calculation and see what resulting vector we will obtain for the next year. Considering the large number of "unknown unknowns" (to quote Rumsfeld) this exercise will not result in any kind of real prediction, but my hope is that it will prove a useful analytical reference.
Encore une fois, le terme essentiel dans la phrase qui précède est “à l’image de la réalité” (real), c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de prédire l’ensemble des événements marquants sur la planète en 2015. Il s’agit bien de produire une anticipation politique, qui détermine son cadre d’analyse, et qui nous donne rendez-vous dans 6 mois ou un an pour en vérifier la justesse, afin de l’affiner.

Cette démarche est le fondement qui nous permet d’échapper au sort, de ne pas être réduit à être prisonnier des événements. Elle est valable en tout temps et tous lieux, et est encore plus précieuse en temps de crise, parce qu’il s’agit du meilleur outil méthodologique qui nous reste à disposition, tous les autres ayant faillis.

L'évènement central et les acteurs principaux

A comprehensive analysis of 2014 should include most major countries on the planet, but this would be too complicated and, ultimately, useless.
Encore une fois, le terme essentiel dans la phrase qui précède est “complète” (comprehensive), c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de décrire l’ensemble des évènements de 2014 pour tous les pays majeurs du globe. Nous sommes d’accord, ce serait bien trop fastidieux, et peu utilisable à cause de la longueur du texte à lire. C’est pourquoi l’effort de synthèse est déterminant dans la constitution d’une anticipation politique.
I [the Saker] think that it is indisputable that the main event of 2014 has been the war in the Ukraine.
Partant de ce postulat, le Saker définit les principaux acteurs impliqués dans cette crise localisée et développe une analyse très pertinente. Mais nous devons la cantonner au périmètre de départ, c’est-à-dire la crise ukrainienne.

Notre ambition ici est de prendre davantage de recul pour réaliser une synthèse principalement sous les angles géo-économique et historique, englobant des acteurs dont certains sont naturellement différents du cadre choisi par le Saker.

En effet dans cette perspective géo-économique l’événement marquant de 2014 est le lancement d’un système financier international alternatif au sommet des BRICS à Fortaleza, que nous avions anticipé.

Ce mouvement n’est pas seulement celui d’une dé-dollarisation du système monétaire international. C’est aussi l’expression affirmée d’une dé-américanisation des esprits, de la fin du règne global de la pensée unique des soi-disant élites occidentales.

Cette situation historique exige un repositionnement de l’Europe et de l’axe anglo-américain vis-à-vis de la Grande Asie, face à l’inéluctable retour de balancier de ce que l’on appelle aujourd’hui en géopolitique la puissance, mais – insistons encore une fois sur ce point – laquelle n’est rien d’autre que la résultante du développement de l’esprit des peuples.

La partie d’échecs entre ces deux axes n’a pas attendu la crise ukrainienne pour se révéler. Il s’agit d’un enjeu historique que l’on peut faire remonter au minimum au XVIIème siècle.

Voilà bien nos acteurs majeurs pour cette étude géo-économique : l’axe anglo-américain gouverné par l’état profond transnational et l’axe russo-chinois, qui est le fer de lance du monde multipolaire proposé par les BRICS.

Le tableau suivant résume les influences et alliances de ces deux axes à fin 2014, ainsi que leurs principaux atouts géo-économiques.

 Notes : sur les marchés truqués ; sur le protectorat de l’Allemagne

En 2015 nous estimons que les pays suivants rejoindront graduellement la sphère d'influence de l'axe russo-chinois: Australie, Arabie Saoudite, Turquie, Vatican, Pakistan, Corée du Nord, Corée du Sud, Yémen. La dynamique globale pousse nettement dans cette direction. Pour le découplement du système monétaire international, nous maintenons nos précédentes anticipations (voir ici et ici).

L’offensive géo-économique

La phase actuelle a selon nous commencée en 2007-2008 à l’initiative de l’axe anglo-américain. Exactement comme les crises financières précédentes (1837, 1863, 1873, 1893, 1907, 1913, 1933, Bretton Woods 1944, gold window 1971, crise asiatique 1997, crise des dotcom 2000), il ne s’agissait pour la « banque » que de donner une secousse au bon endroit et au bon moment pour que beaucoup s’écoulent. Il suffit alors de ramasser tout ce que les joueurs avaient misé sur le tapis pour accumuler encore plus de pouvoir – le capital n’étant qu’un instrument du pouvoir.



Intermède: Un témoignage
I had a nice talk with Jack Morgan the other day and he seemed more worried about Tugwell's speech than about anything else, especially when Tugwell said, "From now on property rights and financial rights will be subordinated to human rights." J.P.M. did not seem much troubled over the gold purchasing, and confessed that he had been completely misled in regard to the Federal expenditures. The real truth of the matter is, as you and I know, that a financial element in the larger centers has owned the Government ever since the days of Andrew Jackson — and I am not wholly excepting the Administration of WW — The country is going through a repetition of Jackson's fight with the Bank of the United Stated - only on a far bigger and broader basis.
(F.D. Roosevelt, 1882 – 1945 ; Letter to Col. Edward Mandell House, 21 November 1933 ; in F.D.R.: His Personal Letters,1928-1945, edited by Elliott Roosevelt, New York: Duell, Sloan and Pearce, 1950, p. 373)

Notes: Rexford Tugwell was one of FDRs economic advisors. At the time he was Assistant Secretary of the United States Department of Agriculture.
WW is the president W. Wilson.
Andrew Jackson was president from 1829 to 1837. He was strongly opposed to the Second Bank of the United States, a precursor to the modern Federal Reserve Bank.

[I have published a few months after this article a new one dedicated on this relation between finance and power.]



Cette crise financière déclenchée en 2008 par la faillite décidée (c'est à dire provoquée) de Lehman Brothers fut la première qui devait avoir un impact mondial. Cependant certains joueurs comme la Chine plus informés sur le sens de l’Histoire avaient pris certaines précautions, notamment depuis la crise asiatique, et furent bien moins touchés que prévu. Leur rattrapage économique sur les Etats-Unis, au lieu de ralentir, s’est alors fortement accentué jusqu’à les dépasser fin 2014.

Les offensives géopolitiques de l’axe anglo-américain depuis 2008 (Georgie, printemps arabe, Soudan…) se sont entremêlées avec les passes d’armes géo-économiques entre les adversaires. Depuis le premier sommet BRICS en 2008, l’axe anglo-américain n’a pas voulu croire à la réalité de la constitution accélérée de l’axe russo-chinois, mais seulement de la nécessité de le retarder ou de l’éviter. Cela peut s’expliquer par le fait que reconnaître la réalité de cet axe revenait à reconnaître qu’il n’y avait plus aucune solution pour l’axe anglo-américain. La partie est perdue, et dans la structure sociopolitique du pouvoir en place ces mots font partie de l’indicible, de l’inaudible et de l’inenvisageable.

Un indicateur de la tension géo-économique et de la dé-dollarisation est donné par le montant des bons du Trésor américain détenus par la Fed et par le reste du monde. Les coups de frein de 2008 et 2013 par le "reste du monde" sont manifestes dans les graphiques qui suivent.

En rouge: part de détention des Bons du Trésor U.S. par la Fed;
En vert: part de détention des Bons du Trésor U.S. par les institutions étrangères (banques centrales);
source : conscience-sociale.org avec données St Louis Fed

Détention des Bons du Trésor US négociables confiés par les institutions étrangères à la Fed Bank of NY (en bleu, lhs: montant net ; en rouge, rhs: variation annuelle); Le pic négatif de mars 2014 marque la vente massive d'UST par la Russie suite au coup d'état en Ukraine.
source: conscience-sociale.org avec données St Louis Fed

Un autre indicateur, encore plus important, est celui de la base de l’or métal ou des taux GOFO. Nous avons déjà expliqué l’importance de ce marché et son évolution depuis 2013.

Aucune tactique employée par l’axe anglo-américain depuis 2008 n’a réussi à inverser la tendance. Ceci explique l’annonce de la fermeture à Londres du marché des taux de contrats à terme liés à l’or (GOFO). Celle-ci confirme très clairement notre anticipation en la matière.

La violence de l'attaque monétaire contre la Russie se lit dans le taux d'échange entre l'euro et la monnaie ukrainienne (le hryvnia), même après les premiers accords de cessez-le-feu de septembre 2014, dans ce pays en guerre civile :


Comparons avec le graphique du taux de change entre la monnaie ukrainienne et le rouble d'une part, et entre l'euro et le rouble d'autre part:



Le rouble a fortement chuté face à la monnaie ukrainienne et à l'euro à partir de septembre 2014 (remontée des taux hryvnia/rouble et euro/rouble) ! Bien évidemment, pas une seule bombe n'est pourtant tombée en Russie, pas de crise politique ni sociale ni sanitaire, et un bon nombre de nouveaux contrats massifs sont signés dans cette période. Cela reviendrait à dire que ne pas livrer les navires Mistral et diminuer les capacités d'accès aux dollar US pour quelques crédits en cours aurait un effet immédiat et encore pire qu'une guerre civile.

Il n'est évidemment pas question de se laisser influencer par une manœuvre de propagande aussi grossière. Chacun doit savoir que les cours de change ne sont pas déterminés par des offres et demandes de devises à l'instant t, mais pas des paris sur les taux futurs, parce que l'effet de levier y est très largement supérieur.


Les rumeurs que la Russie aurait bientôt épuisé ses réserves de change, ou que la banque centrale russe ne peut rien contre "les marchés", ça ne tient pas une seconde :

Volume des réserves de change de la Russie, de 1997 à décembre 2014

De plus je note que personne n'a expliqué que grâce à cette crise des changes la Russie a surtout racheté des roubles en les payant en dollar US au meilleur cours, c'est à dire a racheté sa devise aux fondamentaux excellents en payant avec de la monnaie de singe. Une très bonne affaire pour la banque centrale russe ! Ça renverse complètement le point de vue habituel "la Russie a été obligée de vendre ses réserves en dollar pour supporter le cours du rouble". Par contre il est certain que les acteurs de l'axe anglo-américain rêvaient tout grand que la Russie vende une partie de ses réserves d'or dans la panique qu'ils espéraient.
Ils en ont été pour leurs frais.

[Cet article devait initialement être complété sur la crise en Ukraine dans les jours suivants. Nous avons finalement choisi de traiter plus en profondeur les facettes géo-économiques, historiques et morales de l'Occident, qui restent les plus ignorées, et qui sont le terreau pour préparer demain.]


2014/09/19

2015 : émergence d’un nouveau système monétaire international multipolaire. L’or se réveille.


Cet article s’intéresse au mouvement de fond touchant le système monétaire international, et décrit son prochain "palier" qui est en train d’être mis en place par des actions locales, rapides et successives, sans obligatoirement être chacune accompagnée dans la foulée par un communiqué public. 

Dit schématiquement, nous décrivons le processus de sortie du dollar : la dé-dollarisation du monde qui commence par les pays BRICS.

Dollar contre or

L’histoire humaine depuis plus de 6500 ans est jalonnée par l’or, sur tous les continents. En effet cette matière présente des qualités physico-chimiques, géologiques et historiques[*] absolument sans équivalent sur notre planète. Elle représente ainsi le meilleur moyen qui puisse exister pour stocker la valeur sur une longue durée.[**] L’or a donc été sélectionné par l’homme au cours des millénaires pour être le support matériel de la monnaie[1], qui permet de développer les échanges de valeur c’est-à-dire l’économie.

La monnaie représente dans l’esprit des hommes la stabilité de la valeur dans le temps futur. Remarquez l’éclat inaltéré des bijoux de Varna, ou plus proche de nous l'évolution du pouvoir d’achat de l’or lors des derniers siècles écoulés (figure 1). La stabilité de l’or (en termes de pouvoir d'achat) ne subit des fluctuations importantes que lors des événements suivants : découverte des Amériques et de leurs mines par les Européens (XVIème siècle) ; abandon du standard or par la France et l’Allemagne en 1914 pour financer la Grande Guerre, puis par tous les pays de l'Union Latine ; confiscation de l’or des citoyens américains en 1933 ; défaut sur les accords de Bretton Woods par les USA (1971) ; mise en place du premier accord CBGA (1999) ; crise financière globale de 2008.

Figure 1: pouvoir d’achat de l’or entre 1560 et 2010 aux Etats-Unis ; source : WGC

On peut comparer cette stabilité, fondamentale pour la croissance de l’économie, avec l’évolution du pouvoir d’achat du dollar (figure 2a). Cette courbe se lit aussi comme suit : « combien d’onces d’or faut-il pour acheter 1 dollar ? ». 

Figure 2a : pouvoir d’achat du dollar par rapport à l'or entre 1718 et 2013 ; Source : goldsilverworlds.com

On peut également comparer l'évolution des autres monnaies fiduciaires par rapport à l'or lors du siècle écoulé (figure 2b).

Figure 2b: destruction des monnaies fiduciaires depuis 1900; source

Car la référence ultime doit toujours être ce qui varie le moins : on ne mesure pas une règle avec un élastique mais les différentes longueurs de l’élastique (le dollar) au cours du temps, à l’aide de la règle (la masse d’or). Toute économie fondée sur des principes différents est condamnée à faire illusion. La mesure au moyen de l’or, par exemple pour l'évolution du PIB des USA ou de UK, dissipe instantanément cette illusion (figure 3).

Figure 3 : PIB annuel des U.S.A et de UK par habitant (1830-2012) exprimés en onces d'or fin ; Source: Conscience-Sociale.org & Samuel H. Williamson, Measuring Worth

Le retour de l’or

Nous avons déjà décrit les relations actuelles profondes entre les marchés de l’or et du dollar.[1b] Le mouvement profond de la grande crise actuelle doit s’analyser comme une « remontée irrésistible à la surface » de l’or dans le système monétaire international, suivant des paliers de décompression. Le naufrage du dollar (ou plus exactement du système pétro-dollar, et des Bons du Trésor US comme référence commune) doit se comprendre comme ceci : 
  • Toute monnaie ne peut être qu’un instrument d’échange dérivé[2] de l’or, ou d’une autre monnaie, suivant une hiérarchie d’influence. A cet égard, l’euro est actuellement un dérivé du dollar. 
  • Le dollar est un instrument dérivé de l’or, grâce à un marché jusqu’à présent encore liquide et profond.[3] 
  • Le dollar est l’instrument de référence du système monétaire international, reflétant l’organisation unipolaire du monde au XXème siècle.[4] 
  • Réformer le système monétaire international basé sur le dollar, c’est introduire à la place du dollar un autre instrument d’échange dérivé de l’or… ou plusieurs !
Nous avons précédemment mentionné dans nos travaux le stade ultime d’instrument dérivé de l’or, qui est le billet à ordre remboursable en or (Gold Bill).[5]
Nous décrivons ici un palier intermédiaire, reflétant désormais l’organisation multipolaire du monde.
Il ne s’agit pas de remplacer le dollar par un panier de devises. Il s’agit d’abord de remplacer le marché assurant l’échange entre dollar et or (le COMEX), par d’autres marchés. C’est là que nous devons nous intéresser de près à l’accumulation de stocks d’or par les pays BRICS, les seuls ayant la volonté de réformer le système monétaire international.
Les statistiques officielles de stocks d'or (WGC, FMI) ne peuvent pas être tenues pour argent comptant, pour deux raisons :
  • L’importance stratégique primordiale des stocks d’or implique que les valeurs publiées ne reflètent pas les évolutions réelles, en particulier les stocks issus de l’extraction minière dans le même pays. 
  • Les banques centrales, en particulier occidentales, ont pratiqué pendant des décennies le leasing de leur or national, ou l’achat de certificats ETF, ou le déplacement de leur or à New York ou Londres pour soi-disant « faciliter les transactions ». Ces stocks ne sont représentatifs en aucune façon de la réalité[6] de ce qui peut effectivement être mis à disposition sur un marché qui autorise le retrait d'or physique par n'importe quel acteur.[7] 


L’or dans la stratégie des BRICS

Commençons par la Chine.
Sa banque centrale vise officiellement à réunir plus de 8500 tonnes dans ses réserves.[8] Il est donc essentiel de suivre les importations d’or parallèlement aux stocks officiels (figures 4 et 5) et aux volumes de retrait sur le marché de Shanghai qui joue le rôle de porte d’entrée des flux importés. Son ambition de développer un vaste marché de l’or permettant de participer activement au processus de fixation du prix de l’or, s’étale au grand jour.[9] Le marché international des contrats à terme pour l'or (gold futures) qui a ouvert aujourd'hui 18 septembre à Shanghai.[10] Pourquoi cette annonce historique ne fait-elle pas les grands titres du journal télévisé dans votre pays ?

Figure 4; source

Figure 5; source

Passons à la Russie. 
Il est essentiel ici de comprendre la nature multipolaire de tout ce qui se joue et qui compte en ce moment. La Chine ne remplacera pas les USA. C’est l’ensemble des BRICS, articulé lui-même autour de l’axe fort Russie-Chine. La Russie présente le partenariat idéal pour le nouveau système : une monnaie solide ancrée sur des réserves officielles en croissance (sans leasing)[11], et la plus importante capacité d’exportation d’énergie de la planète. 

Ce partenariat Russie-Chine remplace celui du pétrodollar (US-Arabie Saoudite), sans présenter la faiblesse géopolitique de ce dernier pays. Il est beaucoup plus équilibré. C’est pourquoi les ventes d’énergie pourront s’opérer en rouble avec les autres pays[12], la Chine payant soit en rouble soit en Renminbi suivant les accords de swap… voire en billets à ordre remboursables en or (Gold Bills), qui pourront servir dans les 3 mois à la Russie pour acheter des produits chinois. L’ensemble de ces mécanismes assurent qu’aucun déficit de la balance commerciale ne se creusera entre ces deux pays.

Figure 6 : réserves d'or officielles de la banque centrale russe, 1994 - 2014/05; source

La nature multipolaire des BRICS intègre naturellement le Brésil, l’Inde, et l’Afrique du Sud dans ces accords de commerce internationaux.
Chacun de ces pays effectuera ses paiements suivant ses propres atouts :
  • Le Brésil et l’Afrique du Sud vendront des produits agricoles et des matières premières à la Chine (ou à d’autres pays des BRICS) en s’appuyant sur leur accord de swap de devises, en retour de l’achat de produits manufacturés des BRICS. 
  • L'Afrique du Sud est encore un très important producteur d'or mondial, après avoir été le numéro 1 pendant des décennies (figure 6b). Ses mines lui permettent si nécessaire de constituer des réserves nationales de 200 t / an sans l'acheter sur les marchés internationaux. 
Figure 6b ; source
  • Le Brésil est le 14ème producteur d'or mondial malgré des réserves géologiques plus significatives. Les chiffres de l'US Geological Survey annoncent une production en 2011 de 60.3 tonnes, et de 63 tonnes en 2010. Les projets impliquant d'autres pays d'Amérique du Sud (par exemple les projets de Yamana Gold, figure 6c) sont à souligner du fait du fort rapprochement entre BRICS, Mercosur et Argentine.
Figure 6c; source
  • L’Inde importe massivement de l’or depuis les années 90 (figure 7) et dispose après la Chine du plus important stock d’or mondial dans les mains de ses citoyens. Ceux-ci pourront rapidement s’insérer dans le commerce des Gold Bills, après l’étape utilisant les swaps.


Figure 7

Les conséquences de ces rachats d’or sur les équilibres de forces dans le monde se jouent avant tout sur le terrain monétaire, qui est le socle de tous les autres attributs d’indépendance. Grâce à ces stocks astucieusement exploités, et à la confiance mutuelle de très long terme qu’ils inspirent, de puissants partenariats stratégiques peuvent se développer, des nouvelles filières internationales d’approvisionnement (supply chain) peuvent se mettre en place. Le commerce international progresse sur des bases saines.
Nous estimons que ce prochain "palier" du système monétaire international sera techniquement atteint dès fin 2014, et communiqué publiquement pour le prochain sommet des BRICS en juillet 2015.
Le prochain système monétaire international sera donc réellement multipolaire, et favorisera des équilibres commerciaux dynamiques. Il reposera à nouveau sur un repère universel et intangible : l’or, et une cohabitation avec des monnaies fiduciaires. D’autres mécanismes comme les Gold Bills, les obligations remboursables en or (Gold Bonds), viendront consolider le système dans de prochains paliers de maturité.

Mais que font les pays Européens ?

L'Europe a loupé le coche en 2009 pour s’émanciper de sa tutelle américaine et pour participer significativement à l’organisation de ce prochain système monétaire international, malgré nos appels. C’est une erreur historique, collective, qui jouera en faveur de la remise en cause, à terme, du mode de gouvernance des pays européens, des institutions européennes et des banques centrales occidentales.

La plupart des pays Européens sont aspirés dans le mouvement que nous décrivons et peuvent se raccrocher au nouveau système monétaire initié par les BRICS, en particulier grâce aux accords bilatéraux passés tout dernièrement avec la Chine.[13]

Il s’agit bien évidemment d’inciter les pays Européens à participer dès à présent à ce mouvement de fond historique de manière plus étendue. Continuer de ne pas vouloir le faire dès maintenant, c'est être de toute façon contraint et forcé de le faire plus tard, avec beaucoup plus de problèmes de mise en place, sans compter ceux qui continuent à grossir. Les conséquences sociales et géopolitiques consécutives à chaque année de retard se paieront au prix fort dans le destin de l’Europe.

En particulier, il est essentiel de rappeler qu’à l’opposé des Quantitative Easings, l’or est le souverain remède contre la déflation.[14]

Après un état du Canada[15], la Banque d'Angleterre a surpris tous les analystes habituels en devenant le premier pays européen à émettre des obligations en Renminbi.[16]
Cette annonce prouve que la BoE préfère favoriser un système monétaire international basé sur le duo Yuan/Rouble et donc intimement adossé aux banques centrales, plutôt qu'un autre plus distribué et basé sur l'or.
En effet pour la BoE, annoncer reconstituer des réserves d'or serait renier une stratégie de 150 ans.
La City espère ainsi devancer ce nouveau marché et continuer à dominer les pays européens (à defaut du monde) en devenant le centre financier européen incontournable pour le clearing en RMB.
Au moins 4 autres pays européens ont compris la manœuvre: France, Suisse, Allemagne, Luxembourg. Tous luttent maintenant entre eux pour être des seconds couteaux par rapport à l'Eurasie qui se consolide. Nous aurons confirmation de ce pitoyable vide stratégique européen au G20 de Novembre en Australie. C'est ce que nous avions appelé la satellisation des pays européens.

Si l’Europe se contente de rester dans cette position, elle place naturellement le Renminbi échangeable en or au SGE sur le chemin le plus favorable pour le développement du commerce international. La Chine ayant compris la limite lointaine mais mortelle pour eux de ce système, en observant les Etats Unis depuis 1971, favorisera à terme la diffusion internationale des Gold Bills qui résolvent élégamment ce problème.

Remonté des profondeurs de l’histoire, l’or aura alors émergé à nouveau à l’air… libre. Free gold.




[*] L'accumulation des stocks disponibles extraits des mines depuis la préhistoire humaine sur tous les continents, ainsi que son caractère inaltérable et recyclable ("l'or ne se mange pas") explique que le ratio (volume de la production annuelle / stock mondial d'or) est le plus faible de toutes les matières ou composés sur notre planète. Ceci induit une stabilité sans équivalent de la valeur de l'or, issue d'un lent et continu processus historique. A ce titre, la valeur de l'argent métal fluctue librement: elle aussi est mesurée par rapport à celle de l'or.
[**] "Ainsi la valeur n'est pas inhérente aux biens, elle n'en est pas une propriété [...]. C'est un jugement que les sujets économiques portent sur l'importance des biens [...]. Il en résulte que la valeur n'existe pas hors de la conscience des hommes". / "Value does not exist outside of the consciousness of mankind". (Carl Menger, 1840 – 1921)
[1] Gold history in the monetary systems since 5000 years : galmarley.com ; Pour un résumé des vraies caractéristiques de la monnaie voir BullionStar, 09/2014.
[1b] Conscience-Sociale.org, 10/2013 et 03/2014 .
[2] i.e. a derivative.
[3] Hugo Salinas Price, ‘How the Dollar Will Die’, 2014/09. 
[4] L’Union Soviétique n’a pas développé de système monétaire international concurrent pour son commerce international ; source : wikipedia
[5] a) Aussi appelé effet réel de commerce ou lettre de crédit, i.e. Gold Bills, tel que décrit par la Nouvelle Ecole Autrichienne d’Economie (NASoE) ; b) Conscience-Sociale.org, 03/2014
[6] Voir la liste des processus de rapatriements des stocks d’or nationaux, dont 8 concernent des pays européens. 
[7] A échéance du contrat, si celui-ci n’est pas reconduit (roll). 
[8] a) A 2012 paper, ‘A Study on Optimal Scale of China Gold Reserves’ co-authored by the Vice-President of the China Gold Association recommended that by 2020, China’s optimal reserves should be 5,787 – 6,750 tons. If the State Council has followed this recommendation then the PBOC should currently hold between 2,947.2 tons and 3332.4 tons of gold in reserve (source: GoldSeek.com, 10/2013); b) BullionStar, 09/2014; c) Sina Finance, '黄金的战略使命 支撑人民币走向世界', 07/2014.
[9] a) In Gold We Trust, ‘SGE Chairman: China Should Become First Class International Gold Market’, 05/2014; b) Scrapmonster.com, ‘China Invites Top Foreign Banks to Global Gold Exchange’, 05/2014 ; c) Reuters, 05/2014 ; d) Inteligencia financiera global, 05/2014; e) In Gold We Trust, ‘LBMA Forum Singapore - Xu and Zhou speeches’, 06/2014. 
b) L'ouverture était annoncée 10 jours plus tard : Bloomberg, ‘The Shanghai Gold Exchange plans to start bullion trading in the city’s free-trade zone on Sept. 26’, 08/2014 ; c) The SGE IB will facilitate off shore gold trading in renminbi, it will not open the Chinese physical gold market to the rest of the world. Source: Bullion Star, 08/2014
[11] With 1104 tonnes, Russia now has the world’s 6th largest gold reserves, officially higher than both Switzerland’s 1,040 tonnes and China’s 1054 tonnes. As well as Kazakhstan, other countries in the region have also actively been increasing official gold reserves this year including Azerbaijan, Kyrgyzstan and Tajikistan. Source: GoldSeek, 08/2014
[12] Voice of Russia, ‘Russian-led 'gas OPEC ' may emerge soon’, 05/2014. 
[14] NASoE, ‘The deflation nobody understands’, 11/2013.
[15] CBC News, 'British Columbia to issue Chinese-denominated bonds', 11/2013.
[16] Xinhua, 'Britain to include China's RMB as foreign currency reserve', 09/2014.

Mises à jour 
20/09 : ajout du § comportant les réf. 15 et 16 et des figures 6b, 6c ; enrichissement de la figure 11 ; ajout des notes * et **.
29/09 : ajout de la video
05/10 : ajout des références 8b et 8c, mise à jour de la figure 5

2014/07/14

Demain, la chute du mur du Dollar

J'écris ce texte à Berlin, là où le Mur est tombé il y a 25 ans.[*]

Ce jour-là, le 9 novembre 1989, un nouvel horizon s'est ouvert pour tous les Berlinois. Pour la première fois depuis 1962, ils pouvaient choisir de vivre là où ils voulaient, pour le mode de vie qu'ils désiraient. La chute du Mur leur offrait enfin une alternative, un nouvel espace de liberté, aussi bien pour ceux de l'Est que ceux de l'Ouest.

Comme JFK, « Ich bin ein Berliner ». Tout humain aspire à la liberté. C'est pourquoi ces murs dressés nous concernent tous.

25 ans plus tard, un autre mur tombe. Cette fois encore, les échos de cette chute feront plusieurs fois le tour de la planète.

Demain, le 15 juillet 2014, commence à Fortaleza au Brésil le 6ème sommet des dirigeants des pays BRICS. D'autres présidents sont invités pour des rencontres les jours immédiatement suivants.

Demain sera annoncée la signature de l'acte de création de la nouvelle Banque de Développement initiée par les pays BRICS, ainsi que celles de leur Fond de stabilisation des réserves monétaires. [1a] Il s'agit de la clé de voûte de notre anticipation politique sur l'émergence réussie du monde multipolaire. [1b]

Le siège de cette Banque sera fondé à Shanghaï, et sa présidence pour 5 ans sera tournante. Ouverte aux autres pays, les BRICS conserveront au moins 55% des parts et droits de vote. Elle opérera dans les devises nationales des BRICS, dès 2015, une fois les textes ratifiés par les Parlements nationaux.  

Ces institutions sont explicitement dédiées à offrir une alternative aux institutions de Bretton Woods [2] --la Banque Mondiale et le FMI-- qui assurent l'emprise du « consensus de Washington » et l'hégémonie du système monétaire international basé sur les échanges en Dollar US, et donc la --jusqu'ici-- nécessaire accumulation de réserves de titres libellés en dollar par tous les autres pays.
C'est une condition impérative au financement du développement des pays qui veulent bénéficier des "aides" du système international, lesquelles sont de plus accompagnées d'autres conditions particulièrement intrusives pour leur souveraineté économique, suivant une doctrine ultralibérale. Les décisions de ces institutions sont entièrement verrouillées par les Etats-Unis, y compris pour la modification de leur gouvernance [3].

Ce système qui prive de liberté (« there is no alternative »), c'est celui qui a érigé le mur du Dollar.

Demain est l'annonce d'un nouveau lendemain, celui où tous les pays de la planète vont se voir enfin offrir l'alternative dont ils étaient privés depuis 70 ans, pour pouvoir financer le futur de leur choix, sans conditions intrusives muselant leur économie. Cette alternative offrant davantage de liberté va créer une attraction irrésistible pour les autres pays. A ce titre, les BRICS ont déjà noué des relations avec le G77 regroupant désormais 133 pays, c'est à dire le monde entier sauf l'Occident.[4]

Aujourd'hui nous fêtons la prise de la Bastille, le symbole de l'émancipation par rapport à l'Ancien Régime. Elle aussi fut détruite pierre par pierre.
Demain, ce qu'il faudra retenir de cette signature c'est l'annonce de la chute du mur du Dollar.

Bastille, Berlin, Fortaleza: la liberté fait tomber les murs. 

Les conséquences pour l'Europe

A l'heure où les Etats-Unis et certains des gouvernements européens oeuvrent pour dresser de nouveaux murs en Europe de l'Est, où l'on parle de séparer des populations qui vivaient ensemble en paix depuis des décennies, où le sort voulu par ces dirigeants pour l'Ukraine ressemble de plus en plus à celui de l'ex-Yougoslavie, on ne peut que constater là un mouvement rétrograde par rapport à l'Histoire. Un soubresaut tactique dans le vide stratégique de l'Occident.

Ce vide appelle à être comblé. Pour les pays européens, et pour l'Euroland en particulier, il convient de comprendre enfin quel est le vrai mouvement de fond, comment les cartes sont en train d'être rebattues par la chute du mur du Dollar, et qu'il est donc plus que temps de développer, de tisser toutes les relations pertinentes avec les pays BRICS. Il  en va de notre Histoire.
En un mot : qu'il est enfin temps pour nos pays européens de développer une stratégie Euro-BRICS.[5]

Parce que nous voulons tous être des Berlinois. Nous voulons tous être libres.


_____________________
[*] Ce texte fait suite à ma dernière intervention lors de l'Agora Newropeans le 5 Juillet à Berlin ;
[1a] Ria Novosti, 07/2014 ; Romandie.com, 07/2014 ;
[1b] Nous avons été les premiers à anticiper publiquement l'impact réel de cette annonce. Voir 'Vers un nouveau système monétaire international - part 1', version EN ou FR, Conscience Sociale, 2013 ; 4ème séminaire Euro-BRICS, L.E.A.P., 2013 ; 
[2] Voir par exemple PressTV, 03/2013 ; La Voie de la Russie, 07/2014 ;
[3] Voir par exemple ‘FMI: La réforme de l'institution reste bloquée par Washington’, Les Echos, 01/2014 ;
[4] Courrier International, 06/2014 ;
[5] Cette analyse stratégique a été élaborée en tout premier par Franck Biancheri et le L.E.A.P., ce qui constitue à nouveau une anticipation politique dont l'écho est historique.